2011

Un nouveau centre pour dynamiser l’innovation genevoise

Provoquer des rencontres improbables entre les acteurs de la recherche et ceux de l’industrie; mettre les savoirs, les forces et les besoins en commun afin d’élaborer des projets inédits profitant au tissu économique local: voici l’objectif du Geneva Creativity Center. Lancé officiellement aujourd’hui par l’Université de Genève (UNIGE), la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) de Genève, l’Office de promotion des industries et des technologies (OPI) et l’Union industrielle genevoise (UIG), ce «laboratoire d’idées» a pour ambition de favoriser de nouvelles réussites économiques par le jeu du décloisonnement, du partage des ressources humaines et matérielles et du dialogue soutenu entre les porteurs de l’innovation sur le territoire genevois.

«Les moyens et les coûts en matière de recherche et développement au sein des entreprises ne permettent plus l’émergence d’une invention géniale mise au point dans le fond d’un garage. L’innovation doit aujourd’hui être collective et organisée, sur des réseaux de compétences et d’excellence. Ces réseaux existent, sont extraordinairement riches en savoirs et en découvertes, mais ne sont pas forcément accessibles pour les entreprises», explique Nicolas Aune, secrétaire général de l’Union industrielle genevoise (UIG).

C’est en partant de ce besoin exprimé par les petites et moyennes entreprises et industries de la région que la Faculté des sciences de l’UNIGE et la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA) ont initié le Geneva Creativity Center, conçu comme un espace de collaboration, de stimulation et d’émergence d’idées nouvelles dans lequel les chercheurs des deux hautes écoles et les partenaires industriels de la région se rencontrent pour élaborer ensemble des projets novateurs. Du fait de la participation directe des entreprises, l’UIG et l’OPI soutiennent activement le projet; la première en tant qu’association professionnelle et patronale, alors que la seconde remplit sa mission d’appui aux entreprises et de relais vis-à-vis des autorités genevoises.

Quatre entreprises ont déjà bénéficié de l’appui du Geneva Creativity Center. ABB Sécheron SA cherchait par exemple une expertise pour augmenter la durée de vie de ses transformateurs, en particulier pour les aspects liés à la protection du conteneur d’huile de refroidissement contre l’humidité et l’oxydation. Les contacts avec les experts du centre de créativité ont mis ABB Sécheron sur la piste de polymères particuliers, avec la possibilité de réaliser un revêtement par traitement de surface par couches minces. «Les matériaux et la technologie évoqués, employés par des chercheurs dans des domaines et applications a priori sans lien avec notre problématique, se sont révélés prometteurs. Une idée nouvelle a pu germer grâce à la transversalité que les hautes écoles peuvent proposer à une entreprise très spécialisée et focalisée sur son métier de base», analyse Philippe Stefanutti, responsable R&D de la société.

Les autres entreprises bénéficiaires du Geneva Creativity Center sont pour l’heure GF AgieCharmilles (méthodes et algorithmes appliqués à la technologie industrielle de l’ablation laser), Kugler Bimetal (développement de couches antifrictions pour de nouveaux alliages sans plomb) et WattWorld (étude d’un chargeur solaire pour vélos électriques).

Véritable générateur idées, le «centre de créativité» a pour vocation non seulement de répondre aux demandes émanant des entreprises, confrontées à un obstacle technologique par exemple, mais également de favoriser le dialogue entre mondes industriel et académique, en donnant la possibilité aux chercheurs des hautes écoles genevoises d’œuvrer sur des mandats de collaboration mixte entre recherche appliquée et projets d’entreprises. Il se positionne ainsi en complémentarité et dans le réseau existant des acteurs du soutien aux entreprises et du transfert de technologies, tels qu’Unitec et Alliance, ou encore les incubateurs Eclosion et Fongit.

«Il faut stimuler l'intelligence et favoriser l'émergence de talents où qu’ils se trouvent. Au-delà du Geneva Creativity Center, c'est une nouvelle politique de transfert des savoirs entre le monde de la recherche et celui de l'industrie et de l'économie qui se met en place», avance Pierre-François Unger, Conseiller d’Etat en charge du département des affaires régionales, de l'économie et de la santé (DARES).

Durant cette phase de lancement, le Geneva Creativity Center ne disposera pas de locaux propres, l’animation du centre et le relais avec les entreprises étant assumés par un collaborateur de l’HEPIA et un collaborateur de l’UNIGE. Les partenaires du centre se focalisent en effet sur la génération de nouveaux projets.

Près de 80 participants, dont une moitié représentant les milieux industriels et économiques, ont ainsi donné le coup d’envoi officiel du projet ce mardi 28 juin lors d’un événement placé sous le thème des «rencontres improbables». Les invités avaient pour mission de trouver des applications industrielles potentielles à des technologies développées au sein des deux hautes écoles, réparties dans 5 domaines: optique et cryptographie quantique, technologie d’écran tactile, mécatronique et technologie aérospatiale, épuration air-eau, matériaux et surfaces. «L’interaction est le principe essentiel pour assurer le bon fonctionnement du Geneva Creativity Center et générer des échanges du milieu académique vers les entreprises, et des entreprises vers la recherche fondamentale et appliquée», souligne Nicolas Aune. Raison pour laquelle d’autres rencontres entre hautes écoles et entreprises sont d’ores et déjà agendées pour la fin de cette année.

Davantage d’informations sur: www.creativitycenter.ch

Contacts:
pour l’UNIGE : Dr. Carmine Senatore, Département de physique de la matière condensée, T. 022 379 66 69, info(at)creativitycenter.ch
Pour l’HEPIA : Prof. Nicola Giandomenico, T. 022 546 26 39, info(at)creativitycenter.ch

29 juin 2011
  2011