Biologie

  

Cellules souches, clonage, OGM, biodiversité, maladies génétiques, ou origines de l’homme, chacun de nous est confronté dans son quoti­dien aux plus récentes découvertes de la biolo­gie. Dans tous ces domaines, Genève compte des spécialistes de renommée mondiale. Un corps professoral international assure la qualité d’une formation où l’expérimentation tient une place importante dès la première année d’étu­des. Le développement rapide de cette science et la célébrité des chercheurs genevois donnent lieu à un véritable engouement des étudiants pour cette filière.

  
Biolo-1

Un enseignement performant

Du bachelor au doctorat, 600 étudiants de toutes natio­nalités découvrent la biologie à l’Université de Genève. Aux débouchés bien connus de l’enseignement s’ajou­tent désormais la recherche et les applications biologi­ques et médicales, au sein des universités, des instituts spécialisés ou de l’industrie. Sans compter les besoins croissants des organisations internationales et des institutions publiques et privées concernées par la médecine, la biodiversité et l’environnement. La biolo­gie bénéficie d'un bâtiment neuf, Sciences III, inauguré en 2003, qui offre des infrastructures de pointes pour l'enseignement et la recherche.

Biolo-2
Une recherche de pointe 

Les spécialités qui assurent une reconnaissance interna­tionale de Genève en biologie sont: la génétique, la biologie moléculaire et cellulaire et la biologie du déve­loppement embryonnaire. Ceci a décidé le gouverne­ment suisse à établir à Genève le centre national de recherche en génétique. La biodiver­sité, l'écologie et même la préhistoire de l’homme y sont aussi étudiées et enseignées. Une collaboration étroite avec le Musée d’Histoire naturelle et les Conservatoire et Jardin botanique assurent la formation en sciences de la nature.

De la recherche fondamentale à la recherche médicale

Parmi les recherches menées en biologie, citons celles portant sur les gènes architectes qui dirigent le dévelop­pement embryonnaire. Les chercheurs genevois ont montré que les gènes HOXD contrôlent la construction des bras et des mains. Ils ont également découvert tout récemment qu’un mécanisme génétique distinct contrôle la mise en route des gènes HOXD pour la formation des bras et pour celle des mains. Cette décou­verte nous rappelle que les ancêtres des bras (devenus nageoires chez les poissons) ont précédé de millions d’années l’apparition des mains. Les études génétiques fondamentales chez la souris retentissent sur notre connaissance de l’évolution des espèces et de la biodiver­sité qui en résulte. Ces gènes architectes se retrouvent, par exemple, chez l’homme. Les étudier est donc aussi important pour la médecine. Cela a permis de montrer que ces gènes architectes sont atteints chez les patients qui présentent des anomalies de développement.

top