2012

La génétique et la génomique genevoises réunies sous la bannière d'iGE3

L’Université de Genève (UNIGE), sa Faculté de médecine, sa Faculté des sciences- Section de biologie, annoncent la création d’un tout nouvel institut dont l’inauguration interviendra le 8 février 2012. Baptisé iGE3, acronyme d’institut de Génétique et de Génomique de Genève, celui-ci réunira désormais tout ce que la Cité de Calvin compte de compétences et de talents dans ces domaines de recherches clinique et fondamentale. Pas moins de cinquante groupes seront réunis sous cette nouvelle bannière qui contribuera à inscrire Genève comme un pôle d’excellence dans les sciences de la vie et un contributeur incontournable à l’essor d’une médecine personnalisée.

A la fin des années 1990, des chercheurs avaient appelé de leurs vœux la fédération des groupes de recherche genevois actifs dans les domaines de la génétique et de la génomique. Ce rassemblement devait contribuer à renforcer l’excellence du canton dans ces domaines stratégiques des sciences de la vie.

Si ce souhait d’alors prend forme aujourd’hui, c’est que les circonstances s’y prêtent particulièrement. En effet, en 2013, le Pôle de recherche national (PRN) Frontiers in Genetics arrivera à son terme maximum de douze ans. «Ce pôle de recherche national dont les instances dirigeantes sont hébergées par l’Université de Genève a produit une science de tout premier plan, explique le recteur Jean-Dominique Vassalli. Il nous appartient de garantir que l’extraordinaire dynamique créée par ce PRN dans la recherche survive à son terme et cela d’autant plus que les sciences de la vie sont l’un des domaines prioritaires de l’Université de Genève.

Le professeur en génétique du développement Denis Duboule est bien placé pour parler des succès engrangés par le PRN Frontiers in Genetics puisqu’il l’a dirigé depuis ses débuts. Il évoque l’excellence de la recherche menée par une vingtaine de groupes répartis sur différentes universités helvétiques, la création de cinq plateformes biotechnologiques qui ont fourni des solutions de pointe aux différents chercheurs, la constitution d’une école doctorale, ainsi que la promotion de recherches croisées entre différents groupes.

C’est d’ailleurs un membre éminent de ce même PRN qui prend aujourd’hui les rênes du nouvel institut. «La philosophie d’iGE3 emprunte à celle de Frontiers in Genetics dans le sens où il favorisera les contacts entre les groupes de recherche et l’encadrement des jeunes chercheurs, explique le professeur de génétique Stylianos Antonarakis, il s’en démarquera aussi par plusieurs aspects.»

iGE3 ne réunira par exemple que des groupes de recherche genevois – une cinquantaine - actifs dans la recherche fondamentale et clinique en génétique et génomique. Il s’emploiera néanmoins à cultiver et à intensifier les liens qui existent déjà avec le Centre intégratif de génomique (CIG) de l’Université de Lausanne et l’EPFL, liens qui ont permis à l’Arc lémanique de s’imposer comme une sorte de Silicon Valley des sciences de la vie.

Outre une composante très axée sur la recherche fondamentale, iGE3 se consacrera aussi aux implications de ces deux domaines de la génétique et de la génomique dans le champ

clinique. «Mieux on connaîtra les rapports entre génétique, métabolisme et pathologie, plus on sera capable de dresser le profil «biologique» d’un patient et dès lors le traiter avec efficacité, explique le professeur Stylianos Antonarakis. C’est un but qui exige une étroite collaboration entre ceux qui pratiquent la recherche fondamentale et ceux qui travaillent dans le domaine de la recherche clinique. Et c’est exactement ce rapprochement qu’entend promouvoir iGE3.

Contact

 Stylianos Antonarakis: Tél. +41 22 379 57 07

31 janvier 2012
  2012