Open Access

Introduction à l'Open Access

Les deux principales façons d'aboutir à une "diffusion libre et gratuite des résultats de la recherche scientifique" (traduction française de open access to scholarly communication) ont été formalisées à Budapest en 2002 sous la forme de la voie dorée (Gold Road) et de la voie verte (Green Road).

La voie dorée

La voie dorée est souvent présentée comme la démarche idéale pour atteindre les objectifs de l'open access. Il s'agit pour les auteurs de publier leurs articles dans des revues entièrement gratuites pour les lecteurs, sans frais d'abonnement.

Le financement de ces revues en accès libre est évidemment le nœud du problème. Plusieurs modèles économiques de financement existent, dont le subventionnement de la revue, total ou partiel, par des organismes de recherche publics ou privés. D'autres journaux demandent à l'auteur, ou à son institution, de participer aux frais de publication au travers du paiement d'un forfait connu sous le nom de Article Processing Charge (APC).

Le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) autorise l'utilisation de fonds de recherche afin de couvrir les APC, et prévoit même désormais un fonds spécifique pour ces coûts. Quant à l'Université de Genève, elle met à disposition un Fonds d'aide à la publication sous forme de projet pilote pour 2018.

Le Directory of Open Access Journal (DOAJ) liste les différentes revues de la voie dorée.

Une forme de voie dorée, les revues hybrides

De nombreux éditeurs commerciaux  proposent désormais des revues hybrides qui restent payantes sur abonnement, mais dans lesquelles il est possible de trouver des articles en accès libre si les auteurs ont accepté de payer des APC.

Ce modèle aboutit souvent, pour une institution, à payer deux fois pour le même contenu, une fois à travers l'abonnement, et une seconde fois en payant les APC. Ce phénomène de "double dipping" conduit de nombreuses institutions à refuser le paiement des APC dans de telles revues.

La voie verte

La voie verte est une démarche de diffusion des publications scientifiques par les institutions de recherche elles-mêmes. Elle allie la publication dans des revues traditionnelles (sur abonnement) et le dépôt simultané d'une copie de la publication dans une archive institutionnelle. Le dépôt du manuscrit final (preprint) avant publication est également une pratique de plus en plus courante.

L'acceptation de la voie verte par les éditeurs commerciaux est généralement acquise, même si certains demandent qu'un délai d'embargo soit respecté après publication et/ou que leur PDF final ne soit pas utilisé. D'autres éditeurs agissent à l'inverse, en obligeant l'utilisation de leur PDF ou en procédant directement au dépôt dans une archive (Pubmed par exemple) au nom des auteurs.

Le site SHERPA/RoMEO essaie de recenser les politiques des différents éditeurs.

Une forme de voie verte, l'Archive ouverte UNIGE

L'Archive ouverte UNIGE est l'archive institutionnelle (institutional repository) de l'Université de Genève dans laquelle les collaborateurs de l'institution doivent déposer une copie de toutes leurs publications.

Autant les preprints (manuscrit final avant relecture par les pairs) que les postprints auteur (manuscrit post-reviewing), ainsi que les versions publiées d'éditeur (editor postprint ou Version of record) peuvent être déposés, avec une période d'embargo si nécessaire.

Processus de publication

processus_publication.jpg

 

terminologie_publication.jpg