Carrousel

14 septembre: leçon d'adieu prof. Olivier Irion

Jeudi 14 septembre 2017, 12h30
CMU - A250

Olivier Irion

Professeur ordinaire
Directeur du Département de gynécologie et d’obstétrique, Faculté de médecine UNIGE et HUG
Médecin-chef du Service d’obstétrique, HUG

IRION_Olivier_06_MD_WEB.jpg

«Accompagner la naissance: de l’art à la science»

L’obstétrique a connu une profonde mutation ces 30 dernières années. D’une part, l’échographie nous a donné accès à l’anatomie et à la physiologie du fœtus. La médecine fœtale est devenue une spécialité à part entière. Le suivi des grossesses à risque permet de choisir le moment optimal de la naissance et de planifier la prise en charge pluridisciplinaire des nouveaux-nés. D’autre part, les progrès de la néonatologie ont repoussé les limites de la viabilité et réduit les risques de handicap chez les prématurés. Le dépistage des anomalies chromosomiques et la révolution génétique ont réduit drastiquement le nombre de choriocentèses et d’amniocentèses.
Mais surtout, l’obstétrique n’est plus le fait d’expert(e)s transmettant leurs traditions et leurs certitudes. La conduite d’essais cliniques et la diffusion des connaissances ont fait évoluer l’obstétrique de l’art à la science. Cette nécessaire médicalisation a permis de réduire la morbidité et la mortalité des fœtus et des nouveau-nés, ainsi que les accouchements traumatiques. Malgré une population de femmes avec davantage de comorbidités (âge, obésité, grossesses gémellaires), la mortalité maternelle obstétricale a reculé de plus de 40% au 21e siècle. Face au mirage du retour à la nature, l’obstétricien doit garder la confiance des femmes et être à l’écoute de ce qui fait sens pour elles. Dans sa conférence, le professeur Irion nous invite à partager sans nostalgie ce voyage passionnant.

Biographie
Après un diplôme et un doctorat de médecine obtenus à Genève, Olivier Irion travaille dans le service d’anesthésiologie et soins intensifs des HUG, puis se spécialise en gynécologie, obstétrique et médecine foeto-maternelle. Il se perfectionne en épidémiologie à l’Université Laval à Québec, puis revient aux HUG pour y développer la recherche clinique. Nommé en 2002 chef du service d’obstétrique des HUG, professeur associé et directeur du Département de gynécologie et obstétrique, il a accédé en 2006 aux fonctions de professeur ordinaire. Il s’est attaché à rendre l’obstétrique plus académique, avec l’exigence de qualité et de sécurité pour les femmes et les nouveau-nés, tout en faisant face au défi de l’augmentation du nombre de naissances dans la première maternité de Suisse. Il a par ailleurs été membre élu du bureau du Collège des chefs de service et président de la Commission centrale d’éthique des HUG. Il est aussi membre fondateur de l’Académie de médecine foeto-maternelle de la Société suisse de gynécologie et d’obstétrique et de l’International Society of Ultrasound in Obstetrics and Gynecology. Ses recherches ont porté principalement sur les soins aux femmes enceintes séropositives pour le VIH et sur la réduction du risque de transmission à l’enfant, sur la prédiction de la prééclampsie et sur la prise en charge scientifique des accouchements. Olivier Irion s’est toujours engagé pour une médicalisation raisonnée de l’obstétrique et pour la coopération interprofessionnelle, tout en gardant la dimension humaine des soins au premier plan.

14 septembre 2017
  Carrousel