Retour vers la recherche
Th 0.0 | 12.1997
Premières questions

Cette recherche est consacrée au " questionnement " des élèves dans les premiers degrés de la scolarité obligatoire (à Genève : division élémentaire). Elle souhaite analyser la façon dont les enfants posent et se posent des questions ; la façon dont les enseignants et les enseignantes accueillent, stimulent, consolident ce questionnement. Elle s’intéressera donc aux situations d’enseignement-apprentissage, aux interactions maître-élèves, aux modalités d’organisation et de gestion de la classe qui sont susceptibles de " peser " sur la dynamique du questionnement. Elle tentera surtout de mieux comprendre en quoi cette dynamique est fonction du rapport des enfants et des enseignants eux-mêmes au savoir, à l’incertitude, à la curiosité, etc. Mon hypothèse : tous les enfants n’ayant pas les mêmes représentations, ni les mêmes attitudes dans ces domaines, l’enseignant doit faire face à un défi complexe : " embarquer " des élèves tous différents dans un questionnement qui les rassemble.

Ce projet implique une collaboration et un dialogue réguliers (2 ans minimum) avec quelques enseignants et enseignantes de la division élémentaire (entre 4 et 10 personnes). Ces enseignants seraient associés au travail de réflexion théorique. De mon côté, je souhaite participer à la vie quotidienne des classes, de façon à observer les interactions maître-élèves " en situation ". Il n’est donc pas prévu d’entretiens formels avec les enfants. C’est dans le cadre de la classe qu’ils doivent être entendus : dans ce qu’ils disent et ne disent pas, font et ne font pas, questionnent et ne questionnent pas.