SECTION DE PHYSIQUE
  Conférences grand public à l'École de Physique de l'Université de Genève

Ces conférences ont lieu dans le Grand auditoire de l'Ecole de Physique
24, quai Ernest-Ansermet - Genève
dès 20h00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

“Neandertal et nous : génétique des populations et simulation informatique en quête de nos origines.”

Dr. Mathias Currat

Mardi 14 février 2012 à 20h

La question de savoir si des croisements ont eu lieu entre notre espèce, Homo sapiens, et l’Homme de Neandertal est débattue depuis fort longtemps. L’analyse de données génétiques provenant de populations contemporaines et de restes fossiles (ADN ancien), combinée à l’utilisation des méthodes les plus modernes de simulation informatique, offrent un outil de recherche extrêmement performant pour aborder cette question. Nous verrons donc comment la génétique des populations et la modélisation informatique permettent de tirer des enseignements sur l’origine de notre espèce et quels sont leurs apports concernant la question du métissage entre Homo sapiens et néandertaliens.

 


“ Miroirs brisés, antimatière disparue, matière cachée:
enquêtes sur les turbulences du jeune Univers.”

Prof. Daniel Treille

Mardi 31 janvier 2012 à 20h

Le jeune Univers en expansion, à ses premiers instants, a subi un ensemble de transitions qui ont déterminé sa structure actuelle. Notre compréhension de ces phases résulte de l’observation directe du Cosmos au moyen de divers “messagers” venus du passé. Elle vient aussi des expériences menées aux grands accélérateurs de particules, permettant de re-créer à petite échelle la physique qui avait cours à un instant donné. En remontant le temps, les faits sont assez bien établis jusqu’à la première picoseconde environ (le millième de milliardième de seconde) de l’Univers, moment, pense-t-on, où les particules élémentaires ont acquis leur masse. Le Grand Collisionneur de Hadrons (LHC) nous renseignera sur la nature exacte de cette transition. En deça, il faut actuellement recourir à des extrapolations dans le cadre de divers modèles et les hypothèses, en particulier sur la courte victoire de la matière sur l’antimatière, prennent le pas sur les certitudes. Le LHC et d’autres programmes permettront de préciser ces modèles.

Accès à la présentation

Pour plus d'information ou toutes questions


 

La naissance du monde : un mythe ?

Philippe Borgeaud
Professeur honoraire, Université de Genève

13 décembre 2011

Nous analyserons quelques mythes cosmogoniques qui posent explicitement la question du début en termes de vertige, de déplacement ou d'énigme. Matière première, nuit, béance, désir, rêve, illusion, autant de formules dérangeantes pour dire ce qui ne peut se dire autrement qu'en un récit persuasif. Il fallait bien raconter quelque chose, comme on raconte aujourd'hui le big-bang à ceux qui ne peuvent le comprendre. Mais à travers ces récits on parle encore et toujours de ce qui est le plus simplement humain.

Cette conférence est donnée dans le cadre de l'exposition "L'Origine, un voyage entre science et art", présentée du 8 décembre 2011 au 17 février 2012 à l'Ecole de Physique de l'Université de Genève, Quai Ernest-Ansermet 24, Genève.

 


NEUTRINOS

André Rubbia
ETH Zurich

2 août 2011

Connus depuis 1930, observés depuis 1956, les neutrinos sont difficiles à étudier car ils interagissent très peu. Ils commencent seulement à nous révéler leurs secrets qui sont autant de surprises. Extrêmement légers et se déplaçant presque à la vitesse de la lumière, ils se présentent en trois espèces de particules qui se
mélangent et oscillent entre elles sur des distances considérables… et pourraient bien nous dévoiler bien des mystères de l’univers, comme la prédominance de la matière sur l’antimatière ou la
nature de la matière noire…

 

ACCÉLÉRATEURS
Du LHC à notre quotidien

Jean-Pierre KOUTCHOUK
CERN

le 14 juin 2011
20h00 dans le Grand auditoire de l’ École de physique, 24 quai Ansermet

Le Grand Collisionneur de Hadrons (LHC) au CERN est le plus grand instrument de la physique des particules. Par sa conception audacieuse, mettant en jeu des technologies de pointe à grande échelle, il permet d'ouvrir de nouvelles fenêtres sur le monde qui nous entoure. Cependant, ce type d’outils dédiés à la recherche fondamentale ne sont qu’une petite minorité. La plupart des autres accélérateurs sont sortis des laboratoires pour une gamme d’applications parfois surprenantes, de la médecine à l’industrie jusqu’à l’art. Cette conférence nous fera voyager du LHC à quelques-unes de ses multiples applications

 

La Physique du changement de climat

Martin BENISTON
Université de Genève

le 8 mai 2007
20h00 dans le Grand auditoire de l’ École de physique, 24 quai Ansermet

Au 21e siècle, l'homme va être l'auteur et le témoin d'un changement climatique d'une rapidité sans précédent. Le réchauffement planétaire s’explique par l’augmentation importante, depuis le début de l’ère industrielle, de gaz dits “à effet de serre” (CO2, CH4, CFC) qui piègent le rayonnement infrarouge (énergie de chaleur) émis par la terre vers l’espace. Ces suppléments de gaz pourraient provoquer un réchauffement dont l’amplitude et la rapidité seraient 10 à 100 fois plus importantes que les fluctuations naturelles du système climatique.

De nombreuses manifestations de ce réchauffement se feront certainement sentir ces prochaines décennies avec des conséquences considérables pour l’environnement naturel (ressources en eau, faune, végétation…) et économique (agriculture, énergie, assurances…) tant dans nos sociétés industrialisées que dans les pays en voie de développement qui n’auront peut-être pas les moyens de faire face à cette situation.

Accès à la présentation .ptt

Accès à la présentation .pdf


Superfluidité:
une découverte dans la tourmente

Sébastien BALIBAR
ENS PARIS

le 20 mars 2007
20h00 dans le Grand auditoire de l’ École de physique, 24 quai Ansermet

Je décrirai le contexte agité dans lequel cette découverte a eu lieu: le kidnapping de Kapitza et l’arrestation de Landau par Staline, l'exil à Paris de London et Tisza, les conditions de travail chez Rutherford à Cambridge. Je montrerai des films de ce liquide quantique qui ne bout pas et sort tout seul des récipients qui le contiennent. Je tenterai surtout d’expliquer pourquoi cette découverte a valu le prix Nobel à Kapitza et Landau qui n’avaient pourtant pas fait les travaux les plus importants les premiers. Parlant à Genève, je ne manquerai pas enfin de mentionner les 27 km d'hélium superfluide du CERN.

S. Balibar

Accès à la présentation .ptt

Accès à la présentation .pdf

 

Téléportation Quantique
Prof. Nicolas Gisin
GAP Section de Physique Université de Genève

le 19 décembre 2006
20h00 dans le Grand auditoire de l’ École de physique, 24 quai Ansermet

En entendant « téléportation » on pensera  science-fiction, magie ou bande dessinée... pourtant, depuis quelques années, elle est un fait de laboratoire ! La téléportation quantique exploite une propriété mystérieuse du monde des atomes : la non-localité, concept tellement contre-intuitif qu'Einstein avait déclaré que la Nature ne saurait être aussi bizarre. Aujourd’hui, non-localité quantique et téléportation sont suffisamment bien comprises pour qu’un physicien réputé de l’université de Genève ose le pari d’en parler au grand public.

Accès à la présentation .ppt

Accès à la présentation .pdf

Accès à la présentation .pps

 

L'ORDINATEUR QUANTIQUE:
MIRACLE OU MIRAGE ?
Professeur Michel Devoret Yale University

7 Mars 2006

L'ordinateur quantique est une machine encore hypothétique dont le fonctionnement utilise les principes de base de la mécanique quantique. Comparé à l'ordinateur classique, il représente un gain de puissance considérable pour certains calculs difficiles, comme la décomposition d'un nombre en facteurs premiers, car les opérations quantiques peuvent explorer de manière simultanée un très grand nombre de possibilités. La correction d'erreurs quantiques, encore jugée impossible il y a peu de temps, est désormais une technique bien établie qui permettra de s'affranchir de la décohérence inhérente à toute machine quantique. Plusieurs prototypes de processeurs quantiques encore très simples ont été réalisés à base d'ions piégés électriquement dans le vide ou de molécules en solution dans un liquide. Des expériences récentes sur les circuits intégrés supraconducteurs ont démontré qu'ils peuvent implémenter des bits quantiques à l'état solide.

Accès à la présentation

 

 

 

'Big Bang à Genève'

par le Dr Laurent Chevalier
(CEA, Saclay)

13 décembre 2005

Accès à la présentation

 

 

 

14 novembre 2005
(Auditoire Piaget-Uni-Dufour)
Prof. Michel Mayor (Observatoire de Genève)
La recherche astronomique et les exo-planètes

'D'autres mondes dans l'Univers'

La première planète en orbite autour d'une étoile analogue au Soleil a été découverte il y a dix ans. Depuis lors quelques 160 exoplanètes ont été détectées et ont révélé une diversité insoupçonnée des systèmes planétaires. Cette diversité nous force à reconsidérer les mécanismes de la formation de ces systèmes .
De nouveaux instruments en cours d'étude ou de réalisation , tant pour des observatoires au sol que dans l'espace, laissent espérer encore des découvertes essentielles . La question de la pluralité de la Vie dans l'Univers sera un enjeu important de l'astronomie des prochaines décennies.

flyer

 

 


Einstein dans l'Univers

par le Prof. Michele Maggiore, Université de Genève

14 juin 2005 - Accès à la présentation

 



'Comment fabrique-t-on un Univers ?’

   Prof John Ellis (CERN)
Particules et Forces, le petit lego et la boîte à outils du constructeur de mondes

En l'absence du Professeur John Ellis, cette conférence a été donnée par le Professeur Alain Blondel avec l'aide du Dr Helenka PRZYSIEZNIAK

15 mars 2005 - Accès à la présentation

 

 


'Et rien ne fut plus comme avant'
   La brisure de symétrie et l'analogie avec l'évolution

par le Professeur Chris Quigg
Fermi National Accelerator Laboratory - Chicago

1er février 2005 - accès à la présentation

accès au QuickTime

 

'Les preuves expérimentales du Big Bang' 
De Hubble à WMAP pourquoi les physiciens modernes croient au Big Bang

par le Professeur Georges Meylan
Laboratoire d'Astrophysique de l'EPFL

7 Décembre 2004 - accès à la présentation

7 décembre 2004 'Les preuves expérimentales du Big Bang' 
Prof. Georges Meylan (Laboratoire d'Astrophysique, EPFL)
De Hubble à WMAP pourquoi les physiciens modernes croient au Big Bang

1er février 2005 'Et rien ne fut plus comme avant'
Prof Chris Quigg (Fermi National Accelerator Laboratory, Chicago)
La brisure de symétrie et l'analogie avec l'évolution

15 mars 2005 'Comment fabrique-t-on un Univers ?’
Prof Alain Blondel (Université de Genève)
Particules et Forces, le petit lego et la boite à outils du constructeur de mondes

3 mai 2005 'Naissance de la Matière‘
Prof. John Ellis (CERN)

14 juin 2005 'Einstein dans l’Univers‘
Prof. Michele Maggiore (Université de Genève)
La gravitation et la relativité générale. La recherche des gravitons

18 octobre 2005 'Des objections d'Einstein aux bits quantique: les propriétés étranges des photons intriqués'
Prof. Alain Aspect (Institut d'Optique, Orsay)
Intrication, inégalités de Bell et information quantique

14 novembre 2005 (Auditoire Piaget) ‘D’autres mondes dans l’Univers ?'
Prof. Michel Mayor (Observatoire de Genève)
La recherche astronomique et les exo-planètes

13 décembre 2005 'Big Bang à Genève'
Dr Laurent Chevalier (CEA, Saclay)
Les expériences de physique des particules et les manips LHC au CERN

7 mars 2006 'Nanotechnologies et ordinateurs quantiques'
Prof. Michel Devoret (Yale University)

19 décembre 2006 'Téléportation Quantique'
Prof. Nicolas GISIN, Université de Genève, GAP

20 mars 2007 'Superfluidité: une découverte dans la tourmente'
Sébastien BALIBAR, ENS PARIS