Partenariats

Longtemps cantonnés au développement d’infrastructures et notamment dans les pays en voie de développement, les partenariats public-privé (PPPs) s’étendent aujourd’hui à plusieurs domaines tels que la santé. Force est de constater que les budgets étatiques ne permettent pas de répondre ni de financer l’ensemble des besoins de notre société puisque les défis auxquels nous faisons face aujourd’hui sont nombreux et de plus en plus complexes. C’est pourquoi la tendance à la mobilisation collective se généralise avec une contribution active (financière ou non) du secteur privé et des individus à des projets d’intérêt public.

L’UNIGE et les HUG ont ainsi unis leurs forces avec un consortium de 5 fondations privées gérés sous la bannière de la Fondation Dr Henri Dubois-Ferrière Dinu Lipatti (DFDL), pour la création d’un Centre de recherche translationnelle en onco-hématologie (CRTOH).  Ce centre a la vocation de devenir un pôle d’excellence, avec des expertises existantes, qui contribuera au développement de nouvelles stratégies anti-cancer et des soins adaptés aux patients en fonction des spécificités de leur maladie.

Initié fin 2015, l’engagement fort du consortium de fondations donatrices s’élève à plus de 5 M/CHF couvrant une période de 5 ans et rendra possible des avancées significatives dans le combat contre le cancer. Les cancers constituant la première cause de mortalité en Suisse, les membres du CRTOH travaillent aussi bien sur les mécanismes de la division cellulaire que sur l’immunothérapie ou la génétique, ou sur des cancers affectants des organes particuliers tels que les ovaires, la prostate ou le sang. De quoi redonner l’espoir aux patients. Nous espérons que ce modèle de collaboration puisse ouvrir la voie et inspirer de nouveaux partenariats public-privé qui créent une réelle valeur ajoutée à la société.

POdier_reframed.jpg

"Le CRTOH vise à la fois à créer de nouveaux groupes de recherche, et à réunir des groupes de recherche existants pour assurer à la recherche genevoise en oncologie une plus grande visibilité, une identité et une force d’attraction internationale."
Patrick Odier, président du Conseil de la Fondation Dr Henri Dubois-Ferrière Dinu Lipatti

Depuis plus de 15 ans, la Fondation Hirzel soutient la recherche sur le noma, une maladie défigurante dont les principales victimes sont les enfants des pays en voie de développement.

L'action philanthropique de Gertrude Hirzel se concrétise suite à sa rencontre à Genève avec des enfants soignés des séquelles du noma et leur médecin traitant, Denys Montandon, alors directeur de l’Unité de chirurgie plastique et reconstructive des HUG et professeur à la Faculté de médecine. Gertrude Hirzel crée en 1999 sa fondation et investit près de deux millions de francs dans l’association Gesnoma (Geneva Study Group on Noma), fondée par Denys Montandon et plusieurs de ses collègues, et dédiée à la recherche sur les mécanismes et les causes du noma. Le soutien de la Fondation Hirzel a permis aux chercheurs de la Faculté de médecine et des HUG de déterminer les facteurs sociaux, épidémiologiques et microbiologiques de cette maladie, inconnus jusqu'alors. Ces travaux ont ainsi ouvert la voie à une prévention plus adaptée et des traitements plus efficaces et ont permis de redonner espoir aux nombreuses victimes de cette terrible maladie.

La Fondation Hirzel soutient également des projets humanitaires, notamment en Afrique, où sévit le noma. En reconnaissance de son soutien personnel et financier, le recteur de l'Université de Genève et le doyen de la Faculté de médecine ont tenu à rendre hommage à Mme Hirzel, en septembre 2014, dans le cadre du 50e congrès de la Société suisse de chirurgie plastique.

Photo : Mme Gertrude Hirzel honorée par les professeurs Jean-Dominique Vassali, Recteur de l’Université de Genève, et Henri Bounameaux, Doyen de la Faculté de médecine.