Binge drinking et cannabis: la meilleure méthode d’intervention des médecins de famille reste à trouver!

haller

Une étude menée par la Dre Dagmar Haller, de l’Unité de médecine de premier recours de la Faculté de médecine de l’UNIGE et de l’Unité Santé Jeunes des HUG, révèle que des conseils spécifiques prodigués par les médecins de famille n’ont pas d’impact significatif sur le comportement des jeunes ayant une consommation excessive d’alcool et de cannabis. Cette étude, publiée aujourd’hui dans le Canadian Medical Association Journal montre en effet qu’une formation à donner des conseils spécifiques n’apporte pas de bénéfice supplémentaire par rapport aux soins usuels. Cependant, cette même étude montre une diminution de près de 30% de la proportion des consommateurs excessifs d’alcool et de cannabis 12 mois après une consultation chez un médecin de famille, contrairement à l’histoire naturelle de la consommation de substance chez les jeunes qui habituellement augmente avec l’âge. Ces résultats suggèrent donc que les consultations menées par des médecins de famille influencent positivement les jeunes consommateurs de substances, mais sans pouvoir déterminer de quelle manière.

Pour en savoir plus ...

11 mars 2014

Media

top