[29] Transporteurs rénaux

FERAILLE PASTED.pngLe rein est l'organe responsable de l'homéostasie du milieu intérieur. Chaque jour ce sont près de 180 litres d'eau et 25 moles de sodium qui sont filtrés par le glomérule et réabsorbés à plus de 90% par les tubules rénaux. La perte progressive de la fonction rénale ou insuffisance rénale chronique est un problème de santé publique majeur. Un dérèglement génétique ou acquis des mécanismes de contrôle généraux (système rénine-angiotensine-aldostérone, système nerveux autonome...) ou locaux (feedback tubulo-glomérulaire, coordination entre systèmes de transport tubulaires...) de la réabsorption tubulaire du sodium peut conduire à des pathologies graves comme l'hypertension artérielle et l'insuffisance rénale.

 

L’activité de notre groupe de recherche porte sur deux axes. Nous étudions les mécanismes physiologiques de régulation du transport du chlorure de sodium et de l'eau par les cellules épithéliales du tubule rénal avec un focus sur le canal collecteur qui assure l'adaptation finale l’excrétion du sodium et d’eau par ses cellules principales. Nous avons contribué à démontrer que les transports du sodium et de l’eau sont tous deux étroitement contrôlés par l’aldostérone et la vasopressine, et par des facteurs non hormonaux comme le flux tubulaire, la concentration de sodium et la tonicité du milieu. Avec le soutien du FNS nous cherchons à élucider les mécanismes permettant la coordination de l’activité et de l’expression des transporteurs localisés au sein des membranes apicales et basolatérales. Les mécanismes de coordination entre les voies de transport ioniques transcellulaires et paracellulaires sont également étudiés. Enfin, le rôle d'un organelle récemment redécouvert, le cil primaire, dans le contrôle du transport du chlorure de sodium et de l'eau par les cellules tubulaires fait également l'objet d'un projet.

 

Notre second axe de recherche porte sur le rôle des cellules tubulaires rénales et plus particulièrement de leur activité métabolique couplée au transport actif de sodium dans la progression des maladies rénales chroniques. En effet, la progression de l’insuffisance rénale est mieux corrélée à l’atteinte tubulaire qu’à l’atteinte glomérulaire. Cette progression repose essentiellement sur une inflammation chronique et une fibrose progressive de l’interstitium rénal. Notre projet par le NCCR Kidney.ch a pour but d’éclairer la relation entre travail métabolique des cellules tubulaires rénales en réponse aux variations d'aldostéronémie et d'apports alimentaires de chlorure de sodium, l'activité des principaux senseurs métaboliques comme HIF, AMPK et mTOR et les mécanismes conduisant à la mort cellulaire.

top