2. Principes d'acquisition

2.1. Adéquation avec les atouts et les contraintes du contexte 

Dans une logique de complémentarité, de mutualisation et de rationalisation, l’intégration de ressources documentaires dans les collections de la Bibliothèque de l’Université de Genève doit tenir compte :

  • des collaborations et partenariats avec d’autres bibliothèques universitaires et scientifiques, ainsi que des réseaux existants auxquels la Bibliothèque de l’Université de Genève participe formellement ou informellement. Ces éléments déterminent avant toute acquisition si d’autres options peuvent satisfaire aux besoins de la communauté universitaire (prêt entre bibliothèques, acquisition mutualisée avec partage des frais, obtention d’une copie pouvant être conservée, location d’exemplaires). La Bibliothèque de l’Université de Genève collabore avec les autres bibliothèques genevoises, sans toutefois se substituer à celles-ci.
  • des budgets à disposition. Les acquisitions s’effectuent après mise en concurrence des fournisseurs, en comparant leurs offres, selon les meilleures conditions et à des tarifs négociés, tout en respectant le budget alloué. L’acquisition de documentation doit être conforme aux usages universitaires [5].

2.2. Coordination de la sélection documentaire

 Le développement des collections est réalisé par une sélection coordonnée et concertée au sein de la Bibliothèque de l’Université de Genève. Les critères de développement [6] sont définis et revus périodiquement sur les sites et entre les sites de la Bibliothèque afin de fixer les priorités et de rationaliser les dépenses. Les partenaires académiques sont impliqués dans la définition de ces orientations, selon les règles de gouvernance de la Bibliothèque de l’Université de Genève. La sélection est effectuée en exploitant au mieux les outils bibliographiques existants [7].

2.3. Prise en compte des demandes des usagers

 Toute demande d’achat provenant des membres de la communauté universitaire est considérée et analysée. Chaque demande est honorée, pour autant qu’elle soit adaptée aux domaines disciplinaires en lien avec les activités de l’institution, qu’elle corresponde aux critères définis dans les politiques d’acquisition propres aux disciplines, qu’elle puisse être intégrée aux budgets et qu’elle respecte les autres principes de la politique documentaire. Une réponse est apportée à toute demande dans les meilleurs délais.

2.4. Publications des membres de la communauté universitaire

 Les publications des membres de la communauté universitaire issues des activités d’enseignement et de recherche font l’objet d’une directive [8] et sont répertoriées dans l’Archive ouverte UNIGE.

Leur intégration dans les collections de la bibliothèque doit ainsi tenir compte de ce qui est déjà à disposition dans l’Archive ouverte UNIGE.

L’intégration aux collections des travaux de fin d’étude est explicitée dans les directives institutionnelles ou facultaires ad hoc.

2.5. Intégration aux collections des dons, legs, dépôts et échanges

 La documentation obtenue gratuitement par le biais de dons, de legs et de dépôts [9] n’est pas acceptée, à l’exception des documents qui répondent aux critères d’acquisition propres aux disciplines et dont l’information, de valeur scientifique, est en lien avec les besoins de la communauté universitaire.

En cas d’acceptation, ces documents font l’objet du même processus de traitement que l’information payante.

Les échanges de publications entre institutions sont étudiés au cas par cas selon les disciplines et réévalués périodiquement.

2.6. Intégration aux collections des publications en Open access 

 Les ressources scientifiques publiées selon le modèle de l’Open Access font l’objet d’une attention spécifique dans le développement des collections. Ces ressources sont privilégiées dans la mesure du possible par rapport aux publications dont l’accès est payant, dans l’optique de contribuer à la promotion de l’accès libre à la production éditoriale scientifique. La mise en valeur de ces ressources au sein des collections est promue.

retour


[5] Par exemple : éviter l’acquisition de copies ne respectant pas les règles d’usage (fournisseur ne respectant pas les droits de diffusion, éditions piratées), éviter les acquisitions à titre individuel lorsqu’une offre pour les institutions académiques existe.

[6] Par exemple : choix des supports physiques/en ligne, nombre d’exemplaires

[7] Catalogues d’éditeurs (imprimés ou en ligne, avec alertes), veille sur les acquisitions des autres bibliothèques scientifiques, outils dédiés

[9] Par don, il est fait référence à la documentation que des particuliers, membres de la communauté universitaire ou non, ou des organisations souhaitent offrir à la Bibliothèque.

Par legs, il est fait référence à des collections que des particuliers, membres de la communauté universitaire ou non, ou des organisations souhaitent transmettre par dispositions testamentaires à la Bibliothèque.

Par dépôt, il est fait référence aux collections qui n’appartiennent pas à la Bibliothèque de l’Université de Genève, mais qui y sont déposées physiquement.

top