La fameuse posture reflexive!

Quelques repères sur la pédagogie de projet

Qu'est-ce que la pédagogie de projet?

Le mot "projet" est beaucoup utilisé en pédagogie, souvent avec des significations plus ou moins variables. Pour certains enseignants, travailler à partir d'un centre d'intérêt est un projet. Pour Meirieu, la mise en projet est une approche pédagogique qui donne une finalité, un but aux apprentissages rencontrés, mais touche aussi de manière plus vaste au projet personnel que peuvent construire les élèves.
Par ailleurs, le "project based learning" ou apprentissage par projet se définit comme tourné vers un produit final à créer avant une certaine échéance et qui se destine à un public. Selon cette approche, la responsabilité du thème, du pilotage et de l'accomplissement du projet est laissée aux élèves qui avancent par tâtonnements, essaient, se trompent et apprennent. On voit donc que, sans être forcément contradictoires, ces différentes visions du projet visent en fait des objectifs quelque peu différents.

Ce qui entendu dans ce module lorsqu'il est question de "pédagogie de projet" est le fait de viser avec un groupe d'élèves un produit final à créer dans un laps de temps donné. Les élèves sont partie prennante du processus et prennent en charge les tâches à effectuer. Cela implique un travail de groupe et un certain nombre de négociations afin que chacun puisse s'approprier le projet en cours. Ainsi, l'élève n'est plus simplement en attente de ce que l'enseignant va lui faire faire, mais est placé en position d'acteur. Il est donc responsable lui-même de ses propres apprentissages. Etre en projet, c'est donc dépasser les cloisonnements entre les disciplines et aborder les apprentissages dans un contexte qui leur donne un sens.


A quoi ça sert?

Dans le but d'une meilleure "efficacité", l'école compartimente les matières et établit un programme qui définit ce qui doit être enseigné et dans quel ordre. Cela permet de s'assurer que tous les élèves aient rencontré tous les apprentissages visés, mais parallèlement, cela éloigne les savoirs de leur contexte. Se mettre en projet, c'est donc chercher à redonner du sens à certains apprentissages du fait que les élèves se rendent compte dans l'action de leur nécessité. Faudrait-il dès lors passer tous les apprentissages par le filtre du projet? Tout peut-il s'apprendre par cette démarche? Comment évaluer les savoirs réellement construits par les élèves au cours de projet? Le rapport entre projet et apprentissages n'est pas sans soulever un certain nombre de questions.

De fait, le projet met en lien toute une série de savoirs, de problèmes: on est donc face à la complexité; ce qui permet de s'entraîner à tranférer certaines compétences acquises dans un contexte précis à quelque chose de plus général. On peut cependant se demander si le fait de se mettre en projet est suffisant pour que ce transfert s'effectue, ou s'il n'y a pas aussi d'autres conditions pour qu'il ait lieu.

De plus, la démarche de projet suppose de rendre l'élève actif et surtout acteur. Cela est en lien avec la formation de futurs citoyens qui sachent se prendre en charge, affirmer leur liberté et l'utiliser. Au-delà des objectifs précis du programme, être en projet vise donc également certaines compétences transversales qui tiennent plus du savoir-être. Ainsi, pour Dewey, le rôle même de l'école est de former des individus capables de s'intégrer dans la société. Il préconise pour cela de ne pas séparer l'école de la vie sociale.
Plus loin, entrer dans une démarche de projet suppose donc une certaine idéologie face à l'attitude que l'on attend de nos élèves. Peut-être est-il donc judicieux de se demander si l'on est prêt à accepter cette prise d'autonomie et ce qu'elle implique pour notre enseignement.


Quelles sont les dérives auxquelles être attentifs?

Bien sûr, il ne suffit pas simplement d'être en projet pour que, miraculeusement, les élèves apprennent. Conduire un projet, pour l'enseignant, est une démarche d'équilibriste, pendant laquelle on oscille souvent entre trop ou pas assez de planification, entre l'exigence de production et la nécessité de formation, etc. Voici donc ci-dessous quatre exemples de dérives possibles lorsqu'on met nos élèves en projet.

  • La dérive productiviste

C'est le risque lorsque l'on est trop centré sur un produit à atteindre: il faut être attentif à ne pas oublier les objectifs d'apprentissage! La nécessité d'avoir un produit fini et présentable à une date précise peut ainsi pousser à des choix qui, s'ils sont efficaces, ne sont pas forcément les plus porteurs d'apprentissage pour les élèves (par exemple, laisser une tâche à l'élève qui sait déjà la faire plutôt que de permettre à quelqu'un d'autre de s'y essayer).

Ph. Perrenoud, pour tenter d'anticiper cette dérive, propose de rendre les élèves concernés par ce problème, de les rendre responsable, avec l'enseignant, de leur propre formation par le projet. Perrenoud parle dès lors de "double dévolution": du projet lui-même, mais aussi de la nécessité d'apprendre quelque chose à travers ce dernier.

  • La dérive techniciste

L'enseignant a tout planifié d'avance, les élèves n'ont plus qu'à exécuter les consignes. On n'est pas dans une réelle démarche de projet, puisque les élèves restent dans la même posture que dans l'enseignement habituel.

  • La dérive spontanéiste

Au contraire, l'enseignant n'a rien planifié et décide de suivre les envies de chacun, on se laisse guider sans avoir de but précis: le projet dure, la motivation s'étiole, les apprentissages ne sont pas garantis.

  • La dérive utilitariste

Penser que tout peut être enseigné dans des démarches de projet et chercher à tout moment à "donner du sens" à tout ce qu'on enseigne: le projet permet en effet à certains moments de contextualiser certains savoirs, mais il est parfois nécessaire de passer aussi par des moments d'entraînement ou d'apprentissage plus formel si on veut ensuite pouvoir utiliser des compétences dans le concret.


Quelques liens utiles

Deux liens (définition, descriptif plus appronfondi) qui traitent du "project based learning"

Lien sur certains dilemmes auxquelles est confronté l'enseignant dans une démarche de projet, entre logique d'action et de formation, et un autre sur certains des obstacles au projet, avec quelques pistes de solutions

Lien sur un texte de Ph. Meirieu qui traite de la tension entre les différentes logiques dans un projet (production, apprentissage, monitorat et réconciliation)


D'après les liens cités ci-dessus et
Bordallo, I., & Ginestet, J. P. (1993). Pour une pédagogie de projet. Paris: Hachette-Education?.



Stéphanie Jornod





Retour à la page d'accueil