Des syllabes oscillent dans nos circuits neuronaux - Ce que peuvent dire les neurosciences du traitement de la parole par notre cerveau

giraud
La parole, émise comme reçue, produit une activité électrique dans les neurones, que les neuroscientifiques mesurent sous forme d’«oscillations corticales». Comme dans d’autres processus cognitifs ou stimuli sensoriels, pour capter la parole, le cerveau décompose les informations qu’il perçoit, afin de les intégrer et de leur donner un sens. Les chercheurs n’arrivaient pas à départager entre une vision des oscillations comme signes de l’activité neuronale et l’hypothèse d’un rôle actif de ces dernières dans le traitement de la parole par le cerveau humain. Or, deux publications rendent compte, dans les revues eLife et Frontiers in Human neurosciences, de l’importance des oscillations, qui, lorsqu’elles ne se produisent pas comme elles devraient, peuvent être associés à des troubles importants du langage. Le groupe de la professeure Anne-Lise Giraud, à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE) est parvenu à de telles conclusions après avoir réalisé une modélisation informatique des microcircuits neuronaux, qui met en évidence le rôle primordial des oscillations neuronales dans la capacité à décoder le langage verbal. Ceci indépendamment du rythme et de l’accent donné à l’élocution.

Pour en savoir plus ...

11 juin 2015

MEDIA

top