2014

Création de deux chaires en théologie

L’Université de Genève (UNIGE) créera deux chaires en théologie dès la rentrée 2015. Dédiée à l’enseignement de la théologie pratique, la première chaire est fondée en hommage à Mme Irène Pictet et financée par son fils, M. Charles Pictet. Quant à la deuxième chaire, assurée par une Fondation de famille, elle honorera la mémoire du professeur Jacques de Senarclens, ancien doyen de la Faculté de théologie dont on célèbre les 100 ans de la naissance cette année. Les deux chaires permettront qu’une recherche et un enseignement en théologie complets perdurent en Suisse romande.

Lorsque la décision est tombée de fermer en 2015 la faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel (UNINE), les Universités de Genève et Lausanne ont entamé une réflexion quant à l’avenir de la théologie en Suisse romande. Liées par une convention, les trois institutions du Triangle Azur ont en effet la responsabilité de garantir l’excellence de la recherche et de l’enseignement romands et de répartir les pôles de compétence. La création de ces deux chaires contribue ainsi à la restructuration de la théologie, rendue indispensable par l’annonce de la fermeture de la faculté neuchâteloise.

Un nouveau Master à distance

Existant depuis la fondation de l’Académie de Genève en 1559, la Faculté autonome de théologie protestante de l’UNIGE dispense des enseignements dans de nombreux domaines - étude de l’Ancien et du Nouveau Testament, histoire du christianisme, théologie systématique, éthique. Dès la rentrée 2015, les deux nouvelles chaires viendront étoffer l’offre genevoise, en proposant notamment un enseignement en théologie pratique, indispensable à la formation des théologiens. Il s’agira de guider les étudiants vers une analyse académique des pratiques et des rites ecclésiaux et de réfléchir à l’avenir des Eglises dans un monde en constante mutation.

Aux formations déjà proposées s’ajoutera un Master en théologie à distance, conçu en collaboration avec l’Université de Lausanne. Pionnière, la faculté genevoise fut la première en Suisse romande à offrir la possibilité de suivre des études entièrement à distance, sur internet, et ce depuis 1998. Ce nouveau Master s’inscrit donc dans la continuité des efforts fournis par la faculté dans ce domaine, à l’heure où les MOOCs (Massive Online Open Courses) sont en plein essor.

Un pôle académique de référence en théologie

Les mécènes se sont engagés à financer les deux chaires sur une période de dix ans, à travers la Fondation de la Faculté autonome de théologie protestante de Genève. Autonome, la Faculté de théologie protestante ne dépend effectivement pas uniquement du rectorat de l’UNIGE, mais aussi d’une fondation. Le doyen de la faculté, Jean-Daniel Macchi, se réjouit de ce mécénat, qui «représente une opportunité unique d’assurer la recherche et l’enseignement romands en théologie. Cette initiative fera de l’UNIGE un pôle académique de référence en théologie dans le monde francophone.»

A propos d’Irène Pictet

Fille de médecin, épouse de banquier, Irène Pictet n’a cessé de s’engager, en toute discrétion, en vivant intensément tant ses convictions chrétiennes que sa volonté de contribuer à la promotion féminine. Lors de l’installation du Conseil œcuménique des Eglises à Genève, elle participe activement à l’accueil et à l’intégration de ses responsables. Puis, elle accepte d’être élue trésorière de l’Alliance Mondiale des Unions Chrétiennes Féminines (World YWCA). Pendant vingt ans, rencontrant tant de femmes des cinq continents, Irène Pictet a contribué, à sa manière, au rayonnement de l’esprit de Genève.

A propos de Jacques de Senarclens

Jacques de Senarclens naît à Genève en 1914 dans une famille protestante. Après des études de théologie à l’UNIGE, il accède au ministère en 1939 et fonde le Centre protestant d’études dont il est le premier directeur, il obtient son doctorat en 1949. Il poursuit sa carrière académique au sein de la Faculté en tant que Privat-docent de 1951 à 1953 avant d’enseigner l’éthique. Ses fonctions de pasteur et d’aumônier, tout comme ses enseignements à l’UNIGE contribuent à sa réputation d’excellent orateur et pédagogue. Il participe également à diverses commissions favorisant le dialogue entre catholiques et réformés, faisant preuve d’audace et d’innovation. En 1960, Jacques de Senarclens est nommé professeur ordinaire de théologie systématique à la Faculté autonome de théologie protestante, dont il devient doyen en 1966. En parallèle à sa vie académique, il s’implique dans le monde de l’édition. Directeur des éditions Labor et Fides, il participe à la traduction des oeuvres de Karl Barth, dont il est le disciple, celles de Luther et de Bonhoeffer ainsi qu’à l’adaptation en français moderne des écrits de Calvin. Il est l’auteur de nombreux ouvrages fondamentaux en matière de théologie protestante.

Contact

Jean-Daniel Macchi, tél.  022 379 74 21

6 octobre 2014
  2014