Français moderne

Textes et contextes (BA1) - XXe

4. Le Nouveau Roman et le cinéma | Documents de travail

Perspective générale du roman au XXe siècle: disparition du personnage (le véritable centre du roman du XIXe siècle).

Proust, Breton, Sartre, Camus mettent en cause, de manières différentes, le roman psychologique tel qu'il existait au XIXe siècle: récit vérité ou reportage, excès d'analyse, exaspération de l'intériorité.

Le Nouveau Roman dans les années 1950 essaye une autre voie: celle du renoncement total au personnage. Nathalie Sarraute trouve une nouvelle dimension du roman en se concentrant sur des phénomènes de langage et de pensée (sous-conversations) (Tropismes, Le Planétarium), pas de descriptions, beaucoup de dialogues (mais avec la langue des « tropismes »). Alain Robbe-Grillet (Les Gommes, Le Voyeur, La Jalousie) expérimente une autre formule: le roman complètement descriptif, où la description d'objets quotidiens et souvent urbains est minutieuse. L'objet n'a pas un sens, comme dans le roman réaliste (chez Balzac, Flaubert, Zola), il n'est qu'espace. La position de celui qui voit n'est pas la position traditionnelle (le « voyeur » bouge autour de l'objet), mais la position du voyeur moderne – tel le spectateur de cinéma, cloué à son siège et l'objet tourne autour de lui suivant des angles différents.

Les écrivains et les théoriciens du Nouveau Roman (Sarraute, Robbe-Grillet, Ricardou) sont conscients de l'impact que le cinéma doit avoir sur la littérature. C'est le cinéma qui peut faire par ses propres moyens ce que faisait le roman du XIXe siècle. C'est logique que certains écrivains, tels Robbe-Grillet et Marguerite Duras collaborent avec des metteurs en scène.

Extraits de films qui illustrent la relation complexe entre littérature et cinéma:

Edition HTML: Ambroise Barras, 2004