Sciences de la Terre et de l'environnement

  

Les Sciences de la Terre étudient la structure interne et l'évolution de la planète de ses origines à nos jours.

  
Terre-1

 

Les Sciences de la Terre élaborent les concepts et les outils qui permettent:

  • de trouver de nouvelles ressources énergétiques, hydriques et minérales indispensables à l’activité humaine et de gérer judicieusement et écologiquement leur utilisation;
  • de comprendre les processus physiques, chimiques et biologiques qui modifient depuis plus de 4 milliards d’années la surface de la planète;
  • de retracer l’histoire de la Terre et prédire à moyen et long terme son évolution;
  • d’identifier et de prévenir les risques naturels;
  • d’évaluer l’impact environnemental des activités humaines et de proposer des solutions pour remédier aux déséquilibres qu’elles engendrent.

A Genève, la Section des Sciences de la Terre, associée avec la faculté des Géosciences et de l’Environnement de Lausanne (ELSTE) ainsi qu’à l’Ecole polytechnique fédérale, offre une formation très complète (plus de 100 cours distincts) du bachelor au doctorat.

Connaître notre planète et gérer judicieuse­ment ses ressources énergétiques, hydriques et minérales

L’activité scientifique de la Section des sciences de la Terre, reconnue au niveau national et international, se focalise sur les thèmes suivants:

  • L’étude des bassins sédimentaires actuels et fossiles dans le but de localiser et de comprendre la genèse de roches poreuses et perméables susceptibles de contenir des fluides présentant un intérêt économique (hydro­carbures, eau) ou d’héberger durablement des subs­tances jugées nocives pour l’environnement (séques­tration du CO2, par exemple).
  • La recherche et mise en valeur de gisements métallifères et l’étude des processus physico-chimiques qui en sont à l’origine.
  • La reconstitution des changements climatiques et eustatiques (variations du niveau marin) survenus au cours des 400.000 dernières années par l’analyse géochimique et paléontologique des sédiments lacustres et marins. L’étude de ces «archives» sédimentaires fournit des informations indispensables pour modéliser les climats du futur.
  • L’étude de systèmes volcaniques récents et des processus physico-chimiques à l’oeuvre dans les chambres magmatiques. La modélisation et l'évaluation des risques associés à l’activité volcanique et leur incidence sur les changements climatiques au cours des temps géologiques.
  • La détection de substances organiques ou inorganiques nuisibles pour l’environnement et la compréhension des processus de diffusion et de transformation de ces substances dans les sols, les lacs et les rivières.
Terre-2
Ces recherches, auxquelles les étudiants sont associés dès le master, comportent presque toujours une phase d’acquisition de données sur le terrain (Europe, Afrique du Nord, Amérique du Sud, Moyen-Orient, Australie) qui précèdent les travaux de laboratoire.

L'augmentation de la consommation mondiale en énergie, en substances minérales et en eau, la raréfaction de ces ressources naturelles, l'urgence de les gérer de manière plus judicieuse, la multiplication des problèmes environnementaux, la nécessité, face à l'évolution démographique et aux changements climatiques, de mettre en valeur de nouveaux territoires ou de préserver des territoires menacés ouvrent de nombreuses perspectives d'emploi pour les scientifiques de la Terre dans les décennies à venir.

top