L'infection à Human Papilloma Virus (HPV)

Définition-Transmission
Symptômes
Evolution
Diagnostic
Traitement
Prévention
Pour en savoir plus

Définition-Transmission

HPV est l'abréviation de «human papilloma virus », aussi connu sous le terme «papillomavirus». Dans la majorité des cas, le HPV est transmis par contact sexuel. On estime que c'est la principale infection sexuellement transmissible (IST) aux États-Unis.

Le virus se transmet par contact sexuel. Il faut le contact direct de peau à peau avec le pénis, scrotum, vagin, vulve, anus, bouche ou une autre partie du corps d'une personne infectée pour qu’il y ait transmission. Le HPV n'est pas transmis par le sang.

Symptômes

Les verrues génitales sont un signe d'infection au HPV. Cependant, dans la plupart des cas, le HPV s'avère une infection «discrète». En d'autres termes, nombreux sont les individus infectés qui ne présentent pas de signe évident d'infection.

Le HPV affecte la région anogénitale tant de l'homme que de la femme. Chez les femmes, ceci comprend la vulve, le col de l'utérus et l'anus. Chez l'homme, cette région inclut le pénis, le scrotum et l'anus. À cause de ces différences physiques dues au genre, le HPV affectera les hommes et les femmes de manière différente.

Chez les femmes, l'infection au HPV peut affecter les cellules du col de l'utérus de la manière suivante :

  • l'infection inactive ou latente, où les cellules affectées demeurent normales. Il n'y a pas de signe ou de symptôme d'infection de telle sorte que vous pouvez bien ne jamais savoir que vous êtes infectée. Votre corps combat le virus d'une manière que l'on ne comprend pas clairement.
  • l'infection active où les cellules du col infectées montrent des changements microscopiques. Ces changements anormaux peuvent être décelés à l'aide d’un frottis qui examine un échantillon des cellules du col de l'utérus.

Evolution

En fonction du type de HPV présent, l'infection peut évoluer vers l'un ou l'autre des deux extrêmes suivants :

  • Les cellules anormales «se dissipent spontanément», c'est-à-dire que l'infection devient inactive et ne pose plus de problèmes significatifs pour la santé. Une infection inactive peut devenir de nouveau active sans qu'on sache clairement pourquoi.
  • Les cellules cervicales anormales peuvent évoluer lentement vers le cancer du col de l'utérus. Selon les tests, plus de 90 % des femmes affligées du cancer du col de l'utérus ont aussi le HPV.

Tant pour l'homme que pour la femme, le HPV peut affecter la peau de la région génitale en y développant des verrues appelées condylomes. Ces verrues génitales ont l'air d'un petit choufleur, ou bien elles sont plates.

La plupart des types de HPV sont bénins, c'est-à-dire qu'ils ne causent pas le cancer. On a identifié environ 13 types de HPV qui ont un lien avec différents types de cancers de l'anus, du pénis, de la vulve et du col de l'utérus.

Diagnostic

Pour beaucoup de femmes, le premier signe d'une infection au HPV proviendra des résultats d'un frottis du col de l’utérus. Ces frottis sont donc très importants afin de détecter rapidement des cellules anormales.

Les hommes n'étant pas soumis de façon habituelle aux tests du HPV, l'examen de la région génitale devient alors important dans le but de détecter des verrues génitales

Traitement

Dans le cas où des cellules anormales sont révélées à l'aide du frottis cervical, votre médecin vous suivra de près et il pourrait demander d’autres investigations.

Des traitements comme la cryothérapie ou la chirurgie au laser pourraient s'avérer nécessaires pour éliminer les cellules anormales. Les soins vont dépendre de plusieurs facteurs dont le degré d'anormalité des cellules révélée par le frottis.

Les verrues génitales visibles qui causent des symptômes dérangeants ou des préoccupations d'ordre cosmétique peuvent être traitées. Des produits pharmaceutiques peuvent être appliqués. L'éradication de ces verrues requiert souvent plusieurs traitements. Dans les cas d'infection par un nombre élevé de verrues, des traitements comme la cryothérapie, la chirurgie au laser ou la chirurgie pourraient s'avérer nécessaires pour éliminer complètement l'infection au HPV. Enlever les verrues visibles n'élimine pas nécessairement le HPV. Les verrues peuvent réapparaître

Prévention

Si vous êtes actif sexuellement, le fait d'éviter le contact avec une personne infectée et de limiter le nombre de vos partenaires sexuels peut réduire les risques d'infection.

Le préservatif peut réduire les risques d'infection au HPV mais ne fournit pas une protection absolue vu que le HPV se transmet par le contact de peau à peau.

Les femmes peuvent se protéger encore plus du HPV au moyen de la détection rapide à l'aide du frottis du col de l’utérus.

D'autres façons de réduire le risque d'infection au HPV incluent :

  • retarder les rapports sexuels jusqu'à ce que le col de l'utérus soit bien formé (18-19 ans), et
  • s'abstenir de fumer.

Pour en savoir plus

top