Université de Genève
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation

-

Carole De Lucia Barrantes & Anne-Christine Lennard

soutiendront leur mémoire de licence en sciences de l'éducation


Enseignement public ou privé : les dessous d'une transition
Etudes de cas sur les les stratégies parentales de scolarisation en territoire genevois

Lundi 15 juin 2009, de 10h15 à 12h15

Uni Mail, 40 Bd du Pont d'Arve, Genève
Salle 4389

-

Jury : Valérie Hutter et Olivier Maulini (co-directeurs), Janette Friedrich, Frédérique Giuliani.

La séance est publique.

-

Résumé du mémoire :

Ce mémoire se focalise sur les phénomènes de zapping scolaire, ou transition de l’enseignement public au privé, ou inversement. Le contexte de la recherche se limite à au territoire genevois et à la scolarité obligatoire. Le contexte historique correspond à une période charnière que nous appellerons « l’après rénovation » qui se caractérise par l’entrée en vigueur des « 13 priorités » de Charles Beer, ministre en charge de l’éducation et président du Département de l’Instruction publique. Le contexte politique et social genevois peut quant à lui être qualifié d’instable ou de volatile. Au travers de ces études de cas, nous tentons de mettre en exergue les critères de jugement qui orientent le choix des parents en direction d’une offre éducative, plutôt que d’une autre, ce que recherchent les parents en matière d’éducation pour leurs enfants, et lorsqu’il y a transition, quelles sont les configurations de critères différents qui conduisent à cette décision. L’analyse proposée se base, d’une part, sur les entretiens semi-directifs de 13 parents, décrivant le parcours scolaire de 36 enfants, et d’autre part, sur les entretiens de deux directeurs d’établissements privés contrastés. Parmi les premiers constats ressortant des 13 interviews réalisés, nous observons que l’éducation, familiale ou scolaire, reste un domaine essentiellement féminin et que les changements en matière d’éducation sont accueillis avec une certaine méfiance par les parents, bien qu’ils ne les rejettent pas expressément. Les attentes parentales sont multiples et parfois paradoxales, cependant elles se rejoignent toutes dans la recherche de réussite scolaire et de bien-être pour l’enfant, et obéissent de préférence à une logique de « cas par cas ». On enregistre marginalement plus de transitions du public au privé qu’inversement et les attentes vis-à-vis des deux systèmes sont sensiblement différentes et déterminent le sens de la transition. Du public au privé : le désir de distinction et la recherche d’une seconde chance, suite à un échec, priment. Du privé au public, les critiques se font moins nombreuses. Quant aux motivations, elles concernent en premier lieu l’aspect financier, dû au coût élevé d’une scolarité dans l’enseignement privé, mais aussi l’aspect social, avec un désir d’intégration et de confrontation à une « microsociété » représentative de celle que les enfants seront appelés à fréquenter ultérieurement. La proximité de l’école et le développement de l’autonomie sont également des éléments recherchés dans le public.

- - -

>> Le texte intégral

-

>> Autres mémoires