2007-2008

Le retour des grandes épidémies? - A l'occasion du Colloque Wright 08, l'UNIGE convie le public à faire le point sur la question avec d'éminents spécialistes

Tout concourt aujourd’hui au surgissement de nouvelles épidémies à grande échelle. Les violentes modifications imprimées par l’être humain à l’environnement au cours des deux derniers siècles contribuent en effet à créer un contexte favorable au développement de nouveaux agents pathogènes. Des maladies autrefois jugulées pourraient aussi réapparaître, causées par des microbes résistants aux traitements actuels. Les professionnels de la santé publique, conscients de la situation, envisagent plusieurs scénarios et parades, qui intègrent les résultats des recherches fondamentales et épidémiologiques. Recherches dont les acteurs sont convoqués à l’Université de Genève (UNIGE) par les organisateurs du 13e Colloque Wright, pour faire le point, en public et de manière interactive, sur une question qu’il s’agit de ne pas laisser en proie aux spéculations des esprits alarmistes.

Pour sa 13e édition, du 17 au 21 novembre prochain, le Colloque Wright pour la science fait s’exprimer des spécialistes des grandes épidémies sur l’évolution des maladies infectieuses à l’heure de la mondialisation, des déplacements massifs de populations et des détériorations écologiques dues aux hommes. Il s’agit de faire le point sur l’histoire des micro-organismes qui ont frappé l’espèce humaine et d’exposer les toutes dernières connaissances, tant sur les pandémies à venir, que sur les moyens envisagés pour s’en prémunir.

Un cycle infernal ?
Rappelons-nous : il y a moins d’un siècle, la grippe espagnole se répandit sur la planète, tuant 15 à 25 millions de personnes. Au Moyen Âge, la peste a décimé la population européenne. A cette aune, les vaccins constituent l’un des accomplissements majeurs de la civilisation moderne. Mais les agents pathogènes mutent, au fil des stratagèmes mis au point pour enrayer leur cycle. Les vaccins ont perturbé un délicat équilibre naturel, engendrant un retour de balancier biologique : le terrain est désormais prêt à voir poindre d’autres micro-organismes dangereux pour l’espèce humaine. J. Michael Bishop, de l’University of California (San Francisco, Etats-Unis), dressera un état des lieux de cette problématique, le lundi 17 novembre.

Influente influenza
D’autres touristes, qui voyagent sur de très longues distances depuis bien plus longtemps que les humains, sont dans le viseur des épidémiologues : les oiseaux migrateurs, vecteurs d’une grippe qu’on ne présente plus et qui, si elle se répandait, ferait de nombreuses victimes humaines. D’où l’utilité, pour les collectivités publiques, de bien se préparer à faire face au virus de l’influenza aviaire. Véritable «virus modèle», H5N1 permet d’anticiper la pandémie grippale, qui semble inévitablement programmée. Mardi 18 novembre, Robert G. Webster, du St. Jude Children’s Research Hospital (Memphis, Etats-Unis), abordera ce thème et celui des stratégies existantes.

Un mal qui n’en finit pas
La recherche sur le sida progresse, on meurt moins de cette maladie dans les pays prospères, mais l’épidémie ne régresse pas pour autant. Faut-il renoncer à l’espoir de voir prochainement aboutir un vaccin contre le VIH ? Y a-t-il d’autres options possibles ? C’est David D. Ho, de l’Aaron Diamond AIDS Research Center & The Rockfeller University, (New-York), qui traitera des perspectives récemment établies, le mercredi 19 novembre.

Menaçante tuberculose
Fléau contre lequel d’énormes moyens ont été engagés dans les pays industrialisés au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la tuberculose menace encore. Sa réapparition pourrait cependant être maîtrisée, grâce à de récentes recherches mises au point en biologie moléculaire et cellulaire. Douglas Young, de l’Imperial College of London (Grande-Bretagne), les exposera jeudi 20 novembre.

Un véritable dilemme
Lutter conte les bactéries au moyen d’antibiotiques équivaut à les renforcer. Conscients de cet enchaînement, les responsables en santé publique œuvrent à rompre le cercle vicieux. Comment ? Hajo Grundmann, du National Institute for Public Health and the Environment (Bilthoven, Pays-Bas), en parlera le vendredi 21 novembre.

Une après-midi pour les jeunes
Soucieux d’entretenir le dialogue entre les sciences et la cité, les organisateurs du Colloque Wright pour la science ont conçu une après-midi pour les adolescent-e-s, qui pourront questionner les éminents spécialistes dont il est fait mention ci-dessus. Ces rencontres auront lieu à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, de 13h30 à 15h30, le mercredi 19 novembre.

L’entrée est libre à toutes ces présentations, qui auront lieu à 18h30, à Uni Dufour.

Contacts:
Pour obtenir de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter Didier Raboud, au 079 349 88 94
D’autres renseignements se trouvent sur le site : www.colloque.ch

30 octobre 2008
  2007-2008