2007-2008

Cerveau et comportement - L’UNIGE inaugure l’IRM de son futur Brain & Behaviour Laboratory (BBL), acquis grâce à un don de la Société Académique de Genève

En inaugurant l’IRM de son futur Brain & Behaviour Laboratory (BBL), l’Université de Genève (UNIGE) a posé aujourd’hui «la première pierre» d’un complexe unique en Europe, exclusivement dédié à l’étude du cerveau et du comportement humains. Fruit d’une étroite collaboration entre le Centre de neurosciences, le Pôle en Sciences Affectives, la Faculté de médecine et celle de psychologie et des sciences de l’éducation de l’UNIGE, le BBL voit le jour grâce à une donation de 6 millions de francs de la Société Académique de Genève. Dédiée depuis 120 ans au développement de la recherche et de l’enseignement à l’UNIGE, la Société Académique inscrit cette contribution dans le cadre d’une démarche à long terme, qui a débuté avec la création, en 2006, de la chaire en neurosciences cognitives à la Faculté de médecine, tenue par le prof. Patrik Vuilleumier. Elle renforce ainsi son soutien à des recherches qui, dans le cadre du BBL, seront axées sur les fonctions mentales et les maladies neuro-dégénératives, comme la sclérose en plaques notamment.

L’UNIGE a inauguré cet après-midi l’IRM de son Brain & Behaviour Laboratory, en compagnie notamment des prof. Pierre Buri, président de la Société Académique, Jean-Michel Dayer, président du Fonds pour la recherche sur les maladies neuro-dégénératives, Jean-Dominique Vassalli, recteur de l’UNIGE, et Jean-Louis Carpentier, doyen de la Faculté de médecine. Entièrement dédiée aux recherches en neurosciences, cette IRM 3Teslas de dernière génération constitue la «première pierre» du Brain & Behaviour Laboratory (BBL), un laboratoire unique en Europe, voué à l’étude du cerveau et du comportement.

Six millions pour les neurosciences
C’est grâce à une donation de 6 millions de francs de la Société Académique de Genève que ce laboratoire voit le jour à l’UNIGE. «Je crois qu’Eugène Choisy et Charles Borgeaud, les deux étudiants qui ont fondé la Société Académique en 1888, seraient fiers de la part prise par leur institution, 120 ans plus tard, dans une aventure scientifique aussi ambitieuse que le BBL», a déclaré le prof. Buri. Pour le doyen Carpentier, «cette manne témoigne de l’apport nécessaire du secteur privé à la recherche médicale, en même temps que de la capacité des scientifiques de l’Université à attirer ces dons.»

Trouvant son origine chez un mécène anonyme, ce soutien financier participe d’une démarche qui s’est amorcée en 2006, avec la création de la chaire en neurosciences cognitives et la nomination, à sa tête, du prof. Patrik Vuilleumier. Ce projet prend aujourd’hui une nouvelle dimension avec l’arrivée de son IRM.

Mieux détecter la sclérose en plaques
Pour Jean-Michel Dayer, «cette IRM concrétise la nécessité de voir s’intensifier les recherches sur les maladies neuro-dégénératives, comme Alzheimer ou la sclérose en plaques.» En effet, c’est notamment sur cette dernière maladie que le prof. Vuilleumier et son équipe travailleront dans le cadre du BBL.

«Un des principaux objectifs des recherches sur la sclérose en plaques est aujourd’hui de parvenir à la détecter le plus tôt possible, afin de pouvoir intervenir avec un traitement de façon aussi hâtive qu’efficace, explique le prof. Vuilleumier. Etant donné qu’elle ne fait pas partie du protocole clinique standard, l'utilisation de l'IRM fonctionnelle promet de donner des résultats intéressants dans la détection de ces lésions précoces.» Cette recherche comprendra ainsi la mise en évidence, chez les patients, des altérations fonctionnelles et des connections défectueuses entre différentes régions du cerveau.

Vers le Brain & Behaviour Laboratory
Concernant le BBL, même s’il faudra attendre le printemps prochain pour voir ses portes s’ouvrir, on peut d’ores et déjà gager du fait qu’il constituera un complexe unique en son genre, un instrument de pointe pour la recherche en neurosciences.

Localisé au Centre médical universitaire de l’UNIGE, le BBL a été conçu à la manière d’un site interdisciplinaire, combinant les apports de différentes cellules d’expérimentation dédiées à des domaines d’investigation complémentaires. Pour prendre un exemple, son laboratoire du sommeil se trouvera à proximité de celui de réalité virtuelle, ainsi que de l'IRM et de l’électroencéphalographe, de sorte qu’il sera possible de tester directement l'effet des émotions générées dans le laboratoire de réalité virtuelle sur le sommeil (et vice-versa), comme d'enregistrer, pendant le sommeil, l'activité électrique et fonctionnelle (IRM) du cerveau.

Codirigé par le prof. Vuilleumier, directeur du Centre de neurosciences de l’UNIGE, et le prof. Klaus Scherer, directeur du Pôle en Sciences Affectives, le BBL permettra ainsi de combiner différentes techniques et méthodes d'observation sur le cerveau, pour étudier, dans les conditions les plus réalistes possibles, le comportement humain, les émotions et la cognition, mais surtout les relations qui les lient et les maladies qui les affectent.

Photos: vous trouverez des photos de la livraison de l’IRM ici

Contacts: le prof. Patrik Vuilleumier au 022 379 53 81, le prof. Pierre Buri au 022 784 32 89,le prof. Jean-Louis Carpentier au 022 379 50 01

8 décembre 2008
  2007-2008