Université de Genève
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation

-

Danièle Amane

soutiendra son mémoire de licence en sciences de l'éducation

Dialogue d'initiés
Ce qui change dans la relation famille-école
lorsque le parent d'élève est lui-même enseignant

-

Mercredi 5 juillet, 14h15-16h00

Uni Mail, 40 Bd du Pont d'Arve, Genève
Salle 4193

-

Jury : Olivier Maulini (directeur), Monica Gather Thurler, Etiennette Vellas

La séance est publique.

-

 Résumé du mémoire :

Les relations familles-écoles sont complexes, et s'incarnent généralement dans la rencontre des enseignants et de parents d'élèves provenant de différents milieux, plus ou moins proches et/ou familiers de l'institution. La recherche a montré que les stratégies des familles dépendent de leurs calculs et de leurs aspirations, mais aussi des ressources culturelles qu'elles peuvent ou non mobiliser en situation.

Cette étude porte le cas très particulier des parents d'élèves qui sont eux-mêmes enseignants, voire directement collègues du maître responsable de leur enfant. Quelles stratégies adoptent ces experts, quelles ressources mobilisent-ils en situation de communication, plus particulièrement lors des entretiens tripartites réunissant le maître, l'élève et ses parents ? L'approche qualitative rend compte de l'attitude de deux mères enseignantes au cours de cinq " dialogues d'initiés " concernant chaque fois un enfant différent.

L'analyse montre d'abord comment les mères-enseignantes mobilisent leurs ressources lors des rencontres avec le maître de leur enfant. Elles font usage de leurs informations sur le cursus scolaire, les programmes, les devoirs ou les réunions de parents et les entretiens individuels. Elles dialoguent d'égal à égal avec le professionnel, ce qui se traduit principalement par des demandes d'explication, l'affirmation de normes et de valeurs, la recherche active d'intercompréhension, la neutralisation des conflits potentiels. Cette dernière variable pose la question du " jeu " que doit jouer le parent initié, moitié soucieux de ses intérêts privés, moitié contraint de préserver une relation de travail qui doit durer au-delà du moment d'entretien.

Ce dilemme est une séquelle de la proximité, mais il montre aussi - et paradoxalement - comment un " bon parent " est supposé se comporter du point de vue des enseignants. Bonnes connaisseuses de la marche de l'école, co-rédactrices de prescriptions, les mères-enseignantes doivent feindre d'ignorer certaines informations et s'efforcer de formaliser la relation pour que l'enfant bénéficie de sa part d'autonomie et de responsabilité dans l'interaction famille-école. Une autre recherche serait à conduire pour mieux comprendre ce que le parent-enseignant valorise implicitement en " surjouant " ainsi le rôle de père ou de mère ordinaire, ni trop ni trop peu interchangeable avec le professionnel qu'il est lui-même le reste du temps.

-

>> Autres mémoires