logo-newsletter & retour à Cont@ct
 
François Dermange, nouveau doyen de la Faculté autonome de théologie protestante

Après des études à HEC Paris et un poste de conseiller chez Arthur Andersen, François Dermange a entrepris des études de théologie, d'abord à Paris, puis à Genève. Il obtient successivement une licence, un doctorat avec une thèse sur l'éthique commerciale, un poste de maître-assistant et un poste de maître d'enseignement et de recherche, pour être ensuite nommé professeur ordinaire d'éthique à la Faculté de théologie. Dès le 15 juillet, il reprend le décanat à la suite de Bernard Rordorf.

Percevez-vous des menaces sérieuses pour la Faculté de théologie dans le paysage universitaire suisse?
François Dermange: Idéalement, une faculté devrait compter au minimum 200 à 300 étudiants. Cela ne sera jamais le cas de la nôtre, mais l'Université de Genève s'est créée autour d'elle. Il faut aussi relever que la Faculté de théologie bénéficie d'un rayonnement considérable, qui dépasse très largement le monde francophone, rayonnement particulièrement important en Afrique et en Corée. Pour beaucoup, Genève est assimilée à Calvin.
Toutefois, face aux changements qui s'amorcent de part et d'autre dans le paysage universitaire suisse, nous avons pris les devants. Le Triangle azur a créé, l'an dernier déjà, la Fédération des facultés de théologie. L'enseignement pour le master est aujourd'hui réparti entre les trois universités membres, soit Lausanne, Neuchâtel et Genève et le bachelor est donné intégralement à Lausanne et à Genève, ce qui démontre la complémentarité de nos centres d'excellence.

Comment se déroule l'intégration du processus de Bologne au sein de la Faculté?
Nous avons joué un rôle de pionnier dans ce processus en proposant, pour la rentrée 2004 déjà, un bachelor et, en 2005, un master. Globalement, l'intégration s'est déroulée sans difficulté majeure, même si quelques ajustements restent nécessaires. S'il est encore trop tôt pour tirer un bilan de cette réforme, il nous faut toutefois rester attentifs au fait que celle-ci doit réellement favoriser la mobilité des étudiants et être profitable à ceux-ci et pas seulement être une réforme bureaucratique.

Comment envisagez-vous l'avenir de la Faculté de théologie?
Nous chercherons à toucher de nouveaux publics, selon deux axes prioritaires. D'une part, en augmentant les formations post-grades dispensées, soit directement à la Faculté ou en lien avec l'Institut œcuménique de Bossey et, d'autre part, en développant le e-learning – le bachelor de théologie de la Faculté est actuellement en Europe la seule formation à distance existante en théologie. A titre d'exemple, pour la première année de bachelor, il y a actuellement sept étudiants en présence et vingt étudiants supplémentaires grâce au e-learning.
En octobre prochain, la Faculté se trouvera aussi face à un autre défi, celui de l'intégration des nouveaux professeurs, avec quatre nouvelles arrivées sur les sept postes existants.

Et quant à l'avenir de l'Université de Genève?
La carte à jouer pour l'UNIGE est internationale. Genève a acquis son rayonnement grâce à son ouverture au monde, à son regard plus large que sur la seule Helvétie. Il nous faudra cultiver cette tolérance et cet esprit critique. Les contraintes administratives imposées par la Confédération, la CRUS ou encore le FNS ne doivent pas nous conduire à perdre notre force première: un état d'esprit, une pensée ouverte et soucieuse de l'humain.

> Site François Dermange

 
Alexandra Mossiere

Pour imprimer une version sans image avec les liens principaux en clair

 
Questions et commentaires
Mise à jour: 05/07/05