GeoLitt - Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles.

Deux études comparées :
- Paris-St-Pétersbourg à travers la littérature de Balzac et de Dostoïevski (19e siècle)
- Genève-Prague à travers le discours sur la métropolisation (20e-21e siècle).

GeoLitt
3e Colloque international de géographie humaniste
JOURNEE D’ETUDES INTERDISCIPLINAIRE SCIENCES HUMAINES ET LITTERATURE
"Géographie, mythe, conte, archétype"
Samedi 23 novembre à partir de 9h30, UniMail (salle M6220), entrée libre
Affiche (845 Ko, pdf)
bandeau GeoLitt
[illustration: Carte d’Ebstorf, vers 1300, fragment]
 

Le projet GEOLITT vise à approfondir le champ interdisciplinaire entre géographie et littérature, centré sur la ville. La géographie urbaine a développé des concepts et des modèles d’analyse servant à comprendre l’univers urbain d’une manière scientifique. De leur côté, les études littéraires s’appuient sur des méthodes interprétatives de type généralement qualitatif appliquées au langage et aux points de vue subjectifs portés sur l’espace. Notre projet cherche à déceler les logiques à l’œuvre derrière ces deux méthodologies, en les confrontant à deux paires de villes, l’une située à l’ouest et l’autre située à l’est de l’Europe : Paris/Saint-Pétersbourg et Genève/Prague. La comparaison entre Paris et Saint-Pétersbourg s’appuiera sur une étude d’ouvrages littéraires de Balzac et de Dostoïevski, alors que celle portant sur la comparaison Genève/Prague s’appuiera sur le discours contemporain des acteurs de la métropolisation et de leur langage le plus souvent économique (marketing urbain, classement et compétitivité des métropoles, « urban rankings »).

Nous évaluerons le degré de concordance et de divergence de ces deux discours, au moment où ces villes deviennent des métropoles modernes d’environ un million d’habitants (Paris et Saint-Pétersbourg au 19ème siècle ; Genève et Prague aux 20ème et 21ème siècles). Conscients des différences fondamentales entre ces métropoles et leur contexte historique de développement, nous serons amenés à confronter plutôt qu’à comparer les différents discours. L’utilité de notre travail sera double : sur le plan théorique, il nous aidera à mieux comprendre la stratégie de fabrication des langages métropolitains ; sur le plan pratique, notre étude servira aux décideurs métropolitains à mieux prendre conscience de la complexité de la métropole, afin d’éviter un langage simplificateur et réducteur. La littérature, en effet, utilise un langage plus nuancé et empreint de subjectivité que le discours promotionnel, elle a l’avantage de montrer aussi la face obscure et nocturne des métropoles, généralement ignorée par les décideurs urbains.

Les concepts clés de l’étude se basent délibérément sur des notions antithétiques, tant sur le plan des langages choisis que sur celui des valeurs qu’ils véhiculent. Ainsi, la partie dédiée à l’analyse du langage métropolitain de Genève et Prague et correspondant à la thèse de doctorat en géographie (1) de Jean-Baptiste Delaugerre met l’accent sur les notions de compétitivité et de classement des métropoles, alors que la partie correspondant à la thèse de littérature comparée de Maria Gal (2) placera la notion d’errance urbaine au centre du sujet. On comprend que les points de vue des acteurs urbains choisis s’opposent radicalement : d’une part les décideurs métropolitains (thèse 1) avec leur rationalité économique, d’autre part, les narrateurs romanesques (thèse 2) avec leur regard sur les rêves, les désirs, les fantasmes et la folie engendrés par la métropole.

Du point de vue méthodologique, c’est l’analyse du discours et de l’image qui prévalent (herméneutique). Les méthodes du comparatisme littéraire serviront aussi bien à la thèse 2 qu’à la thèse 1 alors que les notions géographiques sur les métropoles éclaireront des aspects peu traités dans l’analyse littéraire. C’est par le croisement des savoirs géographiques et littéraires sur la ville que le projet GEOLITT se distingue.

 

Equipe : Bertrand Lévy , directeur de la recherche, Jean-Baptiste Delaugerre , assistant candoc, Maria Gal , assistante candoc.

Financement : Fonds National Suisse de la Recherche scientifique (Projets interdisciplinaires).
Durée: 01.12.2010-30.09.2014

Liens : Description complète sur le site du FNS

top