Merci d'activer JavaScript sur votre navigateur
Nouvelle structure du corps enseignant: qu'est-ce qui va changer?

Inadapté aux développements dans le monde académique actuel, le système de dénominations du corps enseignant de l'Université de Genève est en passe d'être modifié. Le Rectorat a en effet établi, fin 2004, un document finalisant un projet longuement mûri, initié sous le Rectorat Bourquin. Le sujet est sensible à n'en pas douter, puisqu'il touche aux statuts des enseignants, toutes catégories confondues, leur conditions d'engagement et les possibilités de promotion. La réforme, telle que proposée aujourd'hui, a donc fait l'objet d'une très large consultation auprès des facultés, des doyens, du Conseil de l'Université et de différents groupes du corps intermédiaire. Elle doit encore être approuvée par les autorités politiques cantonales, puisqu'elle entraîne une modification de la Loi sur l'Université.

Qu'est-ce qui va changer? Sans entrer dans tous les détails de cette réforme complexe, on peut résumer ses grands axes au trois points suivants:

- Introduction de la fonction de professeur assistant
- Simplification des dénominations du corps professoral
- Meilleure comparabilité des titres avec les autres universités suisses et étrangères


Des professeurs assistants pour favoriser la relève
Inexistant dans le système actuel, le titre de professeur assistant permet à l'UniGe d'introduire une dénomination qui s'est imposée dans la majorité des autres universités, aussi bien en Suisse qu'à l'étranger. Elle existe notamment dans les deux autres institutions du Triangle Azur (Universités de Lausanne et de Neuchâtel).

Ce nouveau poste permettra de donner une chance à de jeunes collaborateurs de l'enseignement et de la recherche d'entrer dans le corps professoral et de faire leur preuve. Les professeurs assistants seront en effet nommés pour une période déterminée, avec la possibilité, après cette phase probatoire, de devenir professeur ordinaire ou associé. Il s'agit donc d'un pas important pour favoriser la relève, mais aussi de tenir compte du fait qu'un nombre important de professeurs ordinaires prendront leur retraite dans les années à venir.

Ce titre est prévu pour des candidats dont les capacités scientifiques et pédagogiques à assumer un poste de professeur sont reconnues, mais qui n'ont pas encore toute l'expérience requise. De cette manière, des enseignants pourront obtenir plus tôt dans leur carrière le titre de professeur et augmenter leurs chances d'accéder à un poste permanent à Genève ou dans une autre université.

Les professeurs assistants seront nommés sur concours.

Une structure simplifiée
Sept fonctions prévalaient jusqu'à présent au niveau du corps professoral. La réforme ramène ce nombre à 4, entraînant ainsi une importante simplification.

La fonction de professeur titulaire, occupée jusqu'à présent par des maîtres d'enseignement et de recherche, des chargés de cours ou des privat docent qui ont bénéficié d'une promotion, est supprimée. Les actuels professeurs titulaires deviendront professeurs associés.

Les chargés de cours et privat docent font désormais partie des collaborateurs de l'enseignement et de la recherche. A préciser toutefois que cette modification n'aura pas d'incidence sur les conditions salariales des personnes concernées. Deux raisons à cette modification. D'une part, dans aucune autre université suisse ces deux fonctions appartiennent au corps professoral. Il s'agit donc, là encore, d'harmoniser la structure. D'autre part, elles ne font pas l'objet d'une mise au concours, constituant ainsi une anomalie par rapport aux procédures de nomination habituelles du corps professoral. Une promotion au titre de professeur associé sera possible, sous certaines conditions.

Les deux fonctions de professeur associé et de professeur adjoint sont fondues en une seule dénomination, sous le titre de professeur associé.

La fonction de professeur invité est maintenue pour des personnes occupant une charge d'enseignement temporaire, et dont les titres d'une autre université sont jugés équivalent à ceux de professeur ordinaire ou associé.

Revalorisation des collaborateurs scientifiques
Quant au titre de professeur d'école, réservé jusqu'à présent aux membres du corps professoral de l'ETI, il est supprimé. Les actuels professeurs d'école de l'ETI passeront soit au rang de professeur ordinaire, soit à celui de professeur associé. Il reviendra à une Commission d'en décider.

A noter enfin que la réforme introduit d'autres modifications de la Loi sur l'Université sur des points précis relevant de la structure et du fonctionnement du corps enseignant. Sans être exhaustif, signalons que l'interdiction d'avoir un nombre de postes de maître d'enseignement et de recherche ne dépassant pas 20% du total du nombre de postes du corps intermédiaire a été abrogée. Les collaborateurs scientifiques II, jusqu'à présent considérés comme personnel administratif et technique, font désormais partie des collaborateurs de l'enseignement et de la recherche, tandis que les conseillers aux études, beaucoup mis à contribution dans le cadre de la réforme de Bologne et l'encadrement des étudiants en général, passent de la classe salariale 17 à la classe 19.


> En résumé: Présentation visuelle (pdf 61kb)

Jacques Erard
Université de Genève
Presse Information Publications
Janvier 2005

http://www.unige.ch/presse/archives/unes/2005/20050118denominations.php
Imprimer la page