à la Une

Les couleurs du plâtre, polychromie et sculpture antique

Une exposition de la Collection des moulages de l'UNIGE

Contrairement à ce que l’on pourrait penser en visitant un musée, les statutes antiques n’étaient à l’origine pas blanches. Et il en va de même pour les moulages qui en ont été tirés.

C’est ce que se propose de démontrer l’exposition de l’Unité d’archéologie classique «les couleurs du plâtre: polychromie et sculpture antique». Du 10 novembre au 4 décembre, une quinzaine de moulages de statues mettront en exergue la place de la couleur dans l’Antiquité dans la nouvelle salle d'exposition de l'UNIGE. L’exposition abordera les techniques de création et de diffusion de ces objets d’art tout en montrant en quoi ils témoignent d’un état de conservation disparu.

Un patrimoine unique

Avec cet événement, l’Unité d’archéologie classique, propriétaire d’une série de moulages remontant au XVIIIe siècle, souhaite mettre en lumière l’existence, à Genève, d’une des plus grandes collections d’Europe. Elle ambitionne également d’expliquer leur fonction tout en brisant quelques idées reçues.

Ces objets ont de tout temps servis d’outils de travail lors de la création des œuvres, puis pour en permettre la diffusion. Ils ont été continuellement utilisés comme modèles pour l’apprentissage du dessin. Aujourd’hui, étudiants et chercheurs s’en servent comme support pour leurs études de style. Le recours à des copies en trois dimensions donne en effet une idée plus précise des volumes que les photographies et permet de disposer, en un seul lieu, d’un grand nombre d’œuvres. Quant à la couleur, elle permet de figurer des textures comme le métal et le marbre ou encore d’agrémenter le modèle de vêtements ou de bijoux.

 

Organisation : Unité d'archéologie classique

3 novembre 2015
  2015