2015

La fierté d'Athéna

Dès la rentrée, des collégiennes et collégiens sont invités à suivre des cours de mathématiques et physique à l’Université de Genève (UNIGE): voici le cœur du programme d’études anticipées Athéna, du nom de la déesse grecque antique de la sagesse. Les élèves seront encadrés par des tuteurs (étudiants avancés, doctorants ou jeunes chercheurs) et pourront faire valider les crédits acquis en cas de réussite et d’inscription à l’UNIGE. On doit cette initiative aux physiciens Michele Maggiore et Andréas Mueller de la Faculté des sciences. Ceux-ci, soucieux de maintenir la relève, notamment féminine, dans les filières scientifiques ont eu l’idée d’encourager les talents chez les jeunes collégiens. Sur le plan pratique, la démarche se concrétisera par une phase-pilote qui accueillera des élèves du niveau secondaire II, en dernière ou avant-dernière année de formation, souhaitant découvrir les études de mathématiques et de physique et éventuellement prendre de l’avance dans leur futur cursus.

«Méthodes mathématiques pour physiciens». «Electrodynamique I». «Géométrie I». Voici quelques-uns des intitulés de cours que des collégiens genevois pourront suivre à la Faculté des sciences de l’UNIGE dès la rentrée, soit en physique, soit en mathématiques, dans le cadre du programme Athéna. Les initiateurs de cette démarche sont partis d’un double constat: les collégiens genevois s’intéressent aux filières scientifiques mais une proportion très, trop faible de femmes embrassent des carrières scientifiques en Suisse, au regard de la moyenne européenne. Il s’avère donc nécessaire de soutenir les talents au niveau des collèges et d’encourager ces jeunes à persister sur la voie, peut-être intimidante, des mathématiques ou de la physique.

En juin dernier, ce projet avait déjà fait parler de lui, résonnant au-delà des espérances des professeurs Michele Maggiore et Andréas Mueller qui déclaraient dans un quotidien local vouloir faire «vérifier ou découvrir une vocation» à la source, soit dès la 3e ou 4e année de collège. Donnant à cette proposition une réponse très engageante, les inscriptions pour cette première édition se sont portées à 101 personnes, issues d’institutions publiques et privées, parmi lesquelles 48 de sexe féminin. Après examen des dossiers, l’UNIGE accueillera plus de 70 élèves pour ces cours qui prendront deux heures par semaine, prélevées le plus harmonieusement possible sur le programme scolaire, grâce à une collaboration active avec les directions d’école.

Inspiré par d’autres pays

Les inscriptions pour l’année 2015/2016 sont désormais closes. L’UNIGE se réjouit de pouvoir participer activement au plan d’action Mathématiques et Sciences de la Nature lancé par le Département de l’instruction publique de la culture et du sport (DIP) et pérenniser l’expérience, directement inspirée du voisin allemand. En Allemagne en effet, les universités pratiquent déjà ce type de recrutement par programmes d’études anticipées, et ceci toutes disciplines confondues. Avec des chiffres éloquents à la fin du processus, tant sur le plan de la présence de femmes dans des filières académiques comme la physique, que sur celui du repeuplement des branches scientifiques enseignées à l’Université.

Examens, crédits et validation des acquis

Les élèves admis au programme sur la base d’un dossier fournissant leurs notes et des appréciations de leurs enseignants seront encadrés par un tuteur ou une tutrice choisi-e parmi les étudiants avancés ou les jeunes chercheurs. Ils pourront s’inscrire aux examens de fin d’année de physique ou de mathématiques et obtenir des crédits, en cas de réussite, qui seront validés s’ils continuent en cycle Bachelor dans l’un des deux champs d’étude.

Contact

Michele Maggiore, tél. + 41 22 379 63 81

3 septembre 2015
  2015