Unité 2 Rapport au savoir, métier d'élève et sens du travail scolaire

Equipe : Olivier Maulini (LIFE), Valérie Vincent (LIFE) et Manuel Perrenoud (LIFE)

L’objectif global de cette unité est de prendre conscience d’une problématique articulée autour des notions centrales de métier d’élève, de rapport au savoir, de sens du travail scolaire. La compétence professionnelle visée est fondée sur l’acceptation et les capacités de réfléchir aux effets du métier d'élève pratiqué dans la classe sur la construction du sens des savoirs, des tâches et de l’école, comme sur la construction qui se réalise, dans le même temps et d’une manière tout aussi latente, d’un habitus de vie sociale.

photo unité 2

Problématique globale

Nul ne doute aujourd’hui que les enseignant-e-s exercent un métier. Mais on peut hésiter à parler d’un métier d’élève, parce que le mot évoque un revenu monétaire. Pourtant, le Petit Robert définit plus largement le métier: Tout genre de travail déterminé reconnu ou toléré par la société, et dont on peut tirer ses moyens d’existence. Dans ce sens, l’élève exerce un métier, non seulement par métaphore, mais parce que sa condition, dans les sociétés scolarisées, est bien de tirer ses moyens d’existence de l’exercice docile des tâches scolaires censées garantir la formation de la personne, du citoyen responsable, du consommateur avisé, du travailleur qualifié.

Si exercer le métier d’élève, c’est en bonne partie faire ce que demande le maître ou la maîtresse, sous son contrôle, le métier d'élève définit aussi en partie celui d'enseignant-e. Le métier d'élève a une histoire. En partie modelée par l’institution et l’établissement scolaires dans le cadre duquel il s’exerce. Mais il est aussi aménagé de façon spécifique dans une classe et une école déterminées, à la faveur du rapport pédagogique et du contrat didactique qui se nouent entre un enseignant-e et ses élèves durant une année scolaire.

La raison d'être du métier d'élève, c’est dans l'idéal d'apprendre, d'acquérir le savoir, au sens large : connaissances, concepts, méthodes, techniques, valeurs, règles que l’école se propose de transmettre aux élèves. Le savoir existe en dehors de l’école, là où on le développe, le codifie, le diffuse. L’école se l’approprie d’abord sous la forme de programmes, plans d’études, manuels et autres moyens d’enseignement. Mais en fin de compte, dans la classe, le savoir n’existe qu’à travers les représentations que s’en font maîtres et élèves. Or, chacun construit un rapport au savoir qui lui est propre.

Le rapport au savoir ne peut être le même chez l’enseignant-e qui le maîtrise et a pour charge de le partager et chez l’élève qui a tout à apprendre, sans être toujours bien décidé à le désirer ou à en payer le prix. Mais au-delà de ces différences de projet, le rapport au savoir diffère d’un-e élève à l’autre selon l’itinéraire suivi, les valeurs et les codes que chacun doit à sa famille et à son milieu d’origine aussi bien qu’à ses expériences scolaires antérieures. La distance inégale des élèves à l’école s’établit notamment en termes de rapports différents aux savoirs scolaires. Ce qui veut dire que non seulement les élèves ne maîtrisent pas également les codes et notions permettant d’assimiler ces savoirs dans les conditions standard de l’enseignement, mais qu’ils en voient très diversement l’intérêt, voire le sens. L’analyse du rapport au savoir introduit donc à une partie de l’analyse des difficultés d’apprentissage et de l’échec scolaire, aussi bien qu’à la problématique plus globale du sens du travail et des savoirs scolaires. L’approche sociologique conduit à considérer la fabrication du sens comme partiellement inscrite dans la définition de l'école aussi bien que dans les formes locales du métier d'élève.

L’analyse du sens du travail scolaire et du rapport au savoir, construits dans l'exercice du métier d'élève permet aussi de mieux comprendre les enjeux des réformes scolaires et notamment les implications des diverses pédagogies rencontrées sur le terrain scolaire : pédagogies nouvelles, de maîtrise, coopératives, actives, différenciées, institutionnelles, etc. Les diverses conceptions de l’enseignement et de l’apprentissage se traduisent en effet, au bout du compte, par des définitions et des pratiques différentes du métier d’enseignant-e et du métier d’élève, et de ses rapports respectifs au travail et au savoir.

Objectifs spécifiques

1. Repérer, analyser et comprendre les caractéristiques générales du métier d'élève.

2. Repérer, analyser et comprendre les variations de ce métier suivant le modèle pédagogique qui le régit d'une école ou d'une classe à l'autre.

3. Analyser et comprendre les incidences de l’exercice de ce métier sur la construction du rapport au savoir, du sens de l’école, des tâches scolaires et d’un habitus de vie sociale.

4. Comprendre ce que le sens du travail scolaire et le rapport au savoir doivent à l’histoire de vie et de formation de chacun mais aussi à la situation scolaire elle-même (prise de conscience des influences réelles et limitées de l’enseignant-e sur le rapport au savoir et le sens du travail scolaire chez les élèves).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

top