Les études de Grec Moderne à l’Université de Genève

L’Université de Genève est la seule en Suisse à offrir un cycle complet d’études de langue et littérature grecques modernes allant jusqu’à la Maîtrise universitaire (Master of Arts = MA). L’enseignement a été créé en 1927 et s’est progressivement étoffé. L’unité de Grec Moderne fait partie du département MESLO (langues et littératures méditerranéennes, slaves et orientales) de la Faculté des lettres. Elle est placée sous la responsabilité d’un-e professeur-e ordinaire ; elle est dotée de 23 heures hebdomadaires de cours, séminaires et travaux pratiques de langue (écrite et orale).

Le programme du Baccalauréat universitaire (Bachelor of Arts = BA) comprend un cours d’initiation à la langue et des exercices pratiques sur deux ans : il part des notions élémentaires de l’écriture et de la phonétique et donne un aperçu complet de la morphologie. A l’apprentissage linguistique s’ajoutent, aux 2e et 3e niveaux, des exercices d’explication de textes littéraires, une introduction à la littérature et à la culture grecques et à l’histoire de la Grèce contemporaine, ainsi qu’un cours d’histoire de la langue grecque médiévale et moderne.

L’enseignement dispensé au cours du MA permet aux étudiants d’améliorer leurs compétences linguistiques – notamment l’expression orale et écrite – et d’approfondir leurs connaissances en littérature, histoire et civilisation grecques modernes. Le mémoire de MA (60-80 p.) porte sur un sujet choisi dans le domaine de la littérature, de la civilisation, de la linguistique, de l’histoire ou de l’histoire de l’art.

Du point de vue chronologique, il est précisé que pour la littérature grecque moderne, les enseignements se concentrent principalement sur les XIXe, XXe et XXIe siècles. Cependant, les premiers textes littéraires en langue populaire datant du XIIe siècle, l’étudiant-e est également appelé-e à inclure dans son programme l’étude de textes néohelléniques « anciens » (XIIe-XVIIIe siècles). Pour l’histoire de la langue, le champ d’investigation est encore plus vaste, puisque les textes proposés s’échelonnent de l’Antiquité tardive au XXIe siècle. Ces dernières années, l’enseignement s’est enrichi d’une approche comparatiste, grâce à une ouverture sur l’espace balkanique et ses liens avec l’évolution de la langue grecque et l’histoire de l’Hellénisme.

Au fil de leur cursus, les étudiants ont la possibilité d’assister à des conférences de chercheurs, de néohellénistes actifs dans divers pays et d’auteurs grecs, ainsi que de participer à différentes manifestations culturelles au sujet de la Grèce (expositions, etc.). Ils sont vivement encouragés à parfaire leur formation par des séjours en Grèce où ils peuvent suivre des enseignements dans diverses institutions – universitaires ou privées – et bénéficier notamment d’une bourse grecque pour les cours d’été organisés par l’Institut d’études balkaniques à Thessalonique et par l’Université d’Athènes. Pour des séjours d’un semestre ou d’une année entière dans une université grecque, les étudiants peuvent participer au programme d’échange Swiss-European Mobility (ex-Erasmus) ; la Faculté des lettres de Genève dispose d’autre part d’un certain nombre de bourses destinées aux étudiants en langues vivantes.

A l’issue du MA, les étudiants ont la possibilité de préparer, sous la direction du/de la professeur-e ordinaire, une thèse de doctorat en langue, littérature, histoire ou civilisation grecques modernes.

L’unité de grec moderne organise en outre des voyages d’études dans diverses régions du monde grec. Ces voyages sont réservés aux étudiants avancés ; un séminaire spécial assure leur préparation linguistique, littéraire et historique.

top