Merci d'activer JavaScript sur votre navigateur
La photographie comme instrument d'enquête

Une publication collective réunit les contributions des étudiants et enseignants ayant participé durant le semestre d’hiver 2004-2005 à un séminaire de recherche de 3e cycle mis sur pied au Département de sociologie de l’Université de Genève autour des usages de la photographie en sciences sociales, en particulier: autour des enquêtes conduites par Pierre Bourdieu sur le terrain algérien de 1958 à 1961, Un photographe de circonstance. Pierre Bourdieu en Algérie, édité par l'Association des EtudiantEs en sociologie de l'UniGe, sous la direction d'André Ducret et de Franz Schultheis. Parallèlement, une exposition, à la Maison des arts du Grütli, réunit pour la première fois en Suisse les documents photographiques du sociologue français sur le terrain algérien.

Le séminaire de recherche du Département de sociologie a tenté de reconstruire l’émergence de la théorie du monde social de Pierre Bourdieu à travers ses divers travaux sur la société kabyle, où celui-ci se sert des images photographiques comme supports de mémoire et comme autant de témoins accompagnant des textes ethnologiques et sociologiques à revisiter.

L'image au service de la science
Partant de ce corpus et de son analyse, le séminaire a également porté sur la question plus générale des usages de la photographie en sciences sociales. De l’ethnographie à la criminologie, la photographie, dès son invention au XIXe siècle, se met au service de la science, elle tient l’autre à distance, elle permet de classer et de caractériser les corps, les visages, les mœurs ou les parures. Le positivisme triomphant s’approprie un outil d’observation auquel, bientôt, les travaux de Muybridge ou Marrey ajouteront le cinématographe.

Mais il faut attendre le vingtième siècle pour voir des sociologues s’intéresser à la photographie dans leur travail de terrain. De Gisèle Freund à Howard Becker, de Lewis Hine à Pierre Bourdieu, la photographie s’avère tour à tour une technique d’enquête, un artifice méthodologique ou un objet de recherche pour la sociologie. Toutefois, seule la confrontation à la totalité du corpus réuni par Pierre Bourdieu permet de saisir à la fois la spécificité du regard qu'il porte sur l'Algérie et les enjeux liés au recours à la photographie comme à une technique de recherche parmi - et, surtout, à côté - d'autres. Les images d'Algérie de Pierre Bourdieu s'avèrent alors une occasion unique de réfléchir à ce qu'est aujourd'hui le métier de sociologue. Si ces photographies décrivent une réalité, certes, datée, localisée, elles n’en traitent pas moins de problèmes aujourd’hui encore brûlants, et pas seulement en Algérie.

Rassemblant une quinzaine de contributions sur les divers thèmes abordés dans le cadre du séminaire, le recueil s'ouvre sur un extrait inédit d'entretien où le sociologue français parle des conditions de son départ et de son séjour en Algérie.


> Un photographe de circonstance. Pierre Bourdieu en Algérie
(ISBN 2-8399-053-X)
édité par l'Association des EtudiantEs en Sociologie de l'Université de Genève.
En vente dans toutes les bonnes librairies au prix de 9 CHF/ 7 EUR (+ frais de port), il peut être commandé en s’adressant à: henchozk@hotmail.com

> "Pierre Bourdieu en Algérie. Un photographe de circonstance"
Exposition à voir au Centre genevois de la photographie
Maison des arts du Grütli (16 rue Général-Dufour, 1204 Genève)
Jusqu'au 9 avril 2005
Entrée libre


Université de Genève
Presse Information Publications
Mars 2005

http://www.unige.ch/presse/archives/unes/2005/20050323bourdieu.php
Imprimer la page