Imprimer cette page

L'hypothèse de recherche

L’hypothèse est une proposition de réponse à une question posée. L’organisation d’une recherche autour d’hypothèses de travail constitue un excellent moyen de la mener avec ordre et rigueur sans sacrifier pour autant l’esprit de découverte et de curiosité. Davantage, un travail ne peut être considéré comme une véritable recherche s’il ne se structure pas autour d’une ou plusieurs hypothèses. L’hypothèse, fondée sur une réflexion théorique et sur la connaissance préparatoire du phénomène étudié (phase exploratoire), s’exprime comme une présomption non gratuite portant sur le comportement des objets étudiés. Le chercheur qui la formule dit en fait : " Je pense que c’est dans cette direction-là qu’il faut chercher, que cette piste sera la plus féconde ". L’hypothèse est donc une proposition concernant la valeur d’un paramètre, la loi probabiliste à l’origine du caractère des types d’observation. C’est une proposition ou ensemble de propositions, qui constitue le point de départ de la démonstration. Une hypothèse est donc une proposition provisoire, une présomption qui demande à être vérifiée. Il n’est d’observation ou d’expérimentation qui ne repose sur des hypothèses. Quand elles ne sont pas explicites, elles sont implicites, ou même inconscientes. L’hypothèse peut se présenter comme l’anticipation d’une relation entre un phénomène et un concept capable d’en rendre compte. Elle peut également se présenter comme l’anticipation d’une relation entre deux concepts ou, ce qui revient au même, entre deux types de phénomènes qu’ils désignent. (Quivy, Van Campenhoudt, 1988 : 129). L’hypothèse sera confrontée dans une étape ultérieure de la recherche à des données d’observation. Pour pouvoir faire l’objet de cette vérification empirique, une hypothèse doit être falsifiable ou réfutable (K. Popper). Cela signifie d’abord qu’elle doit pouvoir être testée indéfiniment et donc revêtir un caractère de généralité, et ensuite, qu’elle doit accepter des énoncés contraires qui sont théoriquement susceptibles d’être vérifiés.

Dans une recherche conceptuelle, l'hypothèse prendra le plus souvent la forme d'une définition, ou encore de la description de certaines relations du concept étudié avec d'autres concepts : il s'agit de préciser le sens ou l'usage d'un concept donné. Ce genre d'hypothèse mène à une recherche dans les ouvrages et articles scientifiques à la suite de laquelle le chercheur fera des propositions particulières.

Dans une recherche théorique, l'hypothèse sera plus ambitieuse que dans une recherche conceptuelle, bien que du même genre. L'hyphothèse sera alors soit la démonstration de la supériorité d'une théorie sur les autres, soit l'élaboration d'une nouvelle théorie ou de nouvelle applications à une théorie existante, ou encore la reformulation d'une théorie. Par exemple, on peut reformuler une théorie en la transformant en modèle applicable à un domaine particulier de recherche.

Dans une recherche empirique qualitative, l'hypothèse concerne un rapport, entre deux ou plusieurs phénomènes, que nous croyons pouvoir constater dans la réalité. On supposera qu'un certain phénomène est la cause d'un autre, ou qu'il en est une conséquence, ou encore que certains rapports combinés entre eux ont des effets particuliers. On évoquera des concepts explicatifs ou on proposera des formes de classification. Une hypothèse qualitative concerne toujours des faits que l'on ne peut pas quantifier ou dont l'approche ne peut être que qualitative en raison de la nature même de ce qui est étudié (certaines réalités psychologiques ou certains faits historiques, par exemple).

Dans une recherche empirique quantitative, la notion d'hypothèse est beaucoup plus précise que dans les autres cas. Elle concerne la réalité des faits sous une forme vérifiable par des observations ou des expérimentations données. En fait, on considère souvent qu'il s'agit là du type de recherche le plus intéressant et le plus important dans plusieurs sciences humaines, comme la psychologie, la psychosociologie, l'économie, les sciences de l'éducation, etc. Par contre, elle ne peut être pratiquée en histoire, et elle est très difficilement applicable en anthropologie, où les méthodes qualitatives priment. Ce serait donc une erreur de réduire toute la recherche en sciences humaines à la seule méthode expérimentale, mais, là où elle peut être pratiquée, il faut reconnaître qu'il s'agit d'une approche particulièrement instructive et rigoureuse. Généralement, dans une recherche de ce type, le chercheur formulera son hypothèse de recherche et prendra ses mesures en fonction de la possibilité qu'elles offrent d'accepter ou de rejeter son hypothèse.