Roma 1600

Introduction

Structure relationnelle

Mode de recherche


Menu principal

  • Activités Musicales
  • Evénements Musicaux
  • Fonctions
  • Lieux
  • Mains
  • Mecènes
  • Musiciens
  • Musiciens participant à des Evénements
  • Pièces Manuscrites
  • Pseudonymes
  • Références Bibliographiques
  • Sources

  • Introduction


    Cette base de données relationnelle contient des informations sur les musiciens romains (en particulier les organistes) et sur le répertoire manuscrit pour clavier du XVIIe siècle. Elle a été réalisée avec le concours de Philippe Demierre, informaticien du groupe Développement et Maintenance des Services informatiques de l'Université de Genève. C'est un outil informatique qui a été développé dans le cadre de ma thèse de doctorat Les manuscrits romains de musique pour clavier au XVIIe siècle : une étude des sources (en préparation sous la direction du Prof. Etienne Darbellay). Cette recherche vise à étudier l'aspect philologique et historique des manuscrits de Girolamo Frescobaldi lui-même ainsi que ceux de toute une constellation de compositeurs contemporains.

    Le répertoire manuscrit pour clavier se situe à la croisée des chemins entre l'oral et l'écrit. Il présente des fonctions hétérogènes, allant de la précieuse anthologie aux gribouillis hésitants d'un élève de clavecin, en passant par des improvisations hâtivement jetées sur le papier par un compositeur ou des copies de pièces préparées par un organiste en vue de les jouer lors de services religieux à l'église. Ma recherche consiste en deux pôles principaux. En premier lieu, la recherche interne aux manuscrits reprend, développe et complète en le mettant à jour le travail d'Alexander Silbiger concernant tout l'aspect philologique (étude des mains des scripteurs, des particularités stylistiques, des données physiques, description du contenu des manuscrits et liste des concordances avec le répertoire imprimé ou manuscrit) et d'autre part une recherche externe concernant le contexte socio-historique (mécénat et données biographiques sur les musiciens), s'inscrivant dans la continuité des travaux de Frederick Hammond et Claudio Annibaldi. Les connexions qui pourront être établies entre ces divers indices devraient permettre dans une certaine mesure de documenter cette période en constituant une sorte de cartographie musicale de la Rome des organistes au XVIIe siècle. Cette base de données à été élaborée afin de pouvoir établir des liens entre toutes les informations concernant les manuscrits, leurs auteurs, les fonctions de ces derniers, les lieux et les dates de leurs engagements et leurs mécènes.

    Structure relationnelle


    Toutes les tables de données sont centrées autour de la table des 'Musiciens' qui établit le lien entre la partie philologique et socio-historique. La table des 'Pseudonymes' permet de retrouver le nom standardisé de n'importe quel musicien à partir d'une forme abrégée ou d'un surnom qui apparaît sous cette forme dans une source. Par exemple, le nom Ercole Pasquini figure dans certains manuscrits avec son seul prénom, écrit Ercole ou Hercole ou parfois simplement abrégé H.P. ou He.


    La partie philologique comporte trois tables, 'Sources', 'Pièces manuscrites' et 'Mains'. La première est une table de description de chaque source comportant les critères habituels de description physique des sources : format, titre, réglage, foliotage, reliure, collation, filigranes, provenance et datation. La seconde comporte une description particulière pour chaque pièce incluant toutes les informations disponibles : titre, auteur, copiste, liste des concordances, source. La dernière est une liste des divers copistes présents dans les manuscrits. Chacun est identifié par un code (lettre A pour Niccolò Borbone, par exemple). Ceux qui n'ont pas encore été identifiés ne sont actuellement connus que par leur code. Cette table est liée à une autre qui comporte des échantillons de calligraphie de chaque copiste classés selon les critères suivants : clefs, custos, barres de valeur (beaming), barres de mesure, barres finales, écriture (texte), indications de mesure, formes de notes, liaisons, altérations, silences, signes de répétition et exemples de pages entières. Il est donc possible de comparer ces différents échantillons en ouvrant deux (ou plusieurs) pages WEB simultanément.


    La partie socio-historique contient quant à elle cinq tables. Celle des 'Mécènes' permet d'établir les relations de patronage entre les musiciens, les mécènes et la table des 'Activités musicales'. Une distinction a été établie entre cette dernière qui comporte les engagements de plus ou moins longue durée d'un musicien auprès d'un patron ou dans une église et la table des 'Evénements musicaux' qui, elle, contient les engagements n'ayant eu lieu qu'une seule fois, comme par exemple un concert ou la publication d'un volume de musique. Une table comportant les divers lieux (églises, palazzi de Rome ou autres villes italiennes) permet de préciser l'endroit des activités et des événements musicaux. La table des 'Fonctions' permet quant à elle d'indiquer la compétence du musicien lors d'un événement ou d'une activité (organiste, luthiste ou imprimeur, accordeur, etc.).
    Enfin chaque table est liée à une table de références bibliographiques permettant de retrouver la source précise, ancienne ou moderne, de toute information donnée.

    Mode de recherche


    Les recherches peuvent être effectuées dans tous les champs indiqués sous 'Query'. Le signe de troncature est '%', qui peut être placé au début, à la fin ou au centre du mot recherché. Les champs comportant des 'listes de valeurs' ou 'pop-up boxes' permettent de sélectionner les noms précisément. Elles sont disponibles pour les musiciens, les copistes ('Mains'), les mécènes, les lieux, les fonctions, les événements, les sources, les critères de calligraphie (clefs, custos, etc.) et les références bibliographiques. Si une recherche est effectuée sans qu'aucun des champs disponibles ne soit rempli, on obtient la totalité des données de chaque table.
    Voici quelques exemples de recherches :

    Remarques et questions :

    christine.jeanneret@lettres.unige.ch