OI/ONG

Accord UNESCO

Chaire UNESCO en droit international de la protection des biens culturels

L’Université de Genève, au travers de sa Faculté de droit, et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ont signé un accord visant à établir une chaire en "droit international de la protection des biens culturels". Celle-ci a été placée sous la responsabilité de Marc-André Renold, professeur à la Faculté de droit.

Initiée par le Centre universitaire du droit de l’art, la création de la nouvelle chaire UNESCO vient renforcer le rôle de l’Université dans le domaine du droit de l’art et des biens culturels. Composée de deux volets, l’un axé sur l’enseignement et l’autre sur la recherche, la chaire aura pour objectif d’enrichir l’offre de formation dans ce domaine et d’encourager la recherche. Depuis la rentrée 2012, de nouveaux enseignements sont proposés aux étudiants de la Faculté de droit et de la Faculté des lettres. Une summer school sur le droit des biens culturels a également eu lieu durant l'été 2013.

 



Chaire UNESCO en Hydropolitiques

 UNESCO.png

En novembre 2015, une Chaire UNESCO en hydropolitiques a été attribuée à l’Université de Genève. La candidature de l’Université de Genève a été soutenue par la Confédération suisse (DDC – Programme global Initiatives Eau et Commission suisse pour l’UNESCO).

Les objectifs de la Chaire sont les suivants:

  • Contribuer à la création d’outils pour une meilleure compréhension des enjeux politiques de la ressource en eau (cadres institutionnels, réglementaires, dimensions politique, résolution de conflits)
  • Contribuer au renforcement de la recherche internationale et interdisciplinaire sur les questions de politiques de l’eau.
  • La diffusion et mise à disposition de ces ressources à une échelle globale grâce à la construction et à l’alimentation d’une plateforme Internet et de programme de formation en ligne, libre d’accès ;
  • La constitution d’un réseau de recherche international, s’insérant dans le réseau de Chaires UNESCO existant et regroupant des équipes de recherche scientifique du Nord et du Sud. Générer des collaborations à la fois Nord-Sud mais également Sud-Sud.

Placée sous la direction de la Prof. Géraldine Pflieger, la Chaire combine les activités de l’équipe de la Prof. Géraldine Pflieger et celles de la composante recherche & éducation du Pôle Eau Genève, sous la responsabilité du  Dr. Christian Bréthaut. Elle se fonde sur des partenariats avec plusieurs Universités et équipes de recherche. 

Médias:

Communiqué de presse - L’UNIGE accueille une chaire UNESCO en hydropolitiques

UNESCO - Deux nouvelles Chaires UNESCO en Suisse

Journal de l'UNIGE - Limiter les conflits et faire de l'eau un facteur de coopération

Aqueduc.info - L’Université de Genève dotée d’une chaire UNESCO en hydropolitiques

 


L’UNIGE accueille la première réunion mondiale des chaires UNESCO en sciences exactes et naturelles pour le développement durable

Le réseau de chaires UNESCO spécialisées en sciences exactes et naturelles se sont rassemblées à Genève, du 5 au 7 juillet 2017, afin d’unir leurs efforts pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté par le Nations unies en 2015. C’est la première fois qu’une telle réunion est organisée.

Les 172 chaires UNESCO et réseaux UNITWIN spécialisés en sciences ont en effet un rôle important à jouer, en tant que constructeurs de ponts entre la communauté scientifique, les décideurs et la société.

La réunion avait pour objectif notamment de définir un «Jalon de Genève» (Geneva Milestone), pour guider l’amélioration de la coopération entre les chaires, l’UNESCO et le système des Nations Unies.

La conférence a été organisée par l’UNESCO avec le soutien du Département fédéral des affaires étrangères, en collaboration avec l’Université de Genève et l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

La cérémonie d’ouverture a eu lieu à l’Université de Genève le 5 juillet, en présence d’Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO; Yves Flückiger, recteur de l’Université de Genève; Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN ; Krystyna Marty, secrétaire d'Etat-adjointe du Département fédéral des affaires étrangères; et Andreas Mortensen, vice-président pour la recherche de l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Site Web de la conférence