2001

Recherche - Encouragement à la relève: l'exemple de l'informatique

L'informatique est l'un des domaines où le manque de relève se fait le plus sentir. "Actuellement, remarque Juergen Harms, professeur au Département d'informatique de l'Université de Genève, nous disposons de 8 postes d'assistant pour 300 étudiants. Or, il en faudrait 20 pour fonctionner correctement". Le problème n'étant pas seulement de dénicher les talents, mais aussi de les garder: "Trois assistants ont récemment quitté le Département pour lancer une start-up. On doit s'en réjouir, mais cela nous pose effectivement un problème de relève".

Pour Thierry Pun, également professeur au Département d'informatique, un des plus gros obstacles à l'attractivité de la recherche est la limitation des durées des subsides des organismes de financement de la recherche: "Si un jeune chercheur s'adresse à moi, je ne peux pas lui garantir un poste de prof. En revanche, je peux lui offrir la perspective de se construire une réputation qui lui permettra d'aller ailleurs. Mais pour cela, il faut au minimum des contrats d'une durée de 4 ans. Aujourd'hui, ils ne sont que de deux ans".

Les mesures préconisées par le Conseil suisse de la science et de la technologie vont-elles dans la bonne direction? Pour Thierry Pun, un système de titularisation conditionnelle pour le corps intermédiaire est une excellente mesure. Quant à la coordination entre l'Université et les HES, elle est encore en phase de rodage. Mais elle contribuerait, selon Juergen Harms, à rendre nettement plus attractif Genève comme lieu d'étude et de recherche en informatique.

 
26 octobre 2001
  2001