logo-newsletter & retour à Cont@ct
 
Quelle attitude adopter face au plagiat et ŕ la tricherie?

Pour tricher aux examens, plagier un mémoire, il existe une multitude de techniques, de la bonne vieille "mascogne" à l'usage plus sophistiqué de l'oreillette téléphonique. Les nouvelles technologies de l'information ont rendu la tricherie plus commode - et plus tentante. Internet fourmille de sites mettant à disposition du contenu académique. Il existe même des offres payantes de rédaction de mémoires originaux en ligne… Désormais, pour parachever ses études, il suffirait d'un porte-monnaie bien garni: comptez l'équivalent de 1'000 CHF pour un mémoire de 50 pages!

Quel est le pourcentage de tricheurs se faisant pincer? Difficile à savoir. Une chose est sûre, la plupart des professeurs sont sur leurs gardes et perfectionnent à chaque session leurs moyens de détection. Il s'agit d'une question d'équité vis-à-vis des non-tricheurs. Des étudiants, constatant que les cas de tricherie ont tendance à augmenter, réclament d'ailleurs plus de sévérité.

La facette du problème la plus inquiétante actuellement est sans conteste le plagiat, un phénomène qui s'est amplifié de manière dramatique avec l'arrivée d'internet. Et il ne concerne pas que les étudiants. Michelle Bergadaà, professeure aux Hautes études commerciales (HEC), a mis en ligne un site internet entièrement consacré à cette question. Elle pointe du doigt les mauvaises habitudes prises à l'école secondaire, où la pratique du "copier/coller" serait, selon elle, encouragée par les enseignants qui se félicitent de la créativité des élèves capables de trouver des informations sur "la toile".

 

Pour imprimer une version sans image avec les liens principaux en clair

 
Questions et commentaires
Mise à jour: 05/07/05