Université de Genève
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation

-

Marielle Banziger, Anna Benson & Suzanne Kokrda

soutiendront leur mémoire de licence en sciences de l'éducation

L'école hors l'école.
Les devoirs à domicile, entre changement et continuité

-

Lundi 3 juillet 2006, de 10h15 à 12h00

Uni Mail, 40 Bd du Pont d'Arve, Genève
Salle 4189

-

Jury : Olivier Maulini (directeur), Philippe Perrenoud, Mireille Snoeckx

La séance est publique.

-

Résumé du mémoire :

Cette recherche porte sur la pratique des devoirs à domicile dans l'école primaire genevoise, plus spécifiquement les fonctions que lui attribuent ou non les enseignants. Les programmes scolaires, les méthodes d'enseignement et les relations familles-écoles ne cessent d'évoluer, mais le rituel des devoirs à domicile semble de son côté perdurer, peut-être parce qu'il a sa logique propre, peut-être parce qu'il offre au contraire - à l'intersection de l'espace scolaire et de l'espace familial - la zone de stabilité autorisant le reste du système à changer.

L'étude se déroule en deux temps : 1. Un questionnaire complété par 240 titulaires des degrés +3 à +6 montre quelles fonctions sont globalement plébiscitées (apprendre aux élèves à organiser leur travail), lesquelles sont réfutées (faire le programme), lesquelles enfin reçoivent des réponses plus ambiguës ou partagées (informer les parents, différencier l'enseignement). 2. Deux entretiens réalisés avec des enseignants atypiques illustrent les tensions internes à la profession, la manière dont la pratique des devoirs et ses fonctions explicites sont contestées et/ou problématisées dans l'institution. La critique porte principalement sur l'obligation institutionnelle, la pression des parents, la perte de temps occasionnée ou l'inutilité de ces tâches. Elle débouche sur la remise en question d'un travail scolaire extra muros qui pourrait et devrait mieux s'effectuer dans les murs, sous le contrôle expert des enseignants.

Du point de vue des praticiens, on observe deux figures de la séparation entre le savoir scolaire et celui de la maison : soit les devoirs sont sous le contrôle à distance de l'enseignant, et l'élève doit pourvoir les faire seul, sans l'aide de ses parents ; soit ce travail demande un encadrement rapproché, et c'est en classe qu'il a les meilleurs chances de bien se dérouler. La recherche laisse donc ouverte la question d'une zone d'intersection entre les pratiques culturelles internes à l'école et celles auxquelles l'institution est censée préparer les enfants. La pratique des devoirs à domicile, si elle évolue peu, est peut-être le gage de certaines innovations, mais aussi un facteur de perpétuation des représentations sociales de la "bonne" et de la "juste" scolarisation. | mb+ab+sk

-

>> Autres mémoires