Pourquoi à Genève ?

Le droit est une matière enseignée dans la plupart des universités suisses. Pour l'étudiant-e, il n'est pas facile de faire un choix entre ces différentes institutions [tant il est vrai que des rumeurs, pas toujours fondées, circulent sur la qualité des enseignements qui y sont dispensés].

Afin de rendre votre choix plus aisé, nous vous présentons six bonnes raisons d'étudier le droit à Genève.

1. Le pragmatisme de l'enseignement

Le travail du juriste consiste avant tout à apporter des solutions concrètes aux problèmes qu'on lui soumet. Cela implique une bonne connaissance de la pratique des tribunaux et une excellente gestion des nombreuses sources et ressources qui sont mises à la disposition du juriste.

C'est pourquoi la Faculté de droit de Genève dispense un enseignement empreint de pragmatisme. Dès leur première année d'études, les étudiants raisonnent sur la base de cas pratiques inspirés de la réalité et sont ainsi formés au maniement des textes, tels que les lois, la jurisprudence et les ouvrages de doctrine. En règle générale, ce matériel est laissé à la libre disposition des étudiants lors des examens, qui s'apparentent dès lors plus à un travail de réflexion qu'à une épreuve purement scolaire où l'apprentissage par coeur occupe une part importante.

2. La qualité du corps professoral

Le corps professoral de la Faculté de droit de Genève se compose de personnalités qui sont reconnues et réputées dans leur domaine respectif.

Nombreux sont les professeurs qui pratiquent le métier d'avocat, de conseiller juridique ou d'arbitre parallèlement à leurs activités académiques. Plusieurs d'entre eux apportent leur expertise à la collectivité en tant que membres de commissions communale, cantonale ou fédérale et sont régulièrement consultés au sujet de projets législatifs.

Cela constitue un avantage considérable pour les étudiants, qui ont ainsi l'assurance d'acquérir des connaissances émanant de personnalités en prise constante avec la réalité juridique.

Les professeurs de la Faculté se distinguent également par la qualité et la fréquence de leurs publications, fréquemment citées par les tribunaux helvétiques pour étayer leur argumentations.

3. Un environnement international

La Faculté de droit de Genève a l'avantage de se trouver dans la ville où siègent le Comité international de la Croix Rouge (CICR), l'Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi que de nombreuses autres organisations internationales qui oeuvrent au développement d'un ordre juridique international plus juste et équitable.

Dans le domaine économique, la proximité de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et de l'Union internationale des télécommunications doit également être relevée.

Il ne fait aucun doute que cet environnement international influence favorablement l'enseignement dispensé à la Faculté. Plusieurs membres du corps professoral ont eu l'occasion de travailler au sein ou pour le compte d'organisations internationales et peuvent ainsi apporter une sensibilité et une approche internationales aux étudiants.

Par ailleurs, la Faculté entretient des relations soutenues avec des organisations situées à l'extérieur de la Suisse, notamment avec l'Agence spatiale européenne, le Tribunal pénal international et la Convention de la Haye.

Fidèle à son esprit d'ouverture, la Faculté de droit organise conjointement avec la Faculté de droit de Duke University (Caroline du Nord, USA) des cours de droit international et comparé, dispensés en anglais par des enseignants des deux facultés.

4. Les centres de recherche 

Outre l'enseignement, une des missions de l'Université est de contribuer à la recherche. Pas moins de cinq centres de recherche dépendent de la Faculté de droit de Genève.

5. Un cadre agréable et une infrastructure moderne 

La Faculté de droit de Genève est située au centre-ville dans les bâtiments d'Uni-Mail, dont la construction s'est achevée en l'an 2000.
Les étudiants jouissent d'une infrastructure des plus modernes et d'un environnement propice à l'étude. Les salles de cours sont suffisamment vastes pour accueillir confortablement les étudiants, même en première année.
La bibliothèque, outil de base du juriste, dispose d'une collection bien fournie. Par ailleurs, une "bibliothèque virtuelle" est en train de se mettre en place à la Faculté de droit et l'accès par l'Internet aux principales sources de documentation à l'étranger est d'ores et déjà réalisé.  

6. La bonne intégration de la Faculté dans la Cité 

La Faculté de droit collabore étroitement avec la cité de Genève sous de nombreux aspects. Les membres du Corps professoral participent à de multiples conférences, colloques ou séminaires destinés à des groupes professionnels particuliers ou, sur des thèmes plus généraux à la population genevoise dans son ensemble.

L'offre en formation continue est très importante et porte sur les sujets les plus variés. On songera, par exemple, aux Journées du droit du travail, de la sécurité sociale, de droit administratif, de droit fiscal, de la responsabilité civile, de la concurrence, manifestations qui ont lieu chaque année.

La Faculté participe également étroitement à des colloques et à des tables rondes organisés régulièrement en matière de droit de l'art, de droit des affaires, de droit de l'environnement, etc.

Des liens étroits existent existent entre divers groupements professionnels et la Faculté de droit, notamment le barreau et la magistrature. Les rapports entre l'Ordre des avocats genevois et la Faculté sont ainsi bien établis et reposent sur une longue tradition. De même, certains professeurs sont, soit des anciens magistrats, soit participent activement à des instances judiciaires (juge suppléant aux Tribunal fédéral, Cour de Cassation, Commission fédérale de recours, etc.)

Une collaboration étroite entre la Faculté et la Cité est également assurée au sein de nombreuses associations, par exemple la Société genevoise de droit et de législation et l'Association genevoise du droit des affaires.

top