2011

"Patient virtuel": vers une médecine personnalisée

Le projet-phare ITFoM (IT for Future of Medicine) du programme FET (Future and emerging technologies) de la Commission européenne propose une médecine nouvelle et personnalisée en créant un « patient virtuel » grâce à l’implication des technologies de l’information et de la communication (TCI). L’Université de Genève (UNIGE) est fortement impliquée dans la phase analytique du projet.

ITFoM a pour ambition de mettre les TCI au service d’une nouvelle médecine, individualisée et riche en données. L’objectif d’ITFoM est de construire des « patients virtuels » qui intégreraient toutes les données moléculaires, physiologiques, anatomiques et environnementales d’un patient. Cette nouvelle médecine, centrée sur les données des patients, permettrait aux médecins de prévoir des programmes de prévention personnalisés, de tester virtuellement l’efficacité des traitements, afin d’identifier celui qui offre les meilleurs chances de guérison et d’en anticiper les effets secondaires.

Développer cette médecine du futur centrée sur les TCI implique d’importantes avancées technologiques au niveau des méthodes d’analyse et de modélisation des données pour répondre aux défis médical, analytique, informatique et d’intégration inhérents au projet. Pour répondre au besoin d’expertise d’ITFoM, plus d’une cinquantaine de partenaires et membres associés à travers le monde, parmi lesquels on compte des institutions académiques de renommée internationale, dont l’UNIGE, ainsi que des multinationales, ont combiné leurs compétences pour faire d’ITFoM une réalité.

Un projet en phase pilote

Le programme FET de la Commission européenne sur les technologies futures et émergentes soutient des projets de recherche à long terme en technologies de l’information et de la communication, et ce par le biais d’un volet en particulier, intitulé « initiatives phares dans le domaine des FET ». Six projets de recherche sont actuellement en concurrence en vue de la sélection et du lancement de deux projets-phare en 2013. ITFoM, coordonné par le professeur Hans Lehrach de l’Institut Max Planck de génétique moléculaire (Berlin, Allemagne), est l’un des six projets dont la phase pilote s’achèvera en mai 2012, après 12 mois de financement à hauteur de 1.5 millions d’euros.

A l’occasion d’une conférence FET qui s’est déroulée le 24 et 25 novembre dernier à Varsovie, un état des lieux du premier semestre de la phase pilote d’ITFoM a été présenté. Cinq groupes de travail, placés sous la responsabilité de coordinateurs, ont été créés autour de thèmes majeurs: médecine, techniques d’analyses, développement informatique, intégration de données et coordination du projet.

L’engagement de l’Université de Genève

Denis Hochstrasser, chef du Département de médecine génétique et de laboratoire aux HUG et professeur au Département de science des protéines humaines de l’UNIGE, coordonne l’implication de l’UNIGE dans le projet ITFoM. Il pilote notamment le sous-groupe « protéomique par spectrométrie de masse » du groupe de travail sur les techniques d’analyses. Il s’agit d’analyser les protéines et de fournir des données qui seront ensuite intégrées au « patient virtuel ». Le Centre de recherche clinique (CRC) des HUG et de la faculté de médecine de l’UNIGE sera fortement impliqué au niveau de la médecine translationnelle, de la pratique clinique, de l’épidémiologie et de la médecine préventive.

L’UNIGE dispose de compétences reconnues dans l’analyse de séquences protéiques et s’est fortement engagée à mettre son expertise au service de la réponse au défi analytique que présente le projet ITFoM.

Le SIB (Institut suisse de bioinformatique) et le IMSB (Institut de biologie moléculaire) de l’ETH Zurich participent également à la concrétisation du projet ITFoM en apportant leur savoir-faire dans les domaines informatique et biologique.

Pour plus d’informations, visitez le site www.itfom.eu.

Contact:

Denis Hochstrasser, tél. 022 372 73 55

28 novembre 2011
  2011