Publications

Livres


Nathan-213x300.jpgSciences et technologie - Cycle 3

Fichier ressources « Sciences et technologie » Cycle 3 – (9 à 13 ans) – Programme 2016 – Editions Nathan – 152 pages

A commander ici : Sciences et technologie - Nathan

Ou sur Amazon : Tome 1 - Tome 2

 

Un fichier organisé en 7 unités autour de la planète Terre et du vivant. Pour chaque unité, le guide du professeur, des fiches pour les élèves, et une démarche en trois temps : des documents pour interroger ; des documents pour chercher et comprendre ; des résumés permettant d’identifier les savoirs et savoir-faire construits et un lexique.

Et aussi dans l’ouvrage : présentation du nouveau programme ; apports scientifiques ; enjeux scientifiques et didactiques ; présentation de la démarche d’investigation en tant que démarche scientifique.

Tome 2 à paraître en janvier 2017 : 7 unités autour de la planète Terre, du vivant, de la matière et des objets techniques.

Bonus
Sur le site compagnon : des documents en couleurs à imprimer ou à projeter pour mener les séquences de classe.


 

 

Apprendre par l’autonomie

Marie-Louise Zimmermann

Développer l’autonomie…
Prendre en compte l’apprenant…,

mais comment ?

Comment faire pour que l’apprenant soit auteur et acteur de sa formation ?

Comment utiliser les perturbations conceptuelles ?

Comment créer des confrontations qui permettront à l’élève d’apprendre ?

Comment évaluer ?

Cet ouvrage, illustré de nombreux exemples présente des pratiques pédagogiques Apprendre par l’autonomie testées depuis de nombreuses années.

Il fournit des pistes et des ressources pour la classe.

Il s’adresse aux enseignants (scientifiques ou non), aux formateurs, à toute personne qui s’intéresse à un enseignement centré sur l’apprenant.


Guérir du diabète de type 2

Grégoire Lagger, membre de l’équipe d’Education thérapeutique des Hôpitaux Universitaire de Genève (HUG) et collaborateur au sein du Laboratoire de didactique et d’épistémologie des sciences de l’Université de Genève (LDES), l’a démontré en accompagnant plusieurs patients atteints de cette maladie chronique vers la guérison.

Son livre, « Guérir du diabète de type 2« , fruit d’une dizaine d’années de recherche et de collaboration avec des médecins, des soignants, des patients, des sportifs d’élite, des experts des sciences de l’apprendre et de la formation, est un ouvrage scientifique grand public de vulgarisation qui s’adresse à toutes les personnes concernées de loin ou de près par cette maladie ou intéressées par les mécanismes en jeu permettant d’améliorer sa condition physique générale ou de perdre du poids durablement.


 

A. Giordan et A. Golay, Bien vivre avec sa maladie, Lattès, 2013

Pas facile d’apprendre qu’on a une maladie… Délicat de vivre en permanence avec…. Mais pourquoi en sus se lamenter ou déprimer ? Pourquoi ne pas plutôt faire face ? La maladie, malheureusement, fait partie de toute vie. Un quart des Européens (150 millions) sont atteints d’une pathologie de longue durée : diabète, asthme, obésité, cancer du sein ou de la prostate, maladies cardiovasculaires, rhumatismes articulaires, mal au dos chronique, etc…

Entre traitements parfois lourds et auto-surveillance, on peut apprendre à vivre en santé avec sa maladie, on peut en éviter certaines complications. Accompagné de ses soignants, on peut devenir «acteur» de son propre traitement et conserver une vraie qualité de vie au quotidien. Pourquoi ne pas positiver pour commencer en prenant soin de son mental et de ses émotions ? Que jeter qui faisait mal ? Que changer au quotidien? Que rencontrer pour apprécier autrement la vie…


A. Giordan, J. Saltet, Apprendre à réussir, Librio, 2013

A. Giordan, J. Saltet, Apprendre à réviser, Librio, 2012

A. Giordan, J. Saltet, Apprendre à prendre des notes, Librio, 2011

A. Giordan, J. Saltet, Apprendre à apprendre, Librio

Apprendre efficacement et intelligemment, d’accord, mais comment s’y prend-on ? Bien se connaître et tirer les enseignements de ses erreurs sont les deux préalables indispensables pour s’organiser et se fabriquer des  » trucs  » infaillibles. Et puis, il faut savoir où l’on va, poser calmement les problèmes pour pouvoir les résoudre, sans oublier de prendre en compte notre corps, cet allié trop souvent négligé… Grâce à des exemples concrets et à de précieux conseils, aussi simples que pratiques, cette méthode permet de mieux appréhender ses études et de gagner du temps !

Un ensemble d’outils et de conseils à usage des étudiants en formation initiale ou continue, utile également pour la fin du secondaire.


« Découverte du monde – Manuel Cycle 2 » écrit par A. Giordan, L. Dubois, D. Olivier, D. Schumacher et C. Garnier

Sous la direction d’André Giordan

Un livre de cycle qui privilégie l’activité de l’élève et permet à l’enseignant de bâtir sa propre programmation.

Le manuel de l’élève propose :

2 unités de méthodologie pour entrer dans la discipline

35 sujets développés dans 5 domaines : Espace ; Temps ; Corps, santé et sécurité ; Vivant et environnement ; Matière, objets et technologie

Dans chaque unité :

– Une structure en 4 étapes qui éveille l’enfant à la démarche du chercheur : Je m’interroge ; Je comprends ; Je cherche ; Je vais plus loin.
– Une démarche qui conduit l’enfant à l’autonomie à travers un raisonnement personnel par le questionnement, l’observation et l’expérimentation.


C. Calcagno et A. Giordan, La Méditerranée, splendide, fragile, vivante, Edition du Rocher, 2010

Par son histoire et la beauté des lieux qui la bordent, la Méditerranée est un lieu mythique pour beaucoup de nos contemporains. Pourtant connaissent-ils ses richesses et les menaces qui pèsent sur elle ? Le but de cet ouvrage et de faire connaître, aimer et protéger la Méditerranée et sa Biodiversité.

– La première partie conduit à l’émerveillement.

. Cette mer qui représente moins de 1% de la surface de toutes les mers, est un des réservoirs majeurs de la biodiversité : 7,5% de la faune, et 11,8% de la flore marine mondiale, dont 30% des espèces n’existent pas dans les autres mers.

. La biodiversité est partout et revêt des formes multiples et variées : du dense au volatile, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, du permanent à l’instantané, du gêne à l’écosystème.

– La seconde partie sensibilise aux menaces qui pèsent sur cette richesse :

. On constate une diminution inquiétante de plusieurs espèces et tout particulièrement le thon rouge.

. L’augmentation très rapide du taux de gaz carbonique dans la mer entraine une diminution de la croissance des organismes à squelette calcaire (coraux, mollusques, algues, crustacés, larves) et a un impact à long terme sur la chaîne alimentaire et la vie dans les océans.

. La multiplication des méduses urticantes et la prolifération de l’algue verte en lien direct avec une intoxication de la méditerranée par le gaz carbonique.


 

Aux Origines du savoir, 5ème réédition, A. Giordan, G. de Vecchi, Editions Ovadia (2010).

A l’occasion des 30 ans du LDES, vous pouvez commander le livre à un prix spécial, port compris : 20 euros au lieu de 25 euros (la différence et le port vous sont offerts par le LDES).

Voir la couverture et la quatrième de couverture


 

Changer le collège c’est possible !, A. Giordan, J. Saltet, Editions playBac (2010).

Voir la couverture et la quatrième de couverture


A. Giordan & X. Pei, Le modèle allostérique: une nouvelle approche pour les recherches sur l’apprendre. Beijing: Educational Science Publisher. 2010 (original en chinois).

Un ensemble de recherche sur l’apprendre et notamment sur les apports du modèle d’apprentissage allostérique, réalisés par André Giordan au sein du LDES et adaptées à la situation chinoise par Xinning Pei de l’université  East China de Shanhai


 A. Golay, G. Lagger et A. Giordan, Motiver son patient à changer, Maloine, 2009

Depuis plus de vingt ans, une éducation thérapeutique du patient dite « humaniste  » s’est progressivement développée, en parallèle de la médecine réparatrice. Le patient y prend une place plus importante, et son approche tient compte des symptômes généraux et locaux qu’il développe et qui font de lui un être malade. En favorisant les échanges et la communication entre les partenaires, le patient devient « co-thérapeute « , tandis que le soignant s’appuie alors sur les besoins, les ressources et la culture du patient. Sans pour autant (re)nier. sa culture médicale ou de soins, le soignant peut ainsi mettre en place un « travail » avec le patient à plusieurs dimensions: cognitive, émotionnelle ou intentionnelle, infracognitive, métacognitive et perceptive. Ceci implique un changement de culture chez le soignant, que cet ouvrage développe en proposant une formation à la fois théorique et pratique.


Les Journées de Chamonix – 30 rencontres internationales pour l’éducation et la culture scientifiques et techniques, Acecsi (2009).

Préface du livre

 


Sciences Emergentes : 30 ans de didactique, André Giordan, Francine Pellaud, Editions OVADIA, Coll. André Giordan Au-delà des Apparences (2009).

La recherche en didactique est une science relativement nouvelle. Elle plonge ses racines dans le questionnement pédagogique et prolonge celui-ci dans toute sa réflexion concernant la recherche d’outils, de méthodes et de pratiques enseignantes. Mais ces aspects ne sont que l’aboutissement d’une réflexion portant avant tout sur les mécanismes qui président à l’apprendre. S’inspirant des sciences cognitives, qui se développent, en parallèle à cette même époque, faisant appel également aux connaissances issues des neurosciences et de la psychologie, la didactique tente de modéliser au mieux « ce qui se passe dans nos têtes quand on apprend ». Les questions fondamentales de l’éducation scientifique, à savoir « que faut-il enseigner ? », « comment enseigner ? » et « par quels moyens ? », bases de toute recherche en didactique, sont reprises à différentes époques, en lien avec des thèmes aussi divers que la science au quotidien, la citoyenneté, le rôle de l’enseignant face à l’acte d’apprendre, l’éducation à l’environnement, l’informatique, etc.

André Giordan n’est, certes, pas le seul chercheur à s’être intéressé à cette science. Mais, par la régularité de ses introductions aux Journées Internationales sur la Communication, l’Education et la Culture Scientifique et Industrielle, il nous offre une opportunité de « voir la science au moment où elle se pense ».

 


Comment enseigner les sciences ?, A. Giordan, F. Pellaud (coor) et all. (dont E. Easte, F. Kalali, JC. Noverraz, …), Editions DELAGRAVE (2009).

Il n’y a pas une seule façon d’apprendre. L’enseignement, la médiation scientifique ne peuvent se concevoir eux aussi qu’au pluriel. Dès lors, pas de mode d’emploi, ni de recettes !

Les auteurs répondent aux questions multiples que se posent les enseignants dans leur classe ou les médiateurs, les animateurs dans leurs activités ludiques :

• quels objectifs enseignés, médiatisés ?
• comment démarrer un cours, une activité ?
• comment motiver des jeunes ?
• comment faire évoluer leurs conceptions ? Où sont les obstacles ?
• comment évaluer ? Etc…

De plus, ils proposent un environnement didactique, des idées pratiques et des ressources pédagogiques pour surmonter les blocages récurrents.

Errata du chapitre IX

 


Les Découvertes en pays d’Islam, Ahmed Djebbar, Cécile de Hosson, David Jasmin (label La main à la pâte), Editions Le Pommier (2009).

Au Moyen-Âge, tandis que l’Europe chrétienne se construit dans une culture fortement liée aux valeurs religieuses, le monde islamique connaît une intense activité scientifique. Les Découvertes en Pays d’Islam, qui s’adresse aux enseignants des dernières années primaires et des premières années secondaires, aborde huit thèmes majeurs : découvertes de la circulation pulmonaire, du principe du rayon lumineux et de l’arc-en-ciel; inventions de la pompe à eau, de l’alambic et de la balance à sept plateaux; perfectionnement de l’astrolabe et utilisation poussée des principes de la symétrie.

Chacun des huit chapitres est constitué :

• D’un texte scientifique, écrit par un(e) historien(ne) des sciences
• D’un texte pédagogique, écrit par un(e) spécialiste en didactique des sciences
• D’un texte pour enfants où la découverte est abordée sous un angle fictionnel. S’inspirant des contes orientaux, ils mettent en scène Nabil et Fadila, deux enfants curieux, dont les aventures et les questions servent de point de départ aux travaux en classe : on peut les utiliser pour stimuler l’imagination, faire naître des interrogations, amorcer la discussion.

L’ensemble des textes pour enfants a été écrit par Anne Fauche, médiatrice scientifique.

 


Toutes les sciences, M. Coquidé, A. Fauche, C. Garnier, A. Giordan, A., Editions Nathan (2008).

Un livre de cycle qui privilégie l’activité de l’élève et permet à l’enseignant de bâtir sa propre programmation

Informations sur le site www.nathan.fr

  • Offre la possibilité d’étudier tous les domaines scientifiques : le ciel et la Terre, la matière, l’énergie et le développement durable, le vivant et l’environnement, le corps humain et la santé, les objets techniques
  • Contribue à l’éducation au développement durable par une sensibilisation aux problèmes actuels et futurs
  • Respecte toutes les démarches du chercheur : questionnement, observation, recherche, expérimentation, enquête, visite, mise en relation de données.
  • Développe 50 sujets dans des unités structurées chacune sur 4 pages : je m’interroge, je cherche, je comprends, je vais plus loin.
  • Renforce la maîtrise de la langue par l’acquisition d’un vocabulaire spécifique et la lecture de textes documentaires et littéraires.
  • Favorise l’attitude de coopération entre élèves grâce à des activités de groupe

 

 


Une éducation pour l’environnement , André Giordan, Christian Souchon, Editions DELAGRAVE (2008).

Vers un développement durable

Une Éducation pour l’environnement vers le développement durable a été conçue pour les enseignants de tous niveaux et de toutes disciplines, ainsi que pour les animateurs, les responsables d’associations ou les concepteurs. Issu des recherches et des innovations les plus actuelles, ce guide propose des idées d’activités, de thèmes et de projets concrets à réaliser. Il présente d’autre part, un certain nombre d’outils pour faciliter les pratiques. Quels sont les objectifs d’une telle éducation pour l’environnement ? Comment mettre en place et évaluer un projet ? Comment définir une progression ? Comment mettre en place une inter ou transdisciplinarité ? Comment connaître et prendre en compte les conceptions des apprenants ? Comment clarifier et gérer des valeurs parallèlement au savoir ? etc. Au delà de la question cruciale pour la survie et le bien-être de l’humanité, ce livre suggère également des pistes pour transformer « pas à pas » – mais efficacement – le système éducatif.

Préface du livre

 


Savoirs Emergents : Quels Savoirs pour aujourd’hui ?, André Giordan, Claire Héber-Suffrin, Editions OVADIA, Coll. André Giordan Au-delà des Apparences (2007).

Quels savoirs pour aujourd’hui ?

Voici un livre qui interroge avec un regard nouveau des savoirs non encore pensés, non encore labourés, des savoirs qui pourtant animent ou agitent notre vie quotidienne.
Certains sont classiques mais revisités et complétés, d’autres sont totalement nouveaux pour répondre à des questionnements d’aujourd’hui. Tous sont des savoirs émergents, pour nos sociétés en marche, souvent en proie à l’inquiétude, cependant toujours à la recherche d’équilibre.
Une aventure à douze voix, multiples, diverses, mais en fait accordées sur un projet commun. Un pari d’écriture, autour d’une interrogation têtue : N’y a-t-il pas urgence à bousculer nos évidences, à esquisser des possibles dont chacun pourrait s’emparer ?

Une aventure qui nous parle aussi bien d’expériences aux sonorités riches, sombres parfois, mais authentiques sûrement. Un groupe qui se questionne lui-même, et témoigne d’un cheminement vers davantage d’échanges dans la parité. Souhaitons que cette rencontre, avec des lecteurs désireux d’une réflexion ancrée dans la vie, soit porteuse de ferments constructifs.

Résumé du livre
Extraits du livre
Interview de Claire HEBER-SUFFRIN

 


Pierre Guérin, sur les pas de Freinet, Textes réunis par Marceau Gast, Madeleine et Claudie Guérin, Éditions Ibis Press (2007).

L’appropriation des technologies par les élèves, l’ouverture au monde par les moyens modernes de communication, les techniques d’expression libre… sont autant d’innovations que Pierre Guérin a mises à la portée du plus grand nombre dans le cadre scolaire.
Ainsi, dès le début des années 1950, avec quelques passionnés, il introduisit le magnétophone à l’école pour donner la parole aux enfants. Véritable passeur de savoir, il organisa des rencontres avec des scientifiques et intellectuels dans l’objectif d’aider les jeunes à se construire sur des bases solides.
Quarante personnalités (scientifiques, enseignants, bibliothécaires…) ou compagnons témoignent ici de ses réalisations novatrices et de son rayonnement. À leurs textes sont mêlés quelques uns des écrits de Pierre Guérin.
Un CD propose des extraits de documents sonores réalisés par luimême ou son équipe.

Pierre Guérin, enseignant, a été l’initiateur d’une pratique amateur de l’enregistrement de témoins, soit inconnus dans l’optique d’une histoire sociale, soit acteurs incontournables du XXe siècle pour réaliser une histoire de notre temps incarnée par ses acteurs mêmes. Héritier de la pédagogie Freinet, collaborateur de Jean Thévenot (“Chasseurs de sons” sur France-Culture), Pierre Guérin a œuvré pour inscrire l’audiovisuel dans le système éducatif de la fin du XXe siècle, comme un outil de structuration et de formation à part entière.

Patrick Frémeaux

 


Corps normalisé, corps stigmatisé, corps racialisé, Sous la direction de Gilles Boëtsch, Christian Hervé et Jacques J. Rozenberg, Editions De boeck (2007).

Les représentations corporelles ne sont pas de simples reflets de la réalité naturelle, mais aussi des productions culturelles qui traduisent le réel au gré des changements de mentalités. La prise en compte systématisée d’une telle distinction permet, par le biais de l’interdisciplinarité, une remise en cause radicale des notions de norme, de stigmate et de « race ».
Et c’est précisément la lecture croisée entre d’une part, l’analyse historique des corps, perçus aussi bien d’un point de vue individuel que collectif, et d’autre part la reconnaissance et la compréhension d’invariants corporels (bioculturels) comme la croissance et le vieillissement, la santé et le pathologique, la naissance et la mort, qui permet de préciser la nature des variations déterminant les différents construits corporels.

Cet ouvrage rassemble des textes de chercheurs de renommée internationale, appartenant à des disciplines variées, d’horizons théoriques et géographiques différents, afin de proposer une réflexion unitaire et globale sur la question du corps normalisé, stigmatisé et racialisé.

 


 

Faire vivre des démarches expérimentales, Jean-Yves Cariou, DELAGRAVE (2007).

La démarche expérimentale peut être considérée comme le prototype de toute démarche d’investigation. C’est compliqué ? C’est difficile ?… Ce livre a pour objectif majeur de pousser en avant l’enseignant qui se dit “je veux pas y aller !”, et de donner à celui qui se trouve déjà sur les rails des éléments qui lui feront se dire “tiens, je n’avais pas vu ça comme ça”…

Saviez-vous que, sans le moindre matériel, rien qu’avec vos mains, vous pouvez faire (ou faire faire) des expériences très démonstratives, aussi bien en biologie (sur les veines) qu’en physique (sur le principe du levier) ? Mais faire des expériences, est-ce suivre une démarche expérimentale ? Il faut bien reconnaître que, le plus souvent dans nos classes, les z-activités dictent une démarche plutôt manipulatoire : “beaucoup de bras, point de tête” comme on disait lors de la guerre de Cent Ans. L’annonce “on va faire des expériences” remporte toujours un franc succès, seulement… elle ne devrait jamais exister ! Obtenir des élèves “il faudrait faire telle expérience” est d’une toute autre envergure ! Cela nécessite un véritable changement d’état d’esprit : préférer qu’ils cherchent sans trouver plutôt que l’inverse, en sciences comme ailleurs.

Comment prendre en compte les conceptions des élèves sans s’y perdre ? Comment leur donner vraiment une part d’initiative conséquente sans se laisser déborder ? Quels principes et idées-forces respecter pour ne pas tomber dans une caricature de démarche ?

Naviguant entre exemples concrets (13 séquences détaillées en biologie, physique et technologie), prise de recul didactique et appui sur l’histoire des sciences, ce livre renouvelle aussi les entrées avec l’expérience la plus antique (la clepsydre d’Empédocle) comme la plus littéraire (Maupassant, “j’étions bu”). Il fournit différents outils tout en invitant le lecteur à… tenter sur lui-même et sa classe des expériences pédagogiques, selon un itinéraire sécurisé et avec échappatoires, pour inciter même un enseignant réfractaire à s’aventurer dans ces démarches où prime l’initiative des élèves !
Car bien des exemples montrent que souvent l’essentiel, c’est d’oser, pourvu qu’on y soit aidé par quelques bons points d’appui.


 

« Comment devient-on scientifique ? », Florence Guichard, EDP-Sciences (2007).

Enquête sur la naissance de vocations

L’expérience de nombreux scientifiques d’aujourd’hui, comme piste pour développer des vocations scientifiques chez nos enfants.
Une enquête auprès de plus de 300 scientifiques, jeunes ou moins jeunes, chercheurs, ingénieurs ou enseignants, a permis de découvrir les germes d’une passion qui a orienté leur vie.

Par l’évocation de leurs souvenirs de jeunesse, certains d’entre eux nous font revivre la naissance de leur vocation pour les sciences. On comprend alors la passion qui les anime et les a orientés vers les disciplines scientifiques. Un livre qui apporter des éléments nouveaux dans le débat actuel. En espérant qu’il contribue à redonner l’élan nécessaire pour développer davantage de vocations scientifiques chez les jeunes.


 

Ecole : Sens commun… ou bon sens ? Manipulations, réalités et avenir, Gérard DE VECCHI, Editions Delagrave (2007).

Et si on arrêtait d’affirmer tout et n’importe quoi sur l’Ecole ?

Sous le prétexte que tout le monde est allé à l’Ecole, chacun pense s’y connaître, savoir ce que l’on doit y faire. Mais qu’y a-t-il de vrai dans toutes ces croyances ? De nombreux pamphlets critiquent l’Ecole d’une manière souvent gratuite. Mais que doit-on penser de toutes leurs remarques ? On n’apprendrait plus rien à l’Ecole ? L’élève serait devenu l’enfant-roi ? Le niveau des élèves aurait considérablement baissé ? Les pédagogues seraient incompétents et proposeraient des méthodes aberrantes ? Il serait absurde de « mettre l’élève au centre des apprentissages », de lui demander de « construire son propre savoir », il faudrait revenir aux « bonnes vieilles méthodes qui ont fait leurs preuves » (mais les preuves de quoi !) ?
Et si une bonne partie de ce que l’on croyait généralement appartenait au domaine des stéréotypes… du sens commun plutôt qu’à celui du bon sens ?

Cet ouvrage fait le point sur tous ces sujets et propose une analyse argumentée de tous les problèmes que pose aujourd’hui l’éducation. Il montre comment on manipule les parents… mais aussi les enseignants. Il analyse comment va véritablement l’Ecole aujourd’hui, ce qu’il en est exactement du niveau des élèves et ce qu’ils doivent a pprendre en priorité. Il fait le point sur les résultats et la valeur des méthodes traditionnelles. Il montre ce qu’il y a derrière cette « pédagogie » moderne que beaucoup voudraient voir bannir. Et il avance un grand nombre de propositions sur ce que pourrait, ce que devrait être l’Ecole de demain.

Prix : 18.50 euros.

Gérard DE VECCHI est professeur agrégé, maître de conférences en sciences de l’éducation, chercheur au LDES (Laboratoire de Didactique et d’Epistémologie des Sciences) de l’Université de Genève. Instituteur, professeur de collège et de lycée, puis d’Ecole Normale et d’IUFM, il a formé pendant plus de vingt ans des enseignants de la maternelle à l’université.


L’Ecole de Nice A. Biancheri, A. Giordan avec le concours de R. François, Ed. Ovadia (2007)

Présentation de l’ouvrage (pdf)


Apprendre à apprendre A. Giordan et J. Saltet, Librio (2007)

Pourquoi apprendre à apprendre ?

Parce qu’apprendre, réussir à une formation ou à un examen est un métier en soit. Ceux qui réussissent ont découvert spontanément ce qu’il faut faire et ne pas faire ou l’ont acquis progressivement dans la famille. Parce que chaque formation, chaque concours, chaque épreuve a des rituels, des façons de faire qu’il s’agit de décoder et de s’approprier. On n’aborde pas de la même façon un oral, une dissertation ou un projet. On ne prend pas des notes de la même façon pour les mémoriser pour un examen, pour rédiger un compte-rendu ou monter un projet. Parce que chacun a des habitudes de travail, d’organisation et de mémorisation différentes . Il s’agit d’en prendre conscience, de les connaître pour les perfectionner, mais aussi parce qu’il est important de savoir qu’il existe d’autres façons de faire, parfois plus performantes.

Apprendre à apprendre, ce n’est donc pas directement acquérir un minimum de connaissances, mais vous permettre de mieux en mieux apprendre. C’est prendre un temps de recul sur vos façons de travailler et sur vous pour être plus efficace, plus compréhensible, plus pertinent ensuite. D’abord, apprendre à apprendre, c’est s’organiser pour mieux travailler. Le point de départ est toujours une bonne organisation, à commencer dans la tenue de ses pages de cours et la gestion de son temps et de son espace de travail. Ensuite, c’est acquérir des méthodes, des approches, des repères, pour recueillir et traiter au mieux les informations, notamment pour savoir argumenter ou se présenter sous son meilleur jour. Enfin, c’est se fabriquer des « trucs » pour gagner du temps et se faciliter la vie !

 


Ecole : changer de Cap, Sous la direction de L. Baranski, G. Hervé, B. Mattéi et A. Tarpinian, Editions Chronique Sociale (2007).


Couverture, quatrième de couverture et sommaire

Présentation de l’ouvrage


Journal de l’ascension au Mont-Blanc de Horace-Bénédict de Saussure, Edition établie par Anne Fauche et Samuel Cordier. Chamonix, Éditions Guérin (janvier 2007).

En août 1787, l’ascension du Mont-Blanc par le genevois Horace-Bénédict de Saussure constitua une grande première scientifique à si haute altitude. Pour mieux saisir l’enjeu exceptionnel de cette ascension, une contextualisation historique et scientifique introduit et complète le Journal tenu sur le terrain par Saussure.

Le quatrième de couverture donne le ton de l’ouvrage : « Quel homme que ce Saussure! Un savant, qui brave la montagne et les idées reçues pour vérifier ses intuitions. Un poète qui étalonne le bleu du ciel (avec son cyanomètre) et fait son lit sur le sommet du Mont-Blanc. Un mari attentionné qui entraîne Albertine, sa femme, jusque dans les glacières…
Un personnage moderne que révèle son journal, tenu au fil de l’ascension, et publié une seule fois en 1926. Anne Fauche et Samuel Cordier, fascinés par l’homme, le scientifique et l’alpiniste, nous aident à emboîter le pas audacieux de Saussure. »

 


Accompagner l’enfant intellectuellement précoce, Sous la direction d’André Giordan et Monique Binda, Editions Delagrave (2006).

L’enfant intellectuellement précoce (EIP) fascine indéniablement. On voit toujours en lui le futur petit génie. Pourtant ce terme recouvre une multiplicité de personnalités et de comportements qui ne garantissent pas toujours la réussite. Les deux tiers d’entre eux sont en échec scolaire.

Ceci ne doit plus être une fatalité. Les réflexions menées par l’Association nationale pour les enfants intellectuellement précoces (ANPEIP) depuis plus de 30 ans et les études récentes de différents professionnels rapportées dans ce livre, se veulent épauler tous ceux qui souhaitent comprendre et accompagner ces enfants dans leur parcours personnel et scolaire quelquefois difficile. Appréhender l’existence sous ses différentes formes pour ces enfants : voilà ce que permettront ces conseils pratiques et éducatifs.

Préface d’André Giordan (Document PDF)

Ce qu’il faut dénoncer…(Document PDF)

 


Comprendre et enseigner la classification du vivant. G. Lecointre. Belin (2004). Préface d’André Giordan

Non ! La classification n’est pas morte. Pire… elle met les enseignants en crise !

Préoccupation humaine de toujours, les classifications sont multiples. Mais au fait comment classer ? Faut-il faire comme Bécassine, la célèbre petite bretonne de La semaine de Suzette qui rangeait ensemble tous les éléments rouges, qu’ils soient serviettes, crayons ou tomates ? Faut-il imiter ces restaurateurs qui classent les coquillages et autres « fruits de mer » dans les poissons ? Au fait quels sont les critères de ce groupe pour un aubergiste ? Ou faut-il classer comme Buffon, chercheur prestigieux par ailleurs, qui regroupaient les êtres vivants dans leurs rapports avec l’Homme ? Il n’était pas le seul au XVIIIème.
Mais d’abord pourquoi classer ?… Ou encore pourquoi André Giordan – si je peux modestement me citer ! – pour une préface sur la classification. Pourquoi un physiologiste, de surcroît épistémologue ? Et surtout pourquoi quelqu’un qui tournait en dérision les livres et les pratiques pédagogiques en usage sur la classification !

Tout simplement, la systématique, cette science de la classification, et son enseignement ont fait leur saut quantique…. Elles n’ont plus rien à voir avec ce qu’elles étaient dans un passé récent ! Il ne s’agit plus de classer pour trier, ranger, repérer, engranger ou pour… le plaisir de classer ! Il s’agit de répertorier pour comprendre, pour comprendre une histoire. Et par n’importe laquelle : celle de la Vie, celle des êtres vivants.
Les résultats sont décapants, mais tellement plus formateurs que la connaissance des pièces buccales d’un crabe ou du nombre des sépales d’un coquelicot ! Désormais –il faudra s’y faire- les poissons n’existent plus… Les termes de « reptiles » ou d’ »invertébrés » n’ont plus aucun sens, du moins sur le plan scientifique. Pire, les dinosaures n’ont pas disparu !… Les crocodiles sont plus proches des oiseaux que des lézards. Enfin, nous -membres de noble espèce humaine- nous ne sommes plus au centre de la Nature. Et nous devons dorénavant nous considérer plus proche de certains champignons des sous-bois, comme les lactaires ou les russules que d’une belle rose…
Non ! Il ne s’agit pas d’élucubrations sans fondements. En s’appuyant sur les méthodes les plus actuelles de la recherche scientifique, ce sont quelques uns des bouleversements que nous apprend ce livre. Pas simple à concevoir tout cela !.. Il devenait ainsi important de faire un état de la question pour tous ceux qui sont chargés de l’enseigner ou de le médiatiser. C’est tout le mérite de ce livre coordonné par Guillaume Lecointre, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle.

Mais son mérite principal est ailleurs… Il pose la question du changement de nos habitudes mentales, et cela dans une époque de mutation où cette transformation devient un enjeu social. Les résultats de ces travaux nous obligent à regarder et à décrire le monde autrement. Face à ce qu’on prenait pour un poisson, nous devrons désormais faire un cheminement similaire à celui que nous effectuions pour exclure les baleines et les dauphins de ce groupe… Peut être même, il devra être plus complexe ; il ne s’agit plus d’exclure cette fois, il s’agit de concevoir autrement et de mettre en avant des mots différents.
Dans cette direction, cet ouvrage propose une autre approche de la classification, aussi bien pour l’école maternelle que pour les premiers cycles universitaires. Car désormais celle-ci reprend sens pour la classe. Convoquant Carl von Linné, Charles Darwin et Willi Hennig et bien d’autres, Guillaume Lecointre et ses collègues retracent les grandes étapes de l’élaboration de cette nouvelle démarche. Ils montrent notamment comment la théorie de l’évolution, a permis de fonder les relations de parenté entre les êtres vivants.

Toutefois, ne prenez pas ce livre pour un pensum… ou un traité théorique de plus! Avant tout, il aborde les questions concrètes de la classe. Comment faire apprendre à l’avenir cette science qui a tant changé ? Tout de suite, on s’aperçoit qu’il ne suffit pas d’observer pour « bien » classer. Les cheminements sont beaucoup plus complexes et rejoignent en tous points nos travaux sur l’apprendre.
La pensée de l’apprenant qu’il soit enfant ou adulte se doit d’être transformée à son tour ; et pour y parvenir, il n’y a jamais rien d’évident. Aucune recette n’existe, c’est un environnement didactique qu’il s’agit de mettre en place. Bien des ressources et des outils sont nécessaires. Quelques uns de ceux qui ont « réussi » dans des classes témoins sont ainsi proposés.


« L’Europe des Découvertes ». Un ouvrage collectif publié sous la direction de D. Jasmin. Editions Le Pommier, Fondation des Treilles (août 2004)

Le livre présente douze découvertes ou inventions de sept pays d’Europe dont la Suisse et plus spécifiquement Genève. Pour chaque invention, trois types de textes facilitent l’entrée dans l’histoire des sciences et son approche en classe. Le cédérom s’adresse aux plus jeunes.
Il est issu d’un projet né en 2001 et mis en œuvre par La main à la pâte et plusieurs partenaires européens auquel s’est associé le LDES avec Anne Fauche, coordonnatrice du projet pour la Suisse.
C’est le cyanomètre d’Horace-Bénédict de Saussure qui a été choisi pour figurer dans le livre. Outre l’originalité de l’instrument et son exceptionnel potentiel, c’est la qualité du travail déjà mené en classe et dans les ateliers du Musée d’histoire des sciences de Genève qui ont motivé ce choix.
Le texte historico-scientifique a été rédigé par Samuel Cordier, le texte pédagogique ainsi que celui destiné aux enfants par Anne Fauche.

 


 

Une autre école pour nos enfants, A. Giordan. Delagrave (2002)

Les débats sur l’école ces dernières années ont été plutôt chiches. Le plus souvent, ils se sont limités à quelques oppositions duales et stériles: les républicains contres les « pédagogos », les décentralisateurs contre les centralisateurs. Quelques beaux esprits ont pu exister en faisant un peu de bruit. Ils ont bien amusé la galerie; mais en terme d’efficacité…
On évite ainsi de poser les questions indispensables au débat de fond: Qu’apprendre à nos enfants? Et pourquoi? Tout simplement parce que ces questions ne sont pas simples, pas immédiates. Surtout on néglige la réflexion en amont, sur la place et les missions de l’école dans une société en mutation sur la connaissance du citoyen de base de notre démocratie et sur les modes d’appropriation – et non de transmission.
Ce livre n’est toutefois pas une proposition de programme pour l’école. Une de plus! Il est seulement une contribution au débat national, voire européen, dont on ne peut plus faire l’économie sur l’avenir de l’école. Il pose les enjeux et propose des possibles.

Voir aussi les commentaires piqués ça et là, ainsi que les livres recommandés par Sciences & Avenir

 


Des questionnements pédagogiques: Comment faire ? M-L. Zimmermann-Asta. Editions du CEFRA (2002)

Comment faire pour questionner l’étudiant afin de faire émerger ses conceptions? Comment faire pour que l’apprenant découvre son cheminement mental? Cet ouvrage, à travers des exemples, présente des pratiques de questionnements. Il s’adresse aux enseignants, aux formateurs, à toute personne qui s’intéresse à la réussite.
Marie-Louise Zimmermann-Asta est docteure es Sciences de l’Education et collaboratrice de recherche au LDES (Laboratoire de Didactique et d’Epistémologie des Sciences, dirigé par A. Giordan) à l’Université de Genève. Depuis trente ans, elle enseigne la physique. Formatrice d’enseignants et de formateurs, elle a toujours continué à enseigner afin d’agir dans le terrain éducatif. Restée au contact des élèves, elle conçoit ainsi pour eux une approche pédagogique: l’Apprentissage Par l’Autonomie (APA), qu’elle pratique et adapte depuis près de vingt ans. Directrice du CEFRA (Centre de formation et de recherches sur les stratégies d’apprentissage). Consultante en pédagogie, elle réalise des entretiens-profils (selon A. de La Garanderie), des formations en Gestion Mentale et en stratégies d’apprentissage.

Contact: Editions du CEFRA, 9 ch. Pont-de-Ville, CH-1224 Chêne-Bougeries (Suisse). Tel/Fax : +41 22 349 98 67 Email : zimmermann-cefra(at)bluewin.ch

 


 

Apprendre Par l’Autonomie…. Comment ? M-L. Zimmermann-Asta. Editions du CEFRA (2000)

Comment faire pour que l’apprenant soit auteur et acteur de sa formation ?
Comment utiliser les conceptions, les perturbations conceptuelles.
Comment créer des confrontations qui permettront à l’élève d’apprendre ?
Comment évaluer ?
Cet ouvrage, illustré de nombreux exemples testés en classe, présente des pratiques pédagogiques APA. Il fournit des pistes et des ressources pour les enseignants (scientifiques ou non), les formateurs, toute personne qui s’intéresse à un enseignement centré sur l’apprenant.

Contact: Editions du CEFRA, 9 ch. Pont-de-Ville, CH-1224 Chêne-Bougeries (Suisse). Tel/Fax : +41 22 349 98 67 Email : zimmermann-cefra(at)bluewin.ch

 


 

Une didactique des sciences expérimentales. A. Giordan. Belin (1999)

La démarche expérimentale est un des objectifs très souvent mis en avant. Mais on sait peu de choses sur la manière dont l’élève -non plus confronté à un exercice scolaire mais à un problème de la vie quotidienne- est capable de formuler ce problème et, le cas échéant, de « découvrir » parmi les notions qu’il a acquises celles qui lui permettront le mieux de trouver la (ou les) solution(s). On connaît mal les obstacles rencontrés par ces derniers face aux matériels ou face à la démarche elle-même. Tel est le but de ce livre qui propose en plus un certain nombre de possibilités pédagogiques (situations, stratégies pédagogiques, matériels didactiques, aides didactiques,..) propres à faire progresser l’apprenant. Toutes ont été expérimentées et évaluées dans des classes.


 

Mon corps, la première merveille du monde. A. Giordan. JC Lattès (1999)

Et si mon existence était la plus extraordinnaire réussite de ma vie? Et si mon corps était l’expression suprême de la plus grande perfection de l’évolution? Et si mon rire, mes pleurs, ma façon d’aimer ou de haïr était le plus beau voyage de noces entre mon moi biologique et mes rêves?…
Au-delà de la pure merveille que constitue le corps humain en tant que holding du plus haut niveau, ce livre nous amène à nous connaître, à nous reconnaître et à nous apprécier à notre juste valeur. Avec un sourire, un rire, voire un fou-rire au coin des lèvres, apprenez à vous aimer!

 


Apprendre!. A. Giordan. Débats Belin (1998)

Comment apprend-on? Quelle est la place de la mémoire, de la motivation, du désir ou de l’émotion? Que sait-on des capacités étonnantes du cerveau? Pourquoi certains enfants ou adultes ont-ils tant de difficultés à apprendre? Apprendre est un processus complexe, souvent conflictuel, qui suppose de bousculer les conceptions ancrées dans nos têtes.

Présentation du livre par Th. Berthou

Dans la collection Débat de Belin, présentation du livre « Apprendre! » et possibilité de le commander directement!

 


 

Des idées pour apprendre. A. Giordan, J et F Guichard. Z’éditions (1997)

Des idées pour apprendre, Collection Guides pratiques, Z’éditions.
Depuis 20 ans, de nombreuses expériences ont été réalisées et évaluées en éducation et en médiation des sciences et des techniques. Il s’agit aujourd’hui de les partager au plus grand nombre.
Ce livre est le complément de L’enseignement scientifique, comment faire pour que ça marche ? et de Evaluer pour innover parus dans la même collection.
L’enseignant, l’animateur, le concepteur y puiseront une foule de propositions, de pratiques, de ressources et d’outils pour élaborer un cours, une exposition, une vidéo ou un multimédia.
En librairie.

 


 

Les sciences à l’école maternelle. M. Cantor et A. Giordan. Z’éditions (1997)

Une première partie de cet ouvrage présente des activités scientifiques et techniques à faire avec de jeunes enfants. Une deuxième partie, plus théorique, met l’accent sur l’importance de développer ce type d’approche très jeune. Deux autres parties reprennent et élargissent quelques points pour aider les enseignants à mettre en place et à animer des situations et des activités de sensibilisation et d’apprentissage aux sciences et aux techniques. En librairie.

 


 

Sur les chemins de l’apprendre. M-L. Zimmermann-Asta. Editions du CEFRA (1996)

Cet ouvrage présente un itinéraire pédagogique original qui marie théorie et pratique. Illustré de nombreux exemples et applications, il s’adresse aux enseignants, formateurs, apprenants, parents, à toute personne qui s’intéresse à la réussite scolaire.
Contact: Editions du CEFRA, 9 ch. Pont-de-Ville, CH-1224 Chêne-Bougeries (Suisse). Tel/Fax : +41 22 349 98 67 Email : zimmermann-cefra(at)bluewin.ch

 


 

New learning models. A. Giordan et Y. Girault (éd). Z’éditions (1996)

Ce livre, édité par André Giordan et Yves Girault, présente un certain nombre de données actuelles sur l’apprendre. Il a été réalisé à partir des interventions des principaux spécialistes qui sont intervenus au colloque du même nom tenu à Genève en 1994 à l’initiative du LDES pour la Commission of Biological Education (IUBS) et l’Association Européenne de Didactique de la Biologie.
En anglais. Prix réduit au LDES : 25 SFR ou 100 FF (envoi compris), envoyer chèque ou virement au LDES (compte université).


Douze questions d’actualité sur l’environnement. A. Giordan et Jacqueline Denis-Lempereur (coord.). Z’éditions (1996)

Un important projet d’édition à la demande du Ministère de l’Environnement français a été coordonné par le LDES sur douze grandes questions d’environnement controversées: la biodiversité et la disparition des espèces; l’effet de serre et le changement climatique; la déforestation; la désertification; les CFC et autres polluants de l’air et le trou dans la couche d’ozone; la multiplication des déchets; les pollutions des eaux (y compris bioaccumulation); les effets de l’urbanisation; la maîtrise de l’énergie; le risque des biotechnologies; l’exploitation des ressources; le développement durable.
Chaque sujet est traité par deux scientifiques de renom sous une approche différente. A travers ces textes, c’est la question « comment décider en situation d’incertitude » qui est posée.
Une centaine d’exemplaires gratuits (financés par le Ministère de l’environnement) sont à disposition des enseignants et des formateurs français (à venir chercher sur place ou envoyer uniquement 20 FF pour les frais d’envoi). Pour les autres, ils peuvent se les procurer également au LDES à prix réduit (15 SFR port compris).

 


 

Comme un poisson rouge dans l’homme. A. Giordan. Payot (1995)

Ce livre d’André Giordan est très différent de ses habituelles publications. L’auteur revient ici sur ses travaux de jeune chercheur en physiologie, tout en évoquant au passage des souvenirs personnels qui a posteriori éclairent singulièrement son parcours.
Le lecteur est invité à des promenades au cœur des subtils mécanismes de régulation de l’eau chez le poisson rouge, son outil de laboratoire. Par là, il décode la multiplicité des processus que met en place le corps humain pour gérer un de ses éléments, l’eau. L’enquête est serrée, les résultats sont étonnants et toujours valables aujourd’hui et, ce qui n’est pas le moins surprenant, aussi bien pour l’homme que pour le poisson rouge.
De ce voyage au cœur du fonctionnement du vivant, l’auteur tire, par analogie, matière à considérer autrement celui de nos sociétés, il montre l’importance de l’idée de régulation dans une société complexe et développe la physionique, un modèle à penser original inspiré du vivant pour comprendre une organisation qui « marche » !..

 


Développement des ressources humaines: planifier l’offre d’enseignement scientifique à l’école secondaire. A. Giordan, Y. Girault. Programme de recherche et d’études de l’IIPE (Institut International de Planification de l’Education) (1994)

Le livre au format PDF

 


 

Conceptions et connaissance. A. Giordan, Y. Girault et P. Clément. Peter Lang (1994)

Les travaux didactiques sur les conceptions renouvellent la question des apprentissages. Des individus ont atteint des niveaux très développés d’abstraction peuvent fonctionner comme des enfants sur des contenus spécifiques. L’éducation ne peut plus viser l’acquisition de connaissances sans s’intéresser à leur champ de signification, aux cadres et pratiques de référence et à leur mobilisation par l’apprenant à l’école et hors de l’école.

Pour tenter de dépasser le modèle constructiviste, de nouvelles directions de travail sont proposées. L’apport le plus original porte sur les environnements didactiques qui facilitent l’apprentissage.


 

Une éducation pour l’environnement. A. Giordan et S. Souchon. Z’éditions (1991)

Issu des recherches et des innovations les plus actuelles, ce guide propose des idées d’activités, de thèmes et de projets concrets à réaliser, Il présente d’autre part, un certain nombre d’outils pour faciliter les pratiques. Au-dela de la question cruciale pour la survie et le bien-être de l’humanité, ce livre suggère également des pistes pour transformer « pas à pas » – mais efficacement- le système éducatif.


L’enseignement scientifique, Comment faire pour que « ça marche » ? . G. De Vecchi et A. Giordan. Z’éditions (1988)

Il est destiné essentiellement aux instituteurs, aux professeurs et aux animateurs d’activités scientifiques désireux de trouver des recettes, des idées et des outils pédagogiques, mais voulant aussi posséder une réflexion sur l’enseignement, la culture scientifique ainsi que sur leur propre pratique.

 


 

Les origines du savoir . A. Giordan et G. De Vecchi. Delachaux, Neuchatel (1987)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’apprentissage … et que vous n’avez jamais réussi à apprendre! Le livre indispensable pour enfin comprendre les mécanismes qui entravent ou aident l’apprentissage. En d’autres termes, enfin comprendre pourquoi, lorsqu’on enseigne, les élèves n’apprennent pas. Le livre indispensable à tout enseignant des sciences.