Le livre, le texte, le temps : la mise en recueils au XIIIème siècle

Présentation

La rencontre prévue à l’Université de Genève les 16 et 17 novembre 2007 intervient dans la continuité de travaux à la fois théoriques, descriptifs et philologiques qu’une équipe de chercheurs poursuit depuis plusieurs années sur l’organisation de la documentation écrite du moyen âge et sur l’une de ses particularités à la fois les plus remarquables et les moins étudiées en général pour la diffusion de nombreux types d’écrits : la mise en recueils.

À la différence du livre imprimé, la production manuscrite des XIIIème - XIVème et, dans une moindre mesure, du XVème siècle présente en effet pour caractéristique de favoriser au sein des objets qui assurent la circulation des œuvres aussi bien littéraires que non littéraires, la réalisation d’« anthologies » qui attirent souvent l’attention par leur ampleur (jusqu’à 250 pièces, dans les cas les plus extrêmes) et par leur hétérogénéité.

Or la critique médiévale est de plus en plus consciente aujourd’hui de la nécessité d’inclure une réflexion sur la matérialité des textes et sur les conditions objectives de leur circulation dans les procédures éditoriales auxquelles elle recourt, mais également dans leur interprétation.

Époque des premières collections livresques et surtout de la somme, le XIIIème siècle se caractérise par l’emprise d’un geste unificateur sur la production manuscrite. Une large part de la transmission écrite, littéraire et savante, est marquée par l’apparition de vastes corpus répondant à un projet de regroupement ou de rassemblement plus ou moins raisonné. Le cas bien connu des chansonniers ou des légendiers en témoigne, comme celui des compilations encyclopédiques ou didactiques.

De nombreuses interrogations sur les présupposés aussi bien techniques qu’intellectuels d’élaboration des documents issus des scriptoria médiévales – en termes de choix et de conditions de réalisation, autant que de réception et d’évolution des œuvres – en résultent ainsi pour les objets de cette nature. Quelles sont donc les conceptions et les pratiques du texte et du savoir qui régissent un tel phénomène; les incidences de la mise en recueil sur les œuvres en termes de sélection, de mise en forme, de transmission ? Peut-on réussir à saisir certains des mécanismes qui influent sur la commande et la fabrication de tels ensembles ? Comment rendre compte en particulier de l’étonnante diversité des anthologies littéraires de cette période ? Quelle place accorder dans l’interprétation des écrits qu’elle nous a légués aux contextes que les manuscrits définissent ? Bien plus, les collections peuvent-elles à leur tour devenir l’objet d’un travail herméneutique et le cas échéant, à quelles conditions ?

Le colloque « Le livre, le texte, le temps : la mise en recueils au XIIIème siècle » devrait permettre à des spécialistes d’horizons d’attente divers, connus pour leur intérêt et pour la valeur de leur contribution à de telles questions, de confronter leurs opinions et leurs préoccupations au sujet d’un problème qui est loin de se restreindre à la seule littérature narrative, mais concerne la plupart des catégories qui contribuent à ce que l’on peut définir comme la « culture livresque » du moyen âge et au savoir de cette période.

Une place aussi équilibrée que possible a été réservée aux tenants d’une approche « concrète » du manuscrit médiéval (codicologie et histoire de l’art) et aux principales matières qui orientent l’étude des textes anciens (littérature, didactique, religion et spiritualité, ouvrages scientifiques), en alliant jeunes chercheurs et chercheurs confirmés à l’échelle internationale.

Ses différents intervenants y trouveront l’occasion, inédite pour ce domaine de compétence, d’enrichir leur propre réflexion grâce à la mise en relation et en dialogue des modèles interprétatifs que leurs analyses leur ont permis de développer avec ceux qui résultent d’autres champs de la connaissance.

Les actes de cette manifestation seront publiés en 2008 de manière conjointe avec ceux du 3e Colloque international sur le moyen français (« Le Livre où je mets toutes mes choses. Le recueil à la fin du moyen âge », Louvain-la-neuve, 10 - 12 mai 2007), dans la collection « Texte, Codex, Contexte » des éditions Brepols.