Bandeau IRSE

Localisé à l’Université de Genève, l'Institut romand de systématique et d’éthique (IRSE) est chargé de la recherche dans ces domaines pour les Facultés de théologie des Universités de Genève et Lausanne. Il couvre les champs de la théologie systématique (dogmatique, théologie fondamentale, philosophie et théorie de la religion) et de l’éthique (éthique théologique, éthique philosophique et éthiques appliquées). L’IRSE coordonne les divers programmes de recherche en théologie systématique et en éthique conduits par ses membres. Il collabore également à l'élaboration des programmes postgrades en ces matières (Ecole doctorale) et participe aux programmes romands de master. Ouvert aux collaborations internationales, il est engagé dans des partenariats scientifiques avec de grandes institutions étrangères.

Historique de l'IRSE


L’Institut romand de systématique et d’éthique (IRSE) est rattaché à la Faculté de théologie de l’Université de Genève. Il regroupe tous les enseignants et collaborateurs qui travaillent en théologie systématique (la réflexion sur la pertinence et la cohérence de la foi chrétienne, en dialogue avec la culture contemporaine), en éthique (éthique théologique mais aussi, principalement, éthique philosophique, éthique médicale, bioéthique, éthique économique, éthique et environnement) et en philosophie de la religion. L’IRSE a été créé en 2005 en prolongement de l’Institut romand d’éthique (IRE) fondé par Eric Fuchs en 1996. Michel Rocard prononça la conférence d’inauguration de l’IRE le 20 mars 1996. En 1998, François Dermange succéda à Eric Fuchs à la direction de l’IRE, puis ce fut au tour de Denis Müller de diriger cet institut à partir de 2002.

En 2005, l’Institut romand d’éthique (IRE) devint l’actuel Institut romand de systématique et d’éthique (IRSE), par lequel il agrandissait son champ de recherche et d’action. Une conférence inaugurale, prononcée par Régis Debray, eut lieu le 8 novembre 2006. Pierre Gisel fut le premier directeur du nouvel institut et en posa les bases à partir de 2005 et durant 3 ans. En 2008, Ghislain Waterlot lui succéda. De 2008 jusqu’à la fin de son mandat en 2014, Ghislain Waterlot contribua grandement au rayonnement de l’IRSE, au travers de partenariats scientifiques avec diverses institutions, ainsi qu’en développant plusieurs axes de recherches, en lien avec la pensée d’Henri Bergson, de Jean-Jacques Rousseau, mais aussi et surtout en rapport avec le champ d’étude de la mystique. L’IRSE est dirigé, depuis 2014, par Christophe Chalamet. Au fil des années, l’Institut joue toujours plus pleinement son rôle de fédérateur des recherches mais aussi de dynamiseur. Il permet à la Faculté de tisser davantage de liens avec le monde académique international.