Bandeau FPSE Université de Genève Psychologie et Sciences de l'Education Université de Genève Facultés Etudiants Collaborateurs Services Alumni Actualités La Faculté Formations Recherche Faculté & Cité Infos pratiques Espace étudiants Contacts
 
  COGNITION VISUELLE  
 
  ÉQUIPE  
 
  PUBLICATIONS  
 
  ENSEIGNEMENTS  

Bienvenue sur le site de l'équipe de Cognition visuelle !

Domaines de recherche

Les thèmes de recherche du groupe Cognition visuelle sont liés à la perception, l’attention, l’action et la mémoire.

La plupart des recherches sont réalisées sur de jeunes adultes en bonne santé au sein de notre laboratoire. Nos expériences sont des tâches informatiques d’une durée de 20 à 50 minutes. Par exemple, tout en maintenant leur regard sur une croix centrale, les participants doivent chercher un carré (en bas à droite) tout en ignorant les cercles (voir figure).

Additional Singleton paradigm

Figure. Nous sommes plus rapides à trouver le carré quand tous les éléments du display ont la même couleur (illustration A). Si un élément à une couleur différente (illustration B), le temps de réaction est plus lent (selon Theeuwes, 1991).

Même si nos tâches expérimentales sont très simples (et parfois très monotones pour les participants), les questions de recherche théorique sous-jacentes n’en sont pas moins complexes et intéressantes. Par l’exemple, grâce à la tâche décrite ci-dessus, nous cherchons à mieux comprendre le rôle de l’attention sur la perception.

On va ainsi se demander comment le carré, la cible de la recherche visuelle, sera perçu en fonction d’où l’attention du participant est portée sur l’écran. Comme on peut le voir sur la figure A, le carré diffère des autres stimuli présentés sur la base d’une seule caractéristique : la forme. Sur la figure B, la cible est toujours le carré, mais on va introduire un cercle avec une couleur différente (un distracteur) afin d’attirer l’attention du sujet. On va ainsi pouvoir étudier si au cours de notre recherche visuelle, nous sommes capables de complètement ignorer le changement de couleur, saillant sur l’écran, mais non pertinent pour la tâche, afin de rester focaliser sur un changement de forme pour détecter le carré.

Comment mesurer objectivement l’attention ? Comment savoir si l’attention de nos participants a effectivement été attirée par le cercle rouge ? En fonction de nos protocoles expérimentaux, nous allons utiliser différents types de mesures.

La mesure la plus courante consiste à enregistrer les temps de réaction, nous allons demander à nos participants lorsqu’ils ont identifié la cible de presser sur une touche en fonction de l’orientation de la barre dans cette cible (la barre est verticale dans l’exemple). On va ainsi pouvoir comparer les temps de réaction des participants dans la condition A et B et voir si la présence d’un distracteur de couleur augmente les temps de réaction ou si au fil des essais, les participants deviennent capables d’inhiber ce cercle de couleur afin de répondre aussi rapidement que s’il n’apparaissait pas.

En plus de ces mesures comportementales, nous réalisons également des enregistrements de l’activité électrique cérébrale de nos participants au moyen de l’électroencéphalographie (EEG). Cette mesure non invasive est obtenue en plaçant des électrodes sur la tête de nos participants pendant qu’ils réalisent des tâches de recherche visuelle. Une fois analysées, les données ainsi obtenues nous permettent l’étude des traitements attentionnels sous-jacents à nos tâches expérimentales. Les composantes ou potentiels évoqués obtenus nous permettent une mesure du contrôle attentionnel, avant même que les participants ne répondent à la tâche.

Compétences acquises? : Les questions de recherche dans le domaine de la perception sont souvent vastes et complexes. Nos étudiants apprennent à soigneusement réfléchir à une thématique scientifique afin de pouvoir la traduire en un plan expérimental spécifique et réaliste. Un travail de maîtrise au sein de notre laboratoire de recherche permet à nos étudiants d’aborder et maîtriser des sujets théoriques complexes en passant par une réflexion autonome et créative. En fonction du travail effectué, ils peuvent être formés à l’utilisation d’équipements standards dans le domaine de la psychologie comme l’EEG ou l’oculométrie ainsi qu’à l’usage de certains logiciels de programmation d’expérience et d’analyse des données.