Syphilis et cinéma : la maladie secrète

Une occasion unique de découvrir des films de propagande anti-syphilitique du début du 20e siècle, et de participer à une discussion interdisciplinaire sur la place des IST dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui !

Le secret, le non-dit, la dissimulation font partie intégrante de l’histoire de la syphilis et, plus largement, de celle des IST. La syphilis avance masquée : d’une part parce que la variété de ses manifestations la rend parfois indétectable par le malade. D’autre part parce qu’elle a longtemps été considérée comme une maladie intime et honteuse qui doit être cachée aux proches : en faire l’aveu est difficile, alors même que la précocité du diagnostic est un enjeu de santé fondamental. Jusqu’à la découverte de la pénicilline, cette clandestinité de la maladie a favorisé le recours à de soi-disant “remèdes secrets”, présentés comme des panacées indolores et d’utilisation discrète. Aujourd’hui encore, la confidentialité et le secret de fonction peuvent mener les praticiens à des dilemmes éthiques, dès lors que la santé de personnes tierces est en jeu.

Les films antisyphilitiques de la première moitié du 20e siècle montrent la maladie mais pas la sexualité, qui doit pudiquement rester dissimulée aux yeux des jeunes gens. Le discours prophylactique qu’ils véhiculent voile autant qu’il ne dévoile : que peut-on dire pour prévenir, que faut-il taire pour ne pas inciter ? Pour les autorités politiques et morales de l’époque, la syphilis apparaît comme une tache d’impureté marquant une population, un opprobre qu’il faut cacher. Les prostituées, que tant de films incriminent, sont dérobées aux yeux de la population, cantonnées dans de discrètes maisons closes, ou reléguées dans la clandestinité. Enfin, la lutte contre la syphilis a motivé des expérimentations pathologiques, elles aussi marquées du sceau du secret.

 
Programme
 
12h30 - 14h       sandwiches et projection d’extraits :
                           - Il était une fois trois Amis (F, 1929)
                           - Feind im Blut (CH/DE, 1930)
                            - Deferred payment (US/GB, 1932)
 
 
14h - 17h             introduction :
                            - Christian Bonah (Univ. de Strasbourg), Alexandre Wenger (UniGe)
 
en alternance, commentaires brefs des films et débat avec le public.
 
                             modératrice :
                             - Laurence Toutous-Trellu (HUG)
 
                             conférenciers :
                             - Bernard Hirschel (HUG)
                             - Anja Laukötter (Max Planck Institute for Human Development, Berlin)
                             - Sophie Delpeux (Univ. Sorbonne – Paris 1)
                             - Antonella Cereghetti (avocate, Lausanne)
 
 
Affiche et/ou flyer

 

Pour nous trouver

Le bâtiment Gustave Julliard (ou BDL2) se trouve rue Alcide-Jentzer 17. Entrez dans le bâtiment par l’esplanade (à côté de la pharmacie). Prenez les escalators face à la réception et montez de deux niveaux. Prenez immédiatement à gauche en direction du Centre de l’innovation.

Organisation

prof. Alexandre Wenger (alexandre.wenger(at)unige.ch)

prof. Christian Bonah (bonah(at)unistra.fr)

dr Laurence Toutous-Trellu (Laurence.Trellu(at)hcuge.ch)

13 juin 2017

Actualités

top