Isabelle Collet

Nouveautés

collet.png

Les oubliées du numérique, d'Isabelle Collet (2019)

Un livre essentiel pour comprendre pourquoi le numérique est massivement dominé par les hommes et quelles sont les solutions à mettre en place pour l’inclusion des femmes dans ce secteur, un enjeu crucial aujourd’hui.

L'ouvrage (site de l'éditeur)

« Ordinateur : adjectif désignant Dieu mettant de l’ordre dans le monde. » Cette définition du Littré est un point de départ pour expliquer pourquoi si peu de femmes sont informaticiennes. Les fantasmes de pouvoir qui ont accompagné la naissance de l’ordinateur faisaient davantage partie de la socialisation des hommes que de celle des femmes. En effet, si celles-ci ont la charge de la transmission des règles de la société (en particulier vers les enfants), elles ne sont pas supposées les écrire.
À partir des années 80, les métiers de l’informatique ont gagné en prestige
et les hommes s’y sont engouffrés en masse.
À l’approche de 2020, les objets numériques sont partout et nous servent d’interface avec le monde social. Or, le digital est un univers conçu, programmé, installé et maintenu par quelques hommes blancs de milieu
socioprofessionnel favorisé, pour un public d’hommes et de femmes de tous âges.
Cette situation n’est pas satisfaisante, qu’on la regarde sous l’angle économique (l’entreprise se prive de la moitié des talents) ou sous l’angle de la justice sociale et de l’égalité entre les femmes et les hommes.
Isabelle Collet livre avec clarté le fruit de quinze ans de recherche sur l’inclusion des femmes dans le numérique et propose des solutions pour relever les défis et les obstacles posés par l’IA en lien avec le genre.

couv_3129.pngLes Pédagogies critiques

Sous la direction de Laurence De Cock & Irène Pereira

En coédition avec la Fondation Coperni

En France, les pédagogies critiques sont rendues invisibles, abusivement englobées dans les pédagogies « nouvelles » ou « alternatives » à la mode dans les écoles de riches. Alors que partout ailleurs dans le monde les pédagogies critiques sont clairement distinguées des méthodes libérales, qui réduisent l’éducation à un parcours de performance personnelle, la France se singularise par un débat réduit à l’opposition simpliste entre « tradition » et « modernité ».

Le propos de cet ouvrage collectif est donc de remettre à la première place l’essentiel : les pédagogies critiques participent d’un projet politique de remise en cause de l’ordre néolibéral et des dominations de toutes sortes. 
C’était la démarche des grands fondateurs Célestin Freinet et Paulo Freire ; c’est aussi celle que perpétuent et renouvellent beaucoup de pédagogues d’aujourd’hui.

Laurence De Cock est historienne et enseignante. Elle a notamment écrit Dans la classe de l’homme blanc. L’enseignement du fait colonial en France des années 1980 à nos jours (PUL, 2018). 
Irène Pereira est sociologue, philosophe et enseignante. Elle a écrit, entre autres travaux, Paulo Freire, pédagogue des opprimé-e-s (Libertalia, 2017).

Capture d’écran 2017-11-10 à 14.24.15.pngSeximsme Man contre le Seximsme

Par Isabelle Collet et Phiip 

aux Editions Lapin

Laisse donc Seximsme Man te guider au travers des aventures du seximsme dans les sciences et les maths. Tu en ressortiras... à peu près pareil, mais peut-être un peu meilleur ?

 

 

 Capture d’écran 2018-02-12 à 21.06.30.png