2016

Les hautes écoles préoccupées par l'avenir de la formation et de la recherche en Suisse

Deux ans après la votation populaire sur l'initiative contre l'immigration de masse, les hautes écoles mettent en garde contre les conséquences de l'initiative de mise en œuvre et publient un manifeste collectif sur l’importance de la formation et de la recherche suisse. Non seulement la formation et la recherche sont en jeu, mais également l'économie et la prospérité de la Suisse.

Si l'initiative de mise en œuvre était adoptée le 28 février 2016, cela aurait des conséquences tragiques pour la formation et la recherche en Suisse. La Suisse violerait ainsi des engagements en matière de droit international et dérogerait à l'accord sur la libre circulation des personnes. Les négociations déjà ardues engagées avec l'UE pour les accords sur la recherche seraient considérablement entravées. Dans le pire des cas, l'UE pourrait recourir à la clause dite guillotine et résilier tous les accords – en particulier celui concernant la coopération scientifique et technologique.

Si la Suisse ne parvient pas à un accord avec l'UE d'ici fin 2016, elle sera définitivement exclue des accords européens sur la formation et la recherche. Les conséquences économiques seraient désastreuses. En effet, davantage de fonds de recherche sont alloués à la Suisse par l'Union européenne que l’inverse. Selon un rapport récent du Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation, la Suisse a attribué entre 2007 et 2013 CHF 2’263 millions à l'UE. L'UE, quant à elle, a versé CHF 2’482 millions à la Suisse. 39% ont profité aux EPF, 28% aux universités, 3% aux hautes écoles spécialisées et 22% aux entreprises.

Dans leur manifeste « Pour une Suisse au centre du paysage européen de la formation et de la recherche », les hautes écoles expriment leur préoccupation concernant l'avenir de la place économique suisse. Il est aujourd'hui urgent de garantir les conditions-cadres pour la formation et la recherche en Suisse. Si la Suisse veut conserver sa position de leader, elle doit aussi être capable de se mesurer à l’échelle internationale avec les meilleurs dans le domaine de la formation et de la recherche.

Retrouvez le manifeste sur ce lien: www.unige.ch/rectorat/static/2016/Manifest-der-Schweizer-Hochschulen-f.pdf

Contacts: Michael O. Hengartner, Président de swissuniversities,  044 634 22 11; Martina Weiss, Secrétaire général,  031 335 07 40

8 février 2016
  2016