Media

Quand les MOOCs suscitent les rencontres et l’innovation autour de la santé globale

Formations en ligne et en présentiel s’avèrent de plus en plus complémentaires, favorisant une approche interdisciplinaire et globale. Le séminaire-atelier «Global Flipped Classroom & Workshop on One Health», qui aura lieu du 10 au 14 juillet à l’Institut de santé globale (ISG - UNIGE) et au Swiss Tropical and Public Health Institute (Swiss TPH - Université de Bâle) en apporte la preuve.

L’expérience est inédite: douze participants ont été sélectionnés à travers 2 MOOCs, «Global Health at the Human-Animal-Ecosystem Interface» produit par l’UNIGE, en collaboration avec l’Institut Pasteur, l’Université de Montéal, l’OMS et «One Health: Connecting Humans, Animals and the Environment» produit par Swiss TPH (UNIBS). Résidants en Suisse, au Bhoutan, au Népal, au Kenya et en Espagne notamment, ils se retrouveront à Genève et à Bâle durant une semaine, rencontreront des experts des deux MOOCs ainsi que de la Genève internationale et travailleront en groupe sur des problèmes de santé globale à l’interface homme-animal-environnement.

Les apprenants des MOOCs auront ainsi l’occasion de plancher sur des problématiques très concrètes identifiées dans leur contexte et répondant aux besoins des organisations internationales, telles la rage, les maladies émergentes zoonotiques, la résistante aux antimicrobiens ou encore les morsures de serpents. Un groupe interdisciplinaire d’experts soutiendra les participants dans le développement de leur idée. Des apprenants en ligne ont également été invités à apporter leur contribution. Après deux jours de travail interdisciplinaire et intensif, selon une formule inspirée des Hackathons, les participants présenteront et défendront leurs projets devant un jury d’experts.

En combinant ainsi l’apprentissage par les MOOCs, en présentiel et un Hackathon, cet atelier vise à renforcer le bagage théorique des participants, tout en leur donnant l’occasion d’appliquer leurs connaissances à des situations concrètes. En regroupant des apprenants d’origines très diverses, il permet de stimuler l’émergence de solutions globales tenant compte d’une multitude de paramètres, tout en contribuant à rapprocher la phase d’apprentissage de celle de la recherche.

Cet évènement a été rendu possible grâce à l’étroite collaboration entre l’Institut de Santé Globale et le Swiss TPH et au soutien de la Swiss School of Public Health (SSPH+), qui  finance le voyage et le séjour des participants.

6 juillet 2017
  Media