La sociologie à l'Université de Genève

Les débouchés des études de sociologie

L’esprit sociologique

Etudier la sociologie signifie apprendre à lire la société dans sa complexité. La sociologie propose des lectures multidimensionnelles des phénomènes sociaux. C’est ainsi que les études en sociologie ouvrent un large terrain professionnel, un terrain qui est d’ailleurs toujours à redéfinir parce que son objet, la société, est lui aussi en constante évolution.

 

Où sont donc les sociologues : Comment construire sa place dans une société ?

Pendant que certaines études (toujours moins d’ailleurs) amènent à des positions prévues, les sociologues sont davantage maîtres de leur destin, plus libres dans leurs choix, mais aussi – et c’est l’autre face de la médaille – plus seuls dans la construction de leur carrière.

Nos sociologues sont dans les médias (et même à la tête de la TSR), dans le monde de la culture, dans les assurances et banques, dans le marketing et la publicité (il faut savoir lire la société pour l’influencer), dans l’administration publique, dans des fonctions de programmation et dans la recherche (privée ou publique). Les sociologues sont en demande dans les branches qui nécessitent une réflexion multidimensionnelle et la maîtrise de méthodes de recherche spécifiques.

Etudier la sociologie ouvre donc des pistes professionnelles très vastes et c’est l’esprit du sociologue qu’on retrouve aussi dans des positions professionnelles inattendues, comme la sociologue qui conseille le militaire sur la gestion des rapports de genre ou encore le sociologue dans la boite informatique qui explique comment construire des caractères réalistes aux personnages d’un jeu vidéo…

 

L'enquête sur les débouchés

En automne 1994, le Département de sociologie a mené, par l’intermédiaire de Claire Petroff et Olivier Pillonel, une enquête auprès des 413 licenciés en sociologie qu’il avait formés depuis 1960, soucieux de mieux connaître les débouchés professionnels rencontrés dans cette branche. L’analyse des différentes carrières effectuées et des emplois exercés met en évidence certaines tendances qui ne sont pas sans intérêt pour des étudiants qui se destinent à la sociologie.

De manière générale, les études de sociologie permettent d’acquérir une certaine polyvalence professionnelle et répondent à un réel besoin social de compétences en matière d’analyse des processus sociaux, procurant à la fois des outils d’analyse de la société et une initiation aux branches voisines des sciences sociales. Cette polyvalence est confirmée par les professions extrêmement variées exercées par les licenciés en sociologie dans de nombreux secteurs professionnels : administration publique (instituts de recherche sociologique, planification sociale, bureaux de statistique, etc.), médias (journalistes à la TV, chefs de rubrique dans un quotidien, grands reporters, etc.), enseignement secondaire, para-universitaire (écoles de travail social, d’infirmières, etc.) ou universitaire, services du personnel et de gestion des ressources humaines, instituts de marketing, organismes de sondages, organisations internationales, etc.

Par ailleurs, les carrières suivies sont principalement composées d’emplois sous-entendant une activité avant tout intellectuelle, à forte responsabilité morale ou, moins souvent, hiérarchique. Trois quarts des emplois sont de type universitaire en ce sens qu’une licence était demandée pour occuper le poste (dans la moitié des cas une licence en sociologie était spécifiée). La rémunération associée à ces emplois est le plus souvent satisfaisante à bonne. On remarque enfin que si, dans la moitié des cas, l’emploi occupé n’a qu’un lien assez lâche avec la sociologie stricto sensu, l’utilisation des connaissances acquises en matière de sciences sociales ou de méthodologie est par contre considérable dans la grande majorité des cas. La proportion des emplois caractérisés par de grandes responsabilités, par de hautes exigences en matière de formation et par un lien étroit avec la sociologie s’élève nettement en cours de carrière.

 

Projets "La socio et après?" et "Réseaux des Anciens Étudiant(e)s en Sociologie"

Un groupe d'étudiantes et d'étudiants de l'Association des étudiant(e)s en sociologie (AES) en collaboration avec le Département de sociologie ont mené une petite enquête concernant les trajectoires professionnelles et de formation des étudiant-e-s ayant obtenu la licence en sociologie à l'Université de Genève de 1995 à 2005.

Cette étude a un double objectif. Premièrement elle vise la mise à jours les résultats de l'enquête sur les débouchés de 1994 (de manière moins détaillée). Deuxièmement, l'étude représente une occasion privilégiée pour créer un réseaux des anciens étudiants en sociologie à l'Université de Genève. Les anciens étudiant(e)s contactés ont ainsi eu la possibilité, selon leurs souhaits, de faire partie d'un annuaire des licencié(e)s et diplômé(e)s au Département de sociologie. Cet annuaire constitue ainsi une première et précieuse base de contact et de circulation d'information, notamment professionnelle, pour les étudiant(e)s actuels.