Formation générale : définition

Les diplômes de fin d'études secondaires étrangers doivent être jugés équivalents, pour l’essentiel, au certificat de maturité gymnasiale suisse, titre de fin d’études secondaires donnant accès aux études universitaires en Suisse.

Pour déterminer cette équivalence, l'Université de Genève se base notamment sur la Convention du Conseil de l'Europe de l'UNESCO, no 165 ("Convention de Lisbonne"), les "Recommandations du 7 septembre 2007 de la CRUS relatives à l'évaluation des diplômes d'études secondaires supérieures étrangers", ainsi que sur les travaux de la Commission d'admission et d'équivalences de Swissuniversities (anciennement CRUS).

Ainsi, le diplôme secondaire étranger doit:

  • représenter, dans le pays qui le délivre, le degré le plus élevé d’études secondaires ou gymnasiales
  • donner un accès général, dans le pays qui le délivre, à toutes les facultés et voies d'études universitaires
  • avoir un caractère de formation générale (essentiellement de type littéraire ou scientifique), c'est-à-dire comporter notamment les six branches suivantes:
  1. Première langue
  2. Deuxième langue
  3. Mathématiques
  4. Sciences naturelles : biologie, chimie, physique
  5. Sciences sociales et humaines : géographie, histoire, économie/droit
  6. Choix libre : une branche parmi les branches 2, 4 ou 5

En principe, ces branches doivent avoir été suivies durant chacune des trois dernières années d’études secondaires supérieures et représenter au moins les pourcentages suivants de l’enseignement, regroupés en domaines d'études comme suit :

  • 30 à 40 % pour les langues,
  • 25 à 35 % pour les mathématiques et les sciences naturelles,
  • 10 à 20 % pour les sciences sociales et humaines.

Dans certains cas, afin de garantir une meilleure équivalence, l'UNIGE peut exiger, en plus de l'obtention du diplôme et du caractère généraliste (branches et pourcentages):

--> Ces exigences figurent dans la liste par pays des conditions pour titulaires de diplômes secondaires étrangers 

De surcroît, il pourra être demandé aux candidats étrangers d’apporter la preuve qu’ils n’ont pas été renvoyés d’une autre université ou haute école à la suite d’un échec aux examens ou pour toute autre raison.

top