Leçons d'adieu

Leçon d'adieu prof. François Ansermet

Jeudi 28 septembre 2017, 12h30
CMU - A250

François Ansermet

Professeur ordinaire
Directeur du Département de psychiatrie, Faculté de médecine UNIGE
Médecin-chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, HUG

Ansermet_web.jpg

«Ouvrir l’avenir: être enfant demain»

Par le fait du développement des biotechnologies, notre époque vit de multiples vertiges, touchant notamment à la procréation assistée, aux nouveaux modes de généalogie et de filiation, aux positionnements singuliers quant au genre ou aux maniements des possibilités de la prédiction génétique.  D’où viendront les enfants de demain? Quel avenir les attend? Il ne s’agit pas de faire de l’origine un destin: tout dépend des choix que fera l’enfant et non pas de comment il a été conçu. C’est ainsi que l’enjeu clinique consiste en premier lieu à leur ouvrir l’avenir. Chaque enfant est aussi déterminé pour ne pas l’être. Potentiellement unique, différent et irremplaçable, l’enfant ou l’adolescent porte en lui une enclave de liberté et d’inattendu que doit défendre la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent: encore faut-il se risquer à miser sur la plasticité et la contingence, au-delà des reconfigurations contemporaines du normal et du pathologique. Lors de sa conférence, le professeur François Ansermet abordera les défis éthiques et cliniques qu’impliquent les progrès de la médecine, qui nécessitent d’aller au-delà d’une vision déterministe du devenir, en accueillant et en soutenant les réponses toujours singulières qu’inventent les enfants et les adolescents, à travers lesquelles ils se font les auteurs et les acteurs d’un devenir toujours fondamentalement imprévisible.

 

Biographie

François Ansermet a obtenu un diplôme de médecin en 1977 à Lausanne, puis une spécialisation en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (FMH en 1985). Il a ensuite occupé diverses fonctions au CHUV, avant de devenir médecin chef au service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. Nommé professeur associé en 1994, puis professeur ordinaire en 2002 à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL, il a y également occupé la fonction de vice-doyen. Nommé en 2006 professeur ordinaire à la Faculté de médecine de l’UNIGE et médecin-chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent des HUG, il a notamment axé son activité sur le développement de la pédopsychiatrie de liaison avec la pédiatrie, en particulier dans le champ périnatal. Il a aussi créé de nombreux dispositifs institutionnels ambulatoires et hospitaliers pour enfants et adolescents. Au cours des dernières années, il a également œuvré à la création de la future Maison de l’enfant et de l’adolescent, qui permettra en un seul lieu, ouvert sur la cité, une prise en charge spécifique pour chaque patient. Depuis 2007, il est aussi directeur du Département de psychiatrie de la Faculté de médecine. Sa recherche a porté sur les traumatismes à l‘âge précoce et le stress périnatal. De formation psychanalytique, il a également œuvré pour le dialogue entre les approches psychanalytiques et neurobiologiques, en particulier à travers la Fondation Agalma à Genève. Il a aussi participé au pôle de recherche national «SYNAPSY» axé sur l’étude des bases neurobiologiques des troubles psychiatriques, liant recherche clinique et fondamentale. Parallèlement, il a travaillé sur les conséquences subjectives de la procréation médicalement assistée, sur le choix du genre en cas de variation de la différentiation sexuelle ou de problématiques transgenres chez les enfants et les adolescents, ainsi que sur la médecine prédictive. C’est dans ce cadre qu’il a été nommé en 2013 membre du Comité consultatif national d’éthique en France, dont il est à ce jour le seul membre étranger.

 

28 septembre 2017
  Leçons d'adieu