Département de philosophie

Le manuel de logique connu sous le nom d’Opus puerorum nous a été transmis dans un unique manuscrit conservé actuellement à la bibliothèque municipale d’Amiens sous la cote 406. Avant la Révolution, ce codex appartenait à la bibliothèque du monastère de Corbie où il figurait sous la cote 111M. Il a fait l’objet de plusieurs descriptions, du premier catalogue de Montfaucon (Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, Parisiis, apud Briasson, 1739, t. II, 1407) à celui de Coyecque (Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris : Plon, 1893 [19 : Amiens], p. 196-198) en passant par le Catalogus librorum manuscriptorum de Hoenel (Lipsiae, 1830, n° 224). Dans le numéro d’août 1848 du Journal des savants, Victor Cousin consacre un article à ce qu’il identifie comme un ensemble remarquable de textes scientifiques. Il note : « Ce manuscrit, indiqué par Montfaucon, n’avait pas péri; il a passé de Corbie à Amiens pendant la révolution, et on le retrouve, sous le même titre, au catalogue de la bibliothèque d’Amiens, dans le Catalogus librorum manuscriptorum de M. Hoenel, p. 24, n°224. (…). C’est un in folio, en vélin, de 193 feuillets, d’une écriture du xive siècle, serrée et chargée d’abréviations. Au haut de la première page, on lit le titre publié par Montfaucon: Philosophia Baconis et à la marge, cet autre titre plus ancien: Rogerius Bacon, ordinis minorum, de rebus physicis, monasterii Sancti Petri Corbeiensis. » (V. Cousin, « Description d’un manuscrit inédit de Roger Bacon qui se trouve dans la bibliothèque d’Amiens », Journal des Savants, août 1848, p. 459-472 (p. 459)). L’attribution à Roger Bacon (OFM, 1214-1294) de l’ensemble des textes composant le codex Amiens 406 est fondée sur le fait qu’une grande partie de ces textes sont effectivement dus au maître franciscain. Un examen même superficiel du contenu de la table des matières du codex montre toutefois que certaines de ces parties, dont l’Opus puerorum, ne sont pas attribuables à Bacon.

La prédominance de textes de Bacon a donc conduit à l’attribution erronée de l’Opus puerorum à Roger Bacon. E. Coyecque[1] lisait l’indication ‘pecia s.m.p.h.’ figurant en tête de chacune des neuf pièces (ou peciae) constituant l’Opus puerorum comme signifiant ‘pecia sophistriae magistri Petri Bacun’ ; plus tard, P. Glorieux[2] considèrera que l’Opus est une œuvre de Roger Bacon sans toutefois parvenir à concilier cette hypothèse avec l’intitulé des peciae qu’il suggère de lire comme ‘… magistri Petri Hispani’ ou encore ‘…Petri Heliae’. L’attribution à Roger Bacon a été rejetée sans équivoque par les travaux récents des spécialistes de la logique médiévale contemporains qui se sont intéressés à ce texte[3]. Victor Cousin lisait déjà l’intitulé des peciae comme renvoyant à un certain magister P. H. et ne se prononçait pas sur l’identité de l’auteur[4]. En opposition avec la datation initialement proposée par Hoenel pour l’ensemble du codex (xive siècle), Ebbesen et Goubier datent à juste titre la copie de l’Opus puerorum de la seconde moitié du xiiie siècle. D’un point de vue thématique, le traité est divisé en sept chapitres (cf. le plan général donné ci-dessus, 2.3.1.1.). Sur le plan codicologique, il faut distinguer neuf cahiers ou peciae dont la sixième est incomplète, la septième est perdue et la cinquième a été déplacée :

a. pecia 1 De veritate (130ra-131vb); De signis (131vb-133vb)

b. pecia  2 De signis (134ra-135vb)

c. pecia 5 De exclusione (136ra-137ra); De exceptione (137rb-137vb)

d. pecia 3 De signis (138ra-141vb)

e. pecia 4 De signis (142ra-142vb); De exclusione (142vb-145vb)

f. pecia 6 De exceptione (146ra-146vb)

g. pecia 8 De dictionibus modalibus (147ra-147vb) De ‘incipit’ et ‘desinit’ (147vb-150vb)

h. pecia 9 De ‘incipit’ et ‘desinit’ (151ra-151rb); De coniunctione (151rb-154va)

 

Plan général de l’Opus puerorum

1.  De veritate 1.1. De propositione in genere 1.2. De veritate propositionis 1.2.1. Utrum veritas propositionis radicatur in compositione vel super materiam subiecti1.2.1.1. S1 : TU ES ASINUS

2.  De signis 2.1.   Divisio signorum 2.1.1. Utrum signum substantiae signo accidentis possit addi2.1.1.1.    S2 : quodlibet qualelibet de quolibet tali scit se ipsum tale quale ipsum est 2.2. De hoc signo ‘totus’ 2.2.1. Utrum relatio potest ferri ad terminum sine distributione vel ad terminum cum distributione 2.2.1.1. S3 : TOTUS SOR EST IDEM SIBI IPSI (plus 1 autre sophisma) 2.3. De hoc signo ‘omnis’ 2.3.1. Utrum distributio fit pro generibus singulorum vel pro singulis generum2.3.1.1.    S5 : OMNE ANIMAL FUIT IN ARCHE NOE (plus 6 autres sophismata) 2.4. De hoc signo ‘infinitum’ 2.4.1. Utrum potest accipi prout est signum vel prout est nomen privativum 2.4.1.1. S14 : INFINITA SUNT FINITA

3.  De exclusione 3.1. De his signis ‘tantum’, ‘solus’ 3.1.1. Utrum exclusio sit generalis vel specialis 3.1.1.1. S15 : POSSIBILE EST SOCRATEM VIDERE TANTUM OMNEM HOMINEM NON VIDENTEM SE  (plus 6 autres sophismata)

4.  De exceptione 4.1. Expositio syncategoremati ‘praeter’ 4.1.1. Utrum haec dictio ‘praeter’ potest teneri exceptive vel deminutive 4.1.1.1. S21 : DECEM PRAETER QUINQUE SUNT QUINQUE (plus 3 autres sophismata)

5.  De dictionibus modalibus 5.1. De his dictionibus ‘possibile’, ‘impossibile’ 5.1.1. Utrum oratio modalis sit de re vel de dicto5.1.1.1.    S26 : IMPOSSIBILE EST TE SCIRE PLURA QUAM SCIS (plus 6 autres sophismata)

6.   De ‘incipit’ et ‘desinit’ 6.1. Expositio illorum verborum ‘incipit’, ‘desinit’ (cum rebus permanentibus, cum successivis) 6.2. De hoc verbo ‘desinit’ 6.2.1.  Utrum haec determinatio ‘non desinendo esse’ potest determinare hoc verbum ‘desinit’ vel hoc verbum ‘esse’ 6.2.1.1. S31 : SORTES DESINIT ESSE NON DESINENDO ESSE (plus 5 autres sophismata)

7. De coniunctione 7.1. De his dictionibus ‘si’ et ‘nisi’7.1.1. Utrum illud quod dicebant antiqui habeat veritatem, scilicet quod non valet processus a primo ad ultimum quia variantur habitudines localesS37 : SI TU ES UBIQUE TU NON ES UBIQUE (plus 2 autres sophismata)

Liste des sophismata contenus dans l’Opus puerorum

(Les numéros en seconde position renvoient au Catalogue des sophismata - Ebbesen & Goubier 2010)

  1.  93.3       ANIMAL EST PARS ANIMALIS, 134ra [totus]
  2.  154.20   DECEM PRAETER QUINQUE SUNT QUINQUE, 137rb-vb, 146ra-rb [praeter]
  3.  155.3    DECEM PRAETER UNUM SCIUNT SE IPSA ESSE NOVEM, 146vb [praeter]             
  4.  283.8    IMPOSSIBILE EST TE SCIRE PLURA QUAM SCIS, 147ra [impossibile]
  5.  290.1    IMPOSSIBILE POTEST ESSE POSSIBILE, 147rb-vb [impossibile]
  6.  302.23  INFINITA SUNT FINITA, 142ra-142vb [infinita]
  7.  388.10  NEUTRUM OCULUM HABENDO TU POTES VIDERE, 140va-141ra [neuter]
  8.  405.8    NIHIL VIDENS EST ALIQUID VIDENS, 140va, 141rb [nihil]
  9.  424.10  NULLUM CAPUT HABENS EST ALIQUOD CAPUT HABENS, 141-rb [nullus]
  10.  481.29  OMNE ANIMAL FUIT IN ARCA NOE, 135rb, 135vb, 138ra [omnis]
  11.  520.2    OMNE NON ANIMAL QUOD ET SOCRATES SUNT DUO NON EST SORCATES, 134rb-135ra [omnis]
  12.  583.32  OMNIS HOMO DE NECESSITATE EST ANIMAL, lost, only referred to in 147rb [necessario]
  13.  603.14  OMNIS HOMO EST ET QUILIBET VIDENS ILLUM EST ASINUS, 140ra-140va [omnis, quilibet]
  14.  623.17  OMNIS HOMO ET ALIUS HOMO SUNT, 139va-140ra [omnis]
  15.  637.12  OMNIS HOMO MORITUR QUANDO UNUS SOLUS HOMO MORITUR, 140vb, 141rb [omnis]
  16.  678.29  OMNIS PHOENIX EST, ??? [omnis]
  17.  682.39  OMNIS PROPOSITIO VEL EIUS CONTRADICTORIA EST VERA, 139ra-vb [omnis]
  18.  707.2    POSSIBILE EST OMNE ANIMAL ESSE HOMINEM, 147rb [possibile]
  19.  710.2    POSSIBILE EST OMNEM HOMINEM DIFFERRE AB ANTICHRISTO, acephalous, 147ra-rb [possibile]
  20.  713.1    POSSIBILE EST PONI QUOD NON PONITUR, 147ra-b [possibile]
  21.  717.8    POSSIBILE EST SOCRATEM VIDERE TANTUM OMNEM HOMINEM NON VIDENDEM SE, 143ra-144rb [tantum]
  22.  762.2    QUATUOR PRAETER DUO SUNT DUO, 146rb [praeter]
  23.  796.1    QUILIBET HOMO VIDET OMNEM HOMINEM PRAETER SE, 146rb [praeter]
  24.  815.5    QUODLIBET QUALELIBET DE QUOLIBET TALI SCIT SE IPSUM ESSE TALE QUALE IPSUM, 133ra-133vb [quilibet, qualislibet]
  25.  820.2    QUOLIBET HOMINE EXCEPTO QUILIBET HOMO VIDET ILLUM, 146ra-rb [praeter]
  26.  822.14  QUOTIENSCUMQUE FUISTI PARISIUS FUISTI HOMO, 141rb-vb [quotienscumque]
  27.  882.10  SI NIHIL EST ALIQUID EST, 151va-152ra [si]
  28.  894.19  SI NULLUM TEMPUS EST ALIQUOD TEMPUS EST, 152vb-153va
  29.  916.5    SI TANTUM ALTER ISTORUM EST NON TANTUM ALTER ISTORUM EST, 136vb [tantum]
  30.  919.25  SI TANTUM PATER EST NON TANTUM PATER EST, 144rb-145vb, 136ra-136vb [tantum]
  31.  923.10  SI TU ES UBIQUE NON ES UBIQUE, 152ra-152vb [si]
  32.  926.5    SI TU SCIS TE ESSE LAPIDEM TU NESCIS TE ESSE LAPIDEM, 153va-154ra [si]
  33.  964.18  SOCRATES DESINIT ESSE ALBISSIMUM HOMINUM, 149rb-150ra [desinit]
  34.  968.4    SOCRATES DESINIT ESSE ALTER ISTORUM, 150ra-150vb [desinit]
  35.  972.17  SOCRATES DESINIT ESSE NON DESINENDO ESSE, 148ra-149rb [desinit]
  36.  982.7    SOCRATES DESINIT SCIRE QUICQUID IPSE SCIT, 150rb [desinit]
  37.  983.6    SOCRATES DESINIT SCIRE SE NIHIL DESINERE SCIRE, 150rb-151rb [desinit]
  38.  995.13  SOCRATES DICIT VERUM SI SOLUS PLATO  LOQUITUR, 154rb-va [si]
  39.  1088.9  SOLIS TRIBUS SOLA DUO SUNT PAUCIORA, 140va, 136vb-137ra [solus]
  40.  1089.16 SOLIUS BINARII PARS EST UNITAS ET NULLUS NUMERUS, 136vb [solus]
  41.  1094.2   SOLUS GENETIVUS PRAECEDITUR A SOLO NOMINATIVO, 136vb [solus]
  42.  1117.6   SOLUS SOCRATES SCIT SEPTEM ARTES, 137ra [solus]
  43.  1184.35 TANTUM UNUM EST, 144rb-145vb [tantum]
  44.  1191.21 TANTUM VERUM OPPONITUR FALSO, 137ra-rb [tantum]
  45.  1203.1  TOTUS SOCRATES EST IDEM SIBI, 134ra-135ra [totus]
  46.  1204.25 TOTUS SOCRATES EST MINOR SOCRATE, 134ra-135ra [totus]

[1] E. Coyecque, op. cit., p. 196-198.
[2] P. Glorieux, Répertoire des maître en théologie de Paris au xiiie siècle, Paris : Vrin, 1933, p. 74.
[3] Cf. H. Braakhuis, De 13de Eeuwse Tractaten over Syncate­gore­matische Termen, 2 vols, diss., Leiden: Meppel, 1979, t. I, p. 411-412 ; Id., « English Tracts on Syncategorematic Terms from Robert Bacon to Walter Burley », in H. Braakhuis et al. (éds.), English Logic and Semantics from the End of the Twelfth Century to the Time of Ockham and Burleigh, Artistarium, Supplementa I, Nijmegen : Ingenium, 1981, p. 131-165 (p. 135) ;   Ebbesen & Goubier, op. cit., p. 56-57 ; R. Steele, dans son introduction à Roger Bacon, Summa de sophismatibus et distinctio­nibus Rogeri Bacon (Oxford : Clarendon Press, 1940, p. xvii-xviii) en a donné une table des matières, et M. Grabmann (Die Sophismatalitteratur des 12. und 13. Jahrhunderts mit Textausgabe eines Sophisma des Boethius von Dacien, Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters 36.1, München, 1940, p. 28-29) suggère à tort que le texte contenu dans le manuscrit Amiens 406 est une copie d’un texte présentant un incipit identique (à savoir « Quoniam ignoratis communibus ») mais qui s’est avéré être de Matthieu d’Orléans (cf. Matthieu d’Orléans, Sophistria, ed. J. Spruyt, Leiden : Brill, 2001).
[4] V. Cousin, op. cit., p. 468.