Psycholinguistique

Le groupe de recherche "Psycholinguistique" se compose de trois équipes :

Les professeurs Pascal Zesiger et Marina Laganaro sont également responsables académiques de la Formation universitaire en logopédie de l'Université de Genève.

Domaines de recherche

Le groupe de recherche en Psycholinguistique comprend quatre équipes qui étudient les processus et les représentations mentales impliqués dans la production et la compréhension du langage, leur acquisition et leurs troubles. Les études menées dans ce cadre combinent l’approche des sciences cognitives, qui consiste à élaborer des modèles fonctionnels des différents niveaux linguistiques (phonologie, lexique, syntaxe, sémantique, pragmatique) et l’approche des neurosciences, qui vise à identifier les bases et l’organisation cérébrales de ces niveaux linguistiques. Nos recherches sont de nature expérimentale et sont conduites auprès de diverses populations saines (bébés, enfants, adultes) et présentant des troubles du langage (aphasies, dyslexies, troubles spécifiques du langage, surdité, autisme, etc.). Les données comportementales et d’imagerie cérébrale constituent les deux grandes fenêtres d’accès aux représentations et processus langagiers. Chacune des quatre équipes mène des études sur des thèmes de recherches spécifiques.

L’équipe Acquisition et troubles du langage s’intéresse (1) à l’acquisition du langage oral chez le bébé et le jeune enfant, (2) à l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe chez l’enfant d’âge scolaire, (3) aux liens entre langage oral et langage écrit dans le développement.

L’équipe Développement du langage et cognition étudie les représentations et processus syntaxiques et l’influence de composantes plus générales de la cognition (mémoire, inhibition) sur ces traitements chez l’enfant et chez l’adulte, suivant une approche inter-linguistique. Le cadre théorique s’appuie sur les concepts de la linguistique formelle et sur les modèles psycholinguistiques.

L’équipe NeuroPsychoLinguistique étudie les processus et les représentations impliqués dans la planification des énoncés que le locuteur va produire, ainsi que leur décours temporel, c’est-à-dire comment ces processus s’enchaînent du moment où le locuteur pense à un message au moment où il l’articule, et comment ils sont altérés dans les troubles acquis du langage (aphasies).

top